Performance

Madagascar

BFV-Société Générale : vingt ans de bonnes relations

Le comité de direction de la BFV-SG dresse un bilan positif de ses 20 ans de présence à Madagascar, d'abord imputable à la maîtrise des coûts de gestion et des risques. DR
En investissant à Madagascar il y a de cela vingt ans, la BFV-Société générale a fait le pari de devenir une banque relationnelle de référence, en phase avec les nouveaux modes de consommation de sa clientèle. Son leitmotiv : avancer ensemble.

Depuis son acquisition en 1998 par le groupe français Société générale, la banque BFV-SG progresse. En vingt ans, elle affiche des résultats bénéficiaires qui renforcent sa structure financière. Les dépôts et les crédits connaissent une croissance annuelle de l’ordre de 16 % à 20 %. Et sauf en 2009 où il y a eu un certain recul à cause de la crise politique, les résultats nets suivent également la tendance haussière. Ils ont été multipliés par huit en neuf ans et se chiffrent en 2017 à plus de 21,5 millions d’euros.
Selon le comité de direction de la BFV-SG, cette robustesse découle de plusieurs facteurs, notamment de la solidité du groupe Société générale qui accompagne la banque depuis ces deux décennies. La maîtrise des coûts de gestion et des risques confortent également la performance. Pour limiter les risques, la banque a par exemple opté pour une approche clientèle universelle visant à équilibrer la « foultitude » de crédits qu’elle octroie. 

Sécuriser les dépôts

D’après le directeur général adjoint, Frédéric Leiritz, « la résilience est totale grâce à l’augmentation conséquente des fonds propres » au cours des dix dernières années. Cela permet en effet de sécuriser les dépôts des clients pour envisager le futur, qu’il y ait baisse des activités économiques ou surchauffe. Face à la structure économique et politique du pays, la banque a de plus effectué un stress test qui a abouti à un modèle lui permettant de poursuivre son développement. Différents projets de croissance et de nouveaux business models ont également vu le jour pour être en phase avec les nouveaux modes de consommation de la clientèle. Pour cette année et celles à venir, la filiale du groupe bancaire français continuera à s’engager vis-à-vis de la société et de l’économie malgache. « On n'a pas vocation à être premier de la classe. Notre vocation, c'est d'être là longtemps puisque nous y sommes depuis longtemps », souligne d’ailleurs le P-DG Bruno Massez. La vision sera ainsi d’« avancer ensemble autour d’une ambition commune qui est de faire de la banque une référence choisie pour la qualité de sa relation avec les clients.» À cet effet, elle s’avance dans des projets encore plus innovants pour promouvoir l’inclusion bancaire et l’accès à ses produits. 

Proximité et conformité

La banque s’attelle aussi à apporter une expérience client différente. Elle dispose actuellement d’un réseau de 57 agences, cinq espaces Entreprises et quatre espaces Premier sur tout le territoire. Pour être encore plus proche, elle a multiplié l’accès à ses produits immédiatement sur les lieux d’achats, dans les salons auxquels elle participe, dans les magasins, mais aussi en développant de nouveaux points de contact. Par ailleurs, elle continuera à travailler en totale transparence sur les prix et la qualité de ses services, dans le strict respect de la conformité. 
Cela permettra de protéger, la banque, la clientèle et leur flux financiers. Une banque aux normes va en effet rassurer le client concernant la sécurité de ses opérations. Le respect de la conformité lui assure également la fluidité dans le traitement de ses opérations et le rassure quant à la solidité de la banque.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

BFV-Société Générale : vingt ans de bonnes relations

Depuis son acquisition en 1998 par le groupe français Société générale, la banque BFV-SG progresse. En vingt ans, elle affiche des résultats bénéficiaires qui renforcent sa structure financière. Les dépôts et les crédits connaissent une croissance annuelle de l’ordre de 16 % à 20 %. Et sauf en 2009 où il y a eu un certain recul à cause de la crise politique, les résultats nets s...