Happy Few

Ethiopie

Addis-Abeba, ville de contraste

Dans la capitale du berceau de l'humanité, les églises plus que centenaires côtoient les dernières technologies. Les building les plus « high tech » remplacent peu à peu les bidonvilles. Comme un symbole de cette Afrique qui change à vitesse accélérée.

Addis-Abeba (ou Ababa) est la capitale de la République démocratique fédérale d’Éthiopie. Cette métropole de 4,5 millions d’habitants se trouve sur un plateau situé entre 2 300 et 2 600 mètres d’altitude. Ce qui fait d'elle la plus haute capitale d’Afrique et la quatrième du monde (le risque de paludisme est donc inexistant). Centre politique, économique et culturel du pays, la cité est également la « capitale politique » de l’Afrique car elle abrite les sièges de l'Union africaine et de la Commission économique pour l'Afrique (CEA) des Nations unies.

Le nouveau siège de l'Union africaine, un imposant immeuble de 20 étages, a coûté 200 millions de dollars et a été offert par la Chine. - Jean-Michel Durand

Le nouveau siège de l'Union africaine, un imposant immeuble de 20 étages, a coûté 200 millions de dollars et a été offert par la Chine. - Jean-Michel Durand

L'Éthiopie est aussi, comme vous le rappellent fièrement certains Éthiopiens, « le seul pays africain à n'avoir jamais été colonisé » (à l'exception d'une courte occupation de l'Italie fasciste). Unique pays africain a avoir conservé sa souveraineté tout au long de son histoire, il est signataire de la Déclaration des Nations unies dès 1942, faisant de lui l'un des 51 États fondateurs de l'ONU.
Paradoxalement, alors que l'histoire du pays se confond avec les origines de l'humanité, Addis-Abeba, la nouvelle fleur en amharique (la langue vernaculaire de l'Éthiopie), est une ville récente. Elle a été fondée par l’empereur Ménélik II en 1886.

DES RUES SANS NOM

Addis, comme la surnomment ses habitants, est comme beaucoup de villes africaines une cité qui s'est développée en tache d'huile sans apparemment suivre de plan défini. D'ailleurs, les rues n'ont pas de nom ! Sorte d'extension de la campagne bâtie en pleine mégalopole, il n'est pas rare de voir des mules et des vaches y déambuler. Mais ce qui frappe le plus, c'est cette impression de chantier à ciel ouvert. Partout, la ville est en effervescence. Les travaux les plus spectaculaires sont, sans aucun doute, les deux lignes de métro construites par les Chinois et qui devraient être opérationnelles cette année.

Les travaux les plus spectaculaires sont, sans aucun doute, les deux lignes de métro construites par les Chinois et qui devraient être opérationnelles cette année. - Jean-Michel Durand
Ailleurs, ce sont des centres commerciaux ultra modernes construits par la (très) nombreuse et (très) dynamique diaspora immigrée aux États-Unis et en Europe qui illuminent une ville où l’électricité est souvent coupée, laissant entendre le sourd ronronnement des groupes électrogènes couvrant à peine le vacarme du trafic routier. Les maisons faites en tôle et en terre sont peu à peu détruites pour laisser place à un (ré)aménagement urbain...

Si Londres a ses cabs noirs et New York ses taxis jaunes, Addis possède une flotte d'antiques Lada bleues, lointain héritage des liens fraternels unissant l'Éthiopie du Négus rouge, Mengistu, et l'Union soviétique. - Jean-Michel Durand

Si Londres a ses cabs noirs et New York ses taxis jaunes, Addis possède une flotte d'antiques Lada bleues, lointain héritage des liens fraternels unissant l'Éthiopie du Négus rouge, Mengistu, et l'Union soviétique. - Jean-Michel Durand

UNE VILLE EMPREINTE D’HISTOIRE

Addis est également une cité de diplomates, c'est même la troisième ville au monde en nombre d'agents diplomatiques après New York et Genève, comme le rappelle le ballet incessant de berlines allemandes aux plaques bien identifiables. Cela donne à la ville une connectivité et une visibilité avec le reste du monde uniques en Afrique.
Addis est aussi et surtout une ville empreinte d'Histoire dont témoignent ses nombreux musées. L'un des lieux incontournables est le musée national. On y trouve de magnifiques pièces allant de la préhistoire à l’époque contemporaine, en passant par l'époque impériale et communiste. Mais la vraie star pour qui se pressent des visiteurs venus du monde entier est, sans aucun doute, Dinknesh (la « merveilleuse » en amharique), plus connue sous le nom de Lucy. Découverte en Éthiopie, c'est l'un des plus anciens fossiles expliquant l'origine humaine.

La vraie star du musée national pour qui se pressent des visiteurs venus du monde entier est, sans aucun doute, Dinknesh (la « merveilleuse » en amharique), plus connue sous le nom de Lucy.  - Jean-Michel Durand

La vraie star du musée national pour qui se pressent des visiteurs venus du monde entier est, sans aucun doute, Dinknesh (la « merveilleuse » en amharique), plus connue sous le nom de Lucy.  - Jean-Michel Durand

Longtemps considérée comme à l’origine de l'espèce humaine, Lucy, est aujourd'hui interprétée comme « notre cousine ». Elle est appelée ainsi à cause de la chanson des Beatles « Lucy in the Sky with Diamonds » qui passait à la radio lors de sa découverte. - Jean-Michel Durand

Longtemps considérée comme à l’origine de l'espèce humaine, Lucy, est aujourd'hui interprétée comme « notre cousine ». Elle est appelée ainsi à cause de la chanson des Beatles « Lucy in the Sky with Diamonds » qui passait à la radio lors de sa découverte. - Jean-Michel Durand

Autre endroit à découvrir : la cathédrale de la Sainte Trinité. Cette église éthiopienne orthodoxe est le lieu de grandes cérémonies religieuses et politiques.

Le tombeau du dernier empereur éthiopien, Haïlé Sélassié, est situé dans la cathédrale de la Sainte Trinité. - Jean-Michel Durand

Le tombeau du dernier empereur éthiopien, Haïlé Sélassié, est situé dans la cathédrale de la Sainte Trinité. - Jean-Michel Durand

Son cimetière contient des tombes de héros ayant combattu les Italiens, mais également celle de l'ancien Premier ministre Meles Zenawi, considéré comme le père de la renaissance de l'Éthiopie. L'édifice, qui attire tôt le matin une foule considérable de dévots drapés dans des châles blancs, est l'un des symboles de la foi vibrante de l'un des tous premiers royaumes chrétiens au monde...

Le Mercato, conçu par les Italiens pour être le quartier indigène, est devenu le second plus grand marché ouvert d'Afrique. - Jean-Michel Durand

Le Mercato, conçu par les Italiens pour être le quartier indigène, est devenu le second plus grand marché ouvert d'Afrique. - Jean-Michel Durand

Une visite au marché central, le Mercato, est également indispensable. Les agoraphobes sont priés de s'abstenir car avec 13 000 personnes qui y travaillent et ses 7 100 étals, il s'agit du second plus grand marché ouvert d'Afrique. Et comme à La Samaritaine, on y trouve de tout : des vêtements autant que des légumes frais. Et bien que le pays soit réputé assez sûr, il convient de prendre ses dispositions pour éviter les pickpockets... Ce marché, divisé en secteurs d'activité, est le reflet de la diversité du peuple éthiopien, véritable mosaïque.

Comme le calendrier copte, le calendrier éthiopien comporte douze mois de 30 jours chacun et un treizième mois de 5 ou 6 jours selon que l'année est bissextile ou non. Le « pays aux 13 mois de soleil »

Dans le pays du Négus, les journées sont divisées en deux périodes de 12 heures car il y a quasi régulièrement 12 heures de jour et 12 heures de nuit. Dans les régions équatoriales, il y a peu de variations horaires des couchers et levers de soleil. Ainsi, lorsque le soleil est au zénith (midi), les horloges indiquent 6 heures (la 6ème heure de la journée) et minuit correspond à la 6ème heure de la nuit. Cette petite gymnastique mentale implique qu'il faut faire attention lorsqu'on vous fixe un rendez-vous. Il convient alors de préciser s'il s'agit d'heure éthiopienne ou étrangère. Autre originalité : le calendrier. Comme le calendrier copte, le calendrier éthiopien comporte douze mois de 30 jours chacun et un treizième mois de 5 ou 6 jours selon que l'année est bissextile ou non. Conséquence : le Nouvel an éthiopien se fête le 11 septembre ! Cette particularité est utilisée par l'office du tourisme local qui promeut « le pays aux 13 mois de soleil ».

 

L'Éthiopie, cas unique en Afrique, possède son propre alphabet qui n'est ni latin ni arabe. - Wikipedia
L'alphabet éthiopien
L'Éthiopie, cas unique en Afrique, possède son propre alphabet qui n'est ni latin ni arabe. Il fut créé pour l'écriture du guèze, la langue liturgique éthiopienne qui, à l'instar du latin en occident, n'est pratiquement plus employée dans la vie courante mais réservée à la pratique religieuse. Il se compose de 26 signes spécifiques et s’écrit de gauche à droite.



 

Comment et quand s’y rendre ?

Il n'y a pas encore de vols directs entre l’océan Indien et l'Éthiopie. Toutefois, Emirates propose des vols quotidiens via Dubaï. Il est déconseillé de s'y rendre durant la saison des pluies, de juin à septembre. Comptez environ 1 310 euros (52 400 roupies) pour un billet Maurice-Addis-Abéba aller-retour en classe économique.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Ethiopie

Addis-Abeba, ville de contraste

Addis-Abeba (ou Ababa) est la capitale de la République démocratique fédérale d’Éthiopie. Cette métropole de 4,5 millions d’habitants se trouve sur un plateau situé entre 2 300 et 2 600 mètres d’altitude. Ce qui fait d'elle la plus haute capitale d’Afrique et la quatrième du monde (le risque de paludisme est donc inexistant). Centre politique, économique et culturel du pays, la c...