Green

Réunion

BILAN DES FILIÈRES À RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DU PRODUCTEUR (REP) : Le volume des déchets collectés reste stable malgré la crise sanitaire

15 nov 2021 | PAR La rédaction | N°363
Collecte de batteries à Saint-André. En progression de 16 %, cette filière a récupéré 2 675 tonnes de batteries automobiles et industrielles. ©Droits réservés
Le Syndicat de l’importation et du commerce de La Réunion (SICR) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) viennent de présenter le bilan 2020 des filières à Responsabilité élargie du producteur (REP). Le volume total des déchets REP collectés demeure stable, à 64 459 tonnes. Mais certaines filières ont souffert de la crise.

Le 28 septembre, au Moca, à l’occasion du Forum de la transition écologique, le Syndicat de l’importation et du commerce de La Réunion (SICR) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ont présenté le bilan des collectes de déchets en 2020 et de la plateforme océan Indien. 
La crise de la covid-19 a affecté les collectes et cela se ressent sur les derniers chiffres publiés, même si le volume total de déchets collectés reste stable. En effet, le tonnage collecté par les filières à Responsabilité élargie du producteur (REP) présentes sur le territoire, est passé de 64 156 tonnes en 2019 à 64 459 tonnes en 2020. 
« Les éco-organismes et organismes collectifs ont subi les répercussions du confinement et de l’après-confinement. Certaines filières ont dû stopper leur collecte. Nous constatons ainsi une baisse chez certaines d’entre elles », explique Sandrine Sinapayel, responsable environnement au SICR. C’est le cas des pneumatiques (5 896 tonnes/-3 %), des textiles d’habillement, linge de maison et chaussures (1 387 tonnes/-6 %), des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) professionnels (640 tonnes/-8 %), des mobiliers non ménagers (33 tonnes/-54 %), des emballages et papiers (43 448 tonnes/-4 %) et des déchets d’activités de soins à risques infectieux (9 tonnes/-8 %). 
D’autres filières affichent en revanche une croissance : les piles et accumulateurs portables (77 tonnes/+4 %), les médicaments non utilisés à usage humain, périmés ou non (99 tonnes/+10 %), les panneaux photovoltaïques (18 tonnes/+13 %), les batteries automobiles et industrielles (2 675 tonnes/+16 %), les lampes (44 tonnes/+65 %) et les mobiliers ménagers (290 tonnes/+290 %). Pour les mobiliers, cette forte augmentation est due au déploiement progressif de la filière sur le territoire. 
Un nouvel organisme a également fait son apparition. Il s’agit de la filière des véhicules hors d’usage (VHU) abandonnés qui est opérationnelle depuis 2020. Mille huit cent trois tonnes de déchets, représentant 2 003 VHU abandonnés, ont été collectées à travers l’île. 
« Nous devons noter que les volumes collectés se font plus nombreux d’année en année, souligne Valérie Chow-Ping-Mo, secrétaire générale du SICR. Cela est très positif et il est important de poursuivre dans cette dynamique. Nous tenons à remercier les acteurs de ces filières qui jouent un rôle plus qu’essentiel dans la performance des filières REP. Avec la plateforme océan Indien, notre objectif commun est de faciliter la mise en oeuvre des filières REP, de les faire connaître auprès des professionnels et du grand public et de réaliser la veille sur la mise en place des nouvelles filières. » 
La promotion des filières REP est une priorité pour le SICR. À travers son site https://dechetsrep.com, le syndicat patronal présente les solutions de gestion des déchets. Il organise régulièrement des événements, à l’instar du Forum des acteurs de la transition écologique, pour valoriser l’engagement des filières et sensibiliser le grand public ainsi que les professionnels aux bonnes pratiques durables. 
Dans ce bilan, les éco-organismes et organismes collectifs représentés sont : ATBR pour les accumulateurs automobiles et industriels ; AVPUR pour les pneumatiques usagés ; Citeo pour les emballages ménagers, cartons et papiers graphiques ; Corepile pour les piles et accumulateurs portables ; Cyclamed non utilisés, à usage humain des ménages, périmés ou non ; Dastri pour les déchets d’activités de soins à risques infectieux et assimilés perforants ; Ecologic pour les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) ménagers et professionnels ; Eco-Mobilier pour les mobiliers ménagers et professionnels ; Ecosystem pour les DEEE ménagers et professionnels et les lampes ; Refashion pour les textiles d’habillement, linges de maison et chaussures ; Soren pour les panneaux photovoltaïques ; Valdelia pour les mobiliers non ménagers ; VHU Réunion pour les véhicules hors d’usage abandonnés.  

À propos du SICR
 

Le SICR est une organisation professionnelle à caractère patronal, créée par des chefs d’entreprise soucieux de s’adapter aux évolutions de leurs métiers et de pérenniser leurs activités. Il regroupe des adhérents qui ont une conscience forte de leur contribution à l’action collective. En adoptant une démarche proactive quant aux enjeux du territoire, le syndicat joue un rôle de facilitateur et accompagne notamment le développement des filières environnementales relevant de la Responsabilité élargie du producteur (REP).










 
 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

BILAN DES FILIÈRES À RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DU PRODUCTEUR (REP) : Le volume des déchets collectés reste stable malgré la crise sanitaire

Le 28 septembre, au Moca, à l’occasion du Forum de la transition écologique, le Syndicat de l’importation et du commerce de La Réunion (SICR) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ont présenté le bilan des collectes de déchets en 2020 et de la plateforme océan Indien.  La crise de la covid-19 a affecté les collectes et cela se ressent ...