Happy Few

Réunion

BMW X5 et BMW Série 4 coupé : les antagonistes

9 avr 2014 | PAR Gilles Michel | N°284
Le coupé Série 4
Lancé en 1999, le X5 est rapidement devenu le fer de lance de la marque munichoise, dans le monde comme à La Réunion. Le coupé Série 4 inaugure lui une nouvelle niche dans la gamme et vient remplacer le coupé Série 3. Deux modèles très attendus et les tout premiers lancés par Leal Réunion.

Ce sont deux modèles aux philosophies bien distinctes que nous vous présentons aujourd’hui. D’un côté la troisième mouture du X5, qui fut le premier SAV (Sports Activity Vehicule) de la marque. S’il paraît au premier abord très proche de son prédécesseur en matière de style, on s’aperçoit bien vite que c’est d’un modèle 100% nouveau dont il s’agit. Musclé sans être ostentatoire, le nouveau X5 fait preuve d'un bel équilibre stylistique. À l’avant, il reprend la signature optique des derniers modèles de la marque et offre un « museau » plus agressif. Mais la véritable prouesse technique ne se voit pas à l’œil nu : avec un Cx de 0,31, le X5 fait preuve d’une belle finesse aérodynamique. Pas mal pour un engin de 4,89 mètres de long pour 1,94 mètre de large.
La Série 4 Coupé vient quant à elle remplacer feu le Coupé Série 3 dans la gamme BMW. Plus longue (4,64 mètres) et plus large (1,83 mètre) que cette dernière, la Série 4 devient également un modèle à part entière. En effet, au delà du changement de nomenclature, elle ne partage que son capot avec l’actuelle Série 3. Ceci a permis aux designers une plus grande liberté en terme de style. Avec sa ligne de pavillon très basse et ses voies arrière élargies, la Série 4 gagne en sportivité et en finesse. En particulier au niveau de la poupe, légère et élégante, qui fait aisément oublier celle beaucoup plus massive du Coupé Série 3.

DES UNIVERS INTÉRIEURS DIFFÉRENTS MAIS UNIS PAR LEUR ÉLÉGANCE

À l’intérieur des deux véhicules, on retrouve l’univers bien connu de la marque à l’hélice, avec la planche orientée vers le conducteur. Contrairement à l’extérieur, la planche de bord de la Série 4 est entièrement reprise de la Série 3. Joliment dessinée et ergonomique, elle présente également une qualité de finition irréprochable et des matériaux de qualité. Le très élégant volant de notre version M-Technic tombe parfaitement sous la main. Les sièges, enveloppants, présentent un excellent maintien. Détail pratique : la ceinture de sécurité est amenée vers vous par un bras mécanique, qui évite les contorsions inhérentes aux coupés 3 portes. Tout est fait pour inspirer la sportivité, accentuée par l’assisse très basse. En effet, le centre de gravité de la Série 4 a été abaissé de 5 centimètres par rapport à la berline Série 3.
Il en est bien évidemment autrement pour le X5, haut sur pattes. À son bord, on domine la route et le flot de la circulation. Ici aussi, la planche de bord reprend les éléments stylistiques des dernières BMW, avec une présentation irréprochable. Bien intégré, le grand écran de 10,2’’ permet la commande de l’ensemble des fonctions du véhicule. L’espace à bord est impressionnant, surtout en largeur. À noter que pour les familles nombreuses, une version 7 places est également disponible. Le coffre, généreux (670 litres) est pratique, même si la hauteur de chargement est assez élevée. Comble du luxe : sa hauteur d’ouverture est réglable, pour éviter de toucher le plafond dans les parkings sous-terrains et sa fermeture est électrique. À l’opposé, la Série 4 est une stricte 4 places, et il faudra faire preuve d’une certaine souplesse pour accéder aux places arrière, par ailleurs spacieuses et confortables. Le coffre offre quant à lui une belle contenance (445 litres), de quoi partir sereinement en week-end ou transporter son matériel de golf.

AVEC LE X5, ON PASSE DE 0 À 100 KM/H EN 5,4 SECONDES : AUTANT QU’UNE ASTON MARTIN RAPIDE 

Mais c’est bien évidemment sur route que l’on a envie d’emmener ces BMW. Et l’envie est encore plus forte lorsqu’on découvre les caractéristiques techniques du X5 que nous allons essayer. En effet, nous avons pris le volant du X5 M50d équipé du 6 cylindres diesel à trois turbos, développant pas moins de 381cv et 740 Nm de couple. Ainsi équipé, le SAV s’arrache littéralement de la route avec une facilité déconcertante au vu de son poids (2 190 kg) : le 0 à 100 km/h est abattu en 5,4 secondes, soit le même temps qu’une Aston Martin Rapide ! Le tout s’effectue dans un confort et une douceur exemplaires grâce à l’excellente boite automatique à 8 rapports, un modèle du genre. Une fois le mode sport enclenché, la sonorité du 3,0 l se fait plus rageuse, faisant oublier qu’on conduit un véhicule se nourrissant au gazole. Un pur bonheur !… Il se paye même le luxe de rester relativement sobre avec une consommation annoncée à 6,7l/100 km (environ 10l/100 km lors de notre essai). Malgré son poids et son centre de gravite haut perché, le comportement du X5 est toujours exemplaire, grâce notamment à l’efficacité de sa transmission intégrale. Ce qui lui permet d’ailleurs d’aller s’aventurer sereinement hors des sentiers battus.

LA SÉRIE 4 : UNE SPORTIVE QUI CONSOMME PEU

Alors que son physique inspire davantage la sportivité, c’est une motorisation plus modeste que nous avons retrouvée sous le capot de la Série 4. Notre version 420d était équipée du 4 cylindres diesel de 184cv associé à la même excellente boite automatique à 8 rapports. Plus raisonnable, mais certainement pas paresseuse. Grâce à un poids contenu à 1450 kg, la Série 4 ainsi équipée offre de belles performances et permet à son conducteur de se faire plaisir, tout en préservant un appétit de chameau. BMW annonce 4,6 l/100 km ; nous avons relevé 6,7 l/100 km à l’ordinateur de bord à l’issue de notre essai. Un exploit pour un véhicule offrant de telles performances. Bien que mue par les seules roues arrière, dans le plus pur esprit BMW, impossible de prendre cette Série 4 en défaut sur la route. Son comportement reste équilibré et prévenant en toutes circonstances. Peut-être un peu trop pour les connaisseurs des anciennes BMW au comportement plus « joueur »…

DEUX VOITURES TRÈS DIFFÉRENTES À PARTIR DES MÊMES GÊNES SPORTIFS

Le conducteur fait « corps » avec la voiture, assis à ras du sol. Un petit temps d’adaptation sera tout de même nécessaire avant de maîtriser les contours de l’imposant coupé. Ce constat vaut surtout en ville au moment des manœuvres, d’autant plus que la carrosserie est très exposée. Heureusement, la Série 4 est équipée en série de radars de stationnement à l’avant et à l’arrière, rendant les opérations plus sereines. Le X5 va plus loin, en proposant un système de vision périphérique du véhicule. Tout l’environnement s’affiche sur l’écran central avec la voiture vue du dessus. Un système très efficace, pour peu que vous ayez trouvé une place capable d’accueillir l’engin…
Vous l’aurez compris, bien qu’ils partagent les gênes sportifs de la firme munichoise, ces deux nouveaux modèles restent diamétralement opposés dans leurs conceptions. Le choix entre l’un ou l’autre véhicule dépendra de votre mode de vie ou simplement de vos goûts en matière d’automobile. À noter que le X5 est désormais disponible dans une version 2 roues motrices à partir de 75 900 € (145 375 € pour notre modèle d’essai). Quant à la Série 4, sa gamme débute à 59 900 € (62 900 € pour la 420d M Technic essayée). Pour vous faire votre propre opinion, rendez-vous chez votre concessionnaire Leal Réunion.

  • La planche de bord de la Série 4

    La planche de bord de la Série 4

    Contrairement à l’extérieur, la planche de bord de la Série 4 est entièrement reprise de la Série 3. Joliment dessinée et ergonomique, elle présente également une qualité de finition irréprochable et des matériaux de qualité. - DR

  • La planche de bord du X5

    Dans le X5, la planche de bord reprend les éléments stylistiques des dernières BMW, avec une présentation irréprochable. - DR

     

  • Le nouveau X5

    Le nouveau X5

    Musclé sans être ostentatoire, le nouveau X5 fait preuve d'un bel équilibre stylistique. À l’avant, il reprend la signature optique des derniers modèles de la marque et offre un « museau » plus agressif. - DR

     

  • La Série 4

    La Série 4

    La Série 4 devient un modèle à part entière. En effet, au delà du changement de nomenclature, elle ne partage que son capot avec l’actuelle Série 3.- DR

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

BMW X5 et BMW Série 4 coupé : les antagonistes

*/ Ce sont deux modèles aux philosophies bien distinctes que nous vous présentons aujourd’hui. D’un côté la troisième mouture du X5, qui fut le premier SAV (Sports Activity Vehicule) de la marque. S’il paraît au premier abord très proche de son prédécesseur en matière de style, on s’aperçoit bien vite que c’est d’un modèle 100% nouveau dont il s’agit. Musclé sans ê...