Performance

Maurice

Budget : mention passable pour Pravind Jugnauth

1 aoû 2016 | PAR Jean-Michel Durand | N°311
« Une nouvelle ère de développement. » C’est ainsi que Pravind Jugnauth a qualifié son programme budgétaire qui se compose de dix « points stratégiques ». Davidsen Arnachelum
C’est un Budget de l’État très consensuel que vient de présenter le 29 juillet le ministre des Finances et du Développement économique. Un Budget où les mesures sociales et l’embauche de fonctionnaires accompagnent des coups de pouce aux principaux secteurs de l’économie.

« Une nouvelle ère de développement. » C’est ainsi que Pravind Jugnauth a qualifié son programme budgétaire qui se compose de dix « points stratégiques ». Le troisième Grand argentier du gouvernement « Lepep », depuis son installation il y a 20 mois, était attendu et il le savait. Et alors que des fuites savamment orchestrées (?) dans la presse laissaient transpirer une éventuelle augmentation de la TVA, qui finalement n’aura pas eu lieu, l’exercice budgétaire apparaît, au final, comme très consensuel. Et de fait, comme d’habitude, très peu de voix discordantes se sont fait entendre. Certains analystes politiques ont seulement considéré la présentation du Budget comme un marche-pied pour Pravind Jugnauth vers le poste suprême de Premier ministre... Un poste occupé actuellement par son père, âgé de 86 ans.
On constate des mesures sociales très médiatiques, comme la baisse du prix du gaz ménager, balancée par une hausse des prix des cigarettes et de l’alcool, la volonté d’éradiquer la pauvreté d’ici deux ans et la promesse d’une augmentation du nombre de fonctionnaires (+ 7 200). « Une hausse de 19% par rapport à juin 2016 ! », regrette André Bonieux, Senior Partner au cabinet comptable PwC.
 

Pravind Jugnauth devant le Parlement, le 29 juillet, pour son discours du Budget. Un exercice qui s’apparente toujours à un grand oral pour le ministre en poste aux Finances qui doit aussi « ménager la chèvre et le chou ».
Pravind Jugnauth devant le Parlement, le 29 juillet, pour son discours du Budget. Un exercice qui s’apparente toujours à un grand oral pour le ministre en poste aux Finances qui doit aussi « ménager la chèvre et le chou ».   Davidsen Arnachellum
 

ABANDON DE CERTAINS PROJETS DE SMART CITY ET RELANCE DU MÉTRO LÉGER ?

« Les ambitieux « méga projets » et les objectifs inatteignables ont fait place (…) à des initiatives réalistes et réalisables tant pour la communauté des affaires que pour le public. » Voilà comment analyse Sattar Hajee Abdoula, CEO du cabinet Grant Thornton à Maurice, le quasi abandon du projet « Smart city ». Alors que la construction de douze villes dites intelligentes (« Smart City ») - projet évalué à 120 milliards de roupies (3 milliards d’euros) - était l’une des mesures phares du précédent Budget de Vishu Lutchmeenaraidoo, Pravind Jugnauth a simplement précisé que seules trois villes seront en chantier cette année...?
Autre surprise : la relance du métro léger, un projet dont on parle depuis plusieurs décennies mais qui n’a jamais pu se réaliser faut de modèle économique viable. Rebaptisé Metro Express, il devrait cette fois voir le jour pour relier Port-Louis à Curepipe. Un investissement de 7, 2 milliards de roupies (180 millions d’euros) et des travaux d’une durée de 36 mois...
 

Un des objectifs de Pravind Jugnauth est d’atteindre une croissance de 4,1% en 2016-2017 et de réduire le déficit budgétaire à 3,3% contre 3,5% en 2015-2016.
Un des objectifs de Pravind Jugnauth est d’atteindre une croissance de 4,1% en 2016-2017 et de réduire le déficit budgétaire à 3,3% contre 3,5% en 2015-2016.  BOI
 

ACCÈS PLUS FACILE À LA PROPRIÉTÉ POUR LES ÉTRANGERS

Pour dynamiser le secteur de la construction et favoriser les investissements directs étrangers (IDE), le gouvernement a décidé s’assouplir un peu plus le « Non Citizens Property Restrictions Act », loi qui interdit à un non-mauricien d’acquérir un bien immobilier. Certains dispositifs avaient déjà assoupli le cadre légal à travers certains programmes immobiliers agréés. On a connu ainsi l’Integrated Resort Scheme (IRS) et le Real Estate Scheme (RES), remplacés récemment par le Property Development Scheme (PDS). Il existait également une mesure peu connue et peu usitée, bien qu’affichée sur le site internet du BOI, permettant au titulaire d’un permis de résident permanent et percevant plus de 3 000 dollars américains par mois d’acheter un appartement en guise de résidence personnelle. Cet appartement devait faire partie d’un immeuble résidentiel comprenant le rez-de-chaussée plus deux étages au moins. Mais sachant que le permis de résident permanent ne pouvait être demandé qu’après trois ans d’« Occupation Permit » et qu’il était soumis à certains critères bien précis, ce n’était pas si simple. Désormais, un étranger enregistré auprès du Board of Investment (BOI) pourra acquérir un appartement ou un espace commercial dans un bâtiment. Acquisition qui, à partir d’une certaine valeur, lui donnera droit à un permis de résidence. Il reste encore à voir les modalités exactes de cette mesure et le montant du bien donnant droit au permis de résident. Jusqu’alors, un étranger devait investir au moins 500 000 dollars à Maurice pour avoir droit immédiatement à un permis de résident permanent.
En attendant, certains s’enthousiasment déjà de ce nouvel assouplissement, comme Sattar Hajee Abdoula qui souligne que « le pays se donne désormais les moyens de jouer dans la même catégorie que Singapour et Dubaï ». 
Autre mesure en faveur du secteur de la construction et de l’immobilier : les promoteurs ne seront plus obligés de vendre 25% de leurs projets en Property Development Scheme (PDS) à des Mauriciens. Une obligation voulue par Vishnu Lutchmeenaraidoo pour éviter toute « guettoïsation ». 
 

La tradition veut que, pour la présentation de son Budget, le ministre des Finances se rende au Parlement avec son épouse.
La tradition veut que, pour la présentation de son Budget, le ministre des Finances se rende au Parlement avec son épouse.  Davidsen Arnachellum
 

RENFORCER LE SECTEUR TEXTILE

« Le Brexit nous force à repositionner le secteur textile », a souligné le ministre des Finances. Aussi, en plus de nouvelles incitations fiscales et d’une préférence accordée aux entrepreneurs locaux participant aux appels d’offres pour le secteur public, Pravind Jugnauth a annoncé une réduction de 40% des frais aériens vers l’Europe. Pour le cabinet BDO, « cette mesure améliorera la compétitivité et le potentiel de croissance du secteur du textile et de l’habillement ».

SOUTENIR LES PME

Pour aider les 127 000 très petites, petites et moyennes entreprises de l’île, qui représentent 40% du PNB et 62% de la main d’oeuvre, le ministre des Finances et du Développement économique a décidé de réduire les frais et licences commerciaux de 5 000 roupies durant les trois prochaines années. Cette mesure, qui concerne 17 000 PME, ne s’appliquent pas aux sociétés évoluant dans les secteurs des jeux de hasard et de la vente de boissons alcoolisées. Le « congé » fiscal de huit ans sur les revenus d’une entreprise est étendu aux nouvelles sociétés créées et enregistrées auprès de la Small and Medium Enterprises Development Authority (SMEDA), l’organisme qui aide les PME. Les entreprises, dont le chiffre d’affaires est inférieur à 10 millions de roupies (250 000 euros), bénéficieront d’un « congé » fiscal de quatre ans sur leurs revenus. 
Pour soulager les entrepreneurs, le taux d’intérêt du SME Financing Scheme, un programme de financement des PME, est ramené de 7,4% à 6%. 
Les deux fonds de participation au capital, NRF Equity Fund et le SME Partnership Fund, vont fusionner pour créer le SME Venture Capital dont le capital s’élèvera à 500 millions de roupies (12,5 millions d’euros) Enfin, une ligne de crédit de 100 millions de roupies (2,5 millions d’euros) sera mise à la disposition des petits entrepreneurs.
 

On constate de fortes disparités selon les secteurs. La croissance du tourisme, des TIC et des services financiers a contribué à la transition de l’économie mauricienne vers une économie de services.
On constate de fortes disparités selon les secteurs. La croissance du tourisme, des TIC et des services financiers a contribué à la transition de l’économie mauricienne vers une économie de services.  BOI
 

DIVERSIFIER LE SECTEUR FINANCIER

Si comme le fait remarquer Sattar Hajee Abdoula, Pravind Jugnauth n’accorde que quelques lignes au traité de non-double imposition avec l’Inde, il a introduit de nouvelles mesures pour renforcer les services financiers qui craignent aussi le Brexit. Ainsi, les entreprises du Global Business de catégorie 2 (GBC2) sont autorisées à investir dans des valeurs mobilières cotées. Autre mesure pour attirer des étrangers fortunés :  en investissant au moins 25 millions de dollars à Maurice dans une activité économique, ils pourront profiter d’une exemption fiscale de cinq ans. Cette exemption sera toutefois soumise à des conditions liées à la création d’emplois et à l’exercice de l’activité économique. 
Enfin, le cadre législatif de la Banque centrale, la Bank of Mauritius, sera amendé afin de  lui permettre d’être l’autorité centrale sur les sociétés de portefeuilles bancaires et de surveiller les transactions entre les entités et les parties apparentées.

PLUS DE MOYENS POUR L’ÉDUCATION
Leela Devi Dookun-Luchoomun, ministre de l’Éducation, des Ressources humaines, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a de quoi se réjouir. Le budget de son ministère connaît une hausse de 11%, à 16,1 milliards de roupies (402 millions d’euros). Autre bonne nouvelle, les trois établissements polytechniques de formation sont confirmés, ce qui devrait permettre de stimuler une formation technique encore très en retard à Maurice. Enfin, le cadre légal de la formation professionnelle sera renforcé. 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Budget : mention passable pour Pravind Jugnauth

« Une nouvelle ère de développement. » C’est ainsi que Pravind Jugnauth a qualifié son programme budgétaire qui se compose de dix « points stratégiques ». Le troisième Grand argentier du gouvernement « Lepep », depuis son installation il y a 20 mois, était attendu et il le savait. Et alors que des fuites savamment orchestrées (?) dans la presse laissaient transpirer une éventuelle...