Green

Maurice

Business Mauritius en lien avec le syndicat français des énergies renouvelables

1 déc 2017 | PAR La rédaction | N°325
Cédric de Spéville, président de Business Mauritius, s’exprimant lors de l’atelier. À sa droite se tient le nouvel Ambassadeur de France, Emmanuel Cohet, qui s’est impliqué personnellement dans l’événement. DR
L’association professionnelle a profité de la visite à Maurice du Syndicat des énergies renouvelables (SER) pour organiser un atelier de travail sous l’impulsion du nouvel ambassadeur de France, Emmanuel Cohet, très sensible à cette question.

Business Mauritius, issu d’une fusion de la MEF (équivalent mauricien du MEDEF) et du Joint Economic Council (porte-parole du secteur privé), regroupe plus de 1 200 entreprises dont les plus importantes, mais aussi des PME. C’est dire son poids et le fait que cette association soit sensibilisée à la question des énergies renouvelables, et déjà active à travers certains de ses membres, est révélateur. Le Syndicat des énergies renouvelables (SER), pour sa part, a été créé en France en 1993. Il compte 400 adhérents qui mettent en commun leurs moyens pour favoriser le développement de toutes les énergies renouvelables en France et à l’export. Directement ou indirectement, cela implique en fait plusieurs milliers d’entreprises dans les différentes filières. Parmi ses adhérents figurent les plus grands énergéticiens mondiaux ou nationaux comme des groupes ou acteurs locaux des énergies renouvelables.

UN SUJET QUI MOBILISE

Alors que des représentants du SER étaient de passage à Maurice, dont son secrétaire général, Cyril Carabot, Business Mauritius a profité de cette opportunité, encouragé par le nouvel ambassadeur de France, Emmanuel Cohet. Ce dernier s’est joint personnellement à cette rencontre avec Cédric de Spéville, président de Business Mauritius, Raj Makoond, son directeur et de nombreux acteurs concernés par les énergies renouvelables. Des acteurs privés mais aussi institutionnels comme Matthieu Discour, directeur de l’AFD pour Maurice et les Seychelles, le Dr Sonarane, directeur technique du ministère de l’Énergie et des Services publics, le Dr Arjoon Sudhoo, président du Mauritius Renewable Energy Agency (MARENA) et Alfred Byigero, directeur du Utility Regulatory Authority. 
Le séminaire s’est déroulé en quatre parties. La première a porté sur le cadre règlementaire, qui est un élément clef de la transition énergétique de Maurice. Et cela alors que le gouvernement a confirmé en 2015 son souhait d’atteindre 35% d’énergies renouvelables dans son mix énergétique électrique d’ici 2025 (actuellement autour de 20%). La deuxième partie du séminaire concernait l’intégration des énergies renouvelables au réseau électrique non interconnecté. Il s’agit aussi de profiter de certaines innovation technologiques, comme les « Smart Grid », pour pouvoir intégrer plus d’énergies renouvelables intermittentes, telles que le solaire, alors que le coût des batteries reste élevé même s’il connaît une baisse constante. 

DES FINANCEMENTS EXISTENT

La troisième partie du séminaire portait sur le financement des énergies renouvelables dans un contexte insulaire. Plusieurs sources de financement existent, notamment la ligne de crédit SUNREF développée par l’AFD en partenariat avec l’Union européenne et les deux banques locales MCB et SBM. La dernière partie concernait les solutions innovantes en matière d’énergies renouvelables, plus particulièrement pour les zones insulaires comme Maurice et Rodrigues. Plusieurs entreprises ont partagé leurs expériences. Il s’agit par exemple des projets agrisolaires d’Akuo sur des terrains agricoles et qui préservent les deux activités, des projets d’éolien offshore flottant par Quadran, des innovations dans le stockage de l’énergie renouvelable par Clean Horizon, des projets de désalinisation d’eau de mer utilisant l’énergie solaire par Mascara, de l’utilisation de la paille de canne comme ressource biomasse par Terragen ou encore d’une proposition en faveur des voitures électriques par Leal Energy. 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Business Mauritius en lien avec le syndicat français des énergies renouvelables

Business Mauritius, issu d’une fusion de la MEF (équivalent mauricien du MEDEF) et du Joint Economic Council (porte-parole du secteur privé), regroupe plus de 1 200 entreprises dont les plus importantes, mais aussi des PME. C’est dire son poids et le fait que cette association soit sensibilisée à la question des énergies renouvelables, et déjà active à travers certains de ses membres, ...