Le billet

Réunion/Maurice

ON COMMENCE SEULEMENT À SE (RE)CONNAÎTRE

23 mai 2018 | PAR Alain Foulon

Cérémonie intéressante, ce 22 mai 2018, à l’antenne de la Région Réunion à Maurice qui célébrait ses trois ans d’existence. Grégory Martin, son responsable, a livré son bilan. Il n’a pas ménagé sa peine pendant ces trois années, il a mouillé sa chemise et ça commence à porter ses fruits. Mais nous n’en sommes qu’au début d’une meilleure (re)connaissance mutuelle de deux îles si proches géographiquement et parfois si éloignées dans leur culture des affaires. Des relations qui sont encore souvent imprégnées de préjugés, lesquels ne pourront s’effacer que par l’expérience du terrain. Si la cérémonie était intéressante, au-delà de son caractère officiel et protocolaire avec, en première ligne, le président de la Région Réunion et le Premier ministre adjoint de la République de Maurice, c’est que des entrepreneurs réunionnais ont témoigné de leur expérience mauricienne. Ainsi, Alfred Chane-Pane, dont l’entreprise Corail Hélicoptères a pu se poser à Maurice, a expliqué subtilement que le « oui » n’avait pas forcément le même sens à Maurice qu’à La Réunion. Toute implantation d’un Réunionnais à Maurice ou d’un Mauricien à La Réunion, pour avoir des chances de réussir, doit passer par une écoute « culturelle », on pourrait même parler d’une « gestion des risques interculturels ». Les deux îles ont beaucoup à y gagner. Trop souvent, à Maurice, on regarde du côté de Paris pour rechercher une certaine expertise alors qu’on pourrait la trouver à 45 minutes d’avion. Il faut signaler au passage que l’accueil des Mauriciens aux aéroports de La Réunion laissait pendant longtemps à désirer. Il fallait montrer ses euros, les cartes de crédit n’étant pas assez… crédibles. Des efforts ont été accomplis, notamment sous l’impulsion de l’ambassade de France à Maurice, pour l’améliorer, au moins pour les entrepreneurs. Il reste encore des progrès à faire. L’accueil est parfois plus simple à Paris qu’à Saint-Denis.  
Trop souvent à La Réunion, on ne voit Maurice que comme une destination touristique. Mais finalement, les Réunionnais constatent que leur voisine a changé et se trouve même en voie de métamorphose. Une métamorphose qui n’a rien de facile et pourrait profiter des synergies entre les deux îles.   

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion/Maurice

ON COMMENCE SEULEMENT À SE (RE)CONNAÎTRE

Cérémonie intéressante, ce 22 mai 2018, à l’antenne de la Région Réunion à Maurice qui célébrait ses trois ans d’existence. Grégory Martin, son responsable, a livré son bilan. Il n’a pas ménagé sa peine pendant ces trois années, il a mouillé sa chemise et ça commence à porter ses fruits. Mais nous n’en sommes qu’au début d’une meilleure (re)connaissance mutuelle de de...