Leader

Maurice

Catherine Gris, Xavier Nicolas, Gaëtan Siew et Gérard Weill à l’honneur.

16 sep 2013 | PAR La rédaction | N°278

L’ambassadeur de France à Maurice, Jean-François Dobelle, s’en est donné à coeur joie le 5 juillet dans l’enceinte de sa résidence. Il avait pour mission de remettre à quatre « gros calibres » les insignes de chevalier de l’Ordre national du mérite, deuxième ordre national français après la Légion d’honneur. Le plaisir du diplomate a consisté surtout à raconter quatre vies, celles des récipiendaires, en y ajoutant quelques anecdotes savoureuses… La Mauricienne Catherine Gris, amoureuse de la France où elle a poursuivi ses études, à Science Po Paris, aujourd’hui consultante et conseillère au commerce extérieur de la France. Très impliquée dans les échanges économiques entre Maurice et La Réunion où elle a occupé le poste de secrétaire générale de l’ADIR (l’association des industriels). Xavier Nicolas, officier de marine français qui a opté pour l’administration maritime et a eu l’occasion de réaliser des missions sensibles, aujourd’hui détaché à la Commission de l’océan Indien (COI) comme coordonnateur du dispositif régional de surveillance de pêche dans l'océan indien. Gaëtan Siew, talentueux architecte mauricien, amoureux de la France et de sa langue (il a d’ailleurs épousé une Française), qui a pu présider l’Union internationale des architectes et se développe aujourd’hui dans plusieurs pays d’Afrique francophone. Enfin, le Français Gérard Weill, économiste de la construction, aujourd’hui consultant indépendant, qui s’implique depuis de longues années dans les actions sociales au sein de la communauté française de Maurice. Il intervient aussi auprès des détenus français des prisons mauriciennes.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Catherine Gris, Xavier Nicolas, Gaëtan Siew et Gérard Weill à l’honneur.

L’ambassadeur de France à Maurice, Jean-François Dobelle, s’en est donné à coeur joie le 5 juillet dans l’enceinte de sa résidence. Il avait pour mission de remettre à quatre « gros calibres » les insignes de chevalier de l’Ordre national du mérite, deuxième ordre national français après la Légion d’honneur. Le plaisir du diplomate a consisté surtout à raconter quatre vies...