Comment changer notre rapport au temps - Green - Ecoaustral.com

Green

Monde

Comment changer notre rapport au temps

Dire « je n’ai pas le temps… » ne marche pas. Le temps est là ! 24 heures par jour ! Nous n’allons pas inventer la 25ème heure. Nous n’avons pas d’autre choix que d’appréhender le temps et de savoir en tirer le meilleur profit.

La gestion du temps est plus une question de priorisation et d’objectif qu’un problème quantitatif. Pareto considère que 80% des résultats sont obtenus par seulement 20% de notre travail et nous suggère de nous centrer sur l’essentiel. Une autre approche, qui nous vient des Grecs anciens, propose de transformer « Chronos » pour tenter d’aller vers plus de « Kairos » et d’appréhender le temps sous un angle plus philosophique. En grec ancien, Khrónos (ou Chronos) représente le temps physique et se trouve représenté comme un être immatériel, apparu à la création du monde sous les traits d’un serpent à trois têtes (d’homme, de lion et de taureau) enlacé avec son épouse Ananké (déesse de la Nécessité et de la Fatalité) autour du monde-œuf. Ils sont censés entraîner le monde céleste dans sa rotation éternelle. Il s’agit là de notre notion du temps qui coule, qui ne s’arrête jamais, que nous ne pouvons économiser, stocker ou partager. Il nous « file » entre les doigts, nous échappe et nous épuise. 

FAIRE LE BON CHOIX

Kairos, en grec ancien, a contrario, est représenté par un jeune homme avec une belle touffe de cheveux. Quand il passe à notre proximité, nous avons trois possibilités : 1-Je ne le vois pas, 2-Je le vois et je ne fais rien, 3-Au moment où il passe, je tends ma main et saisis sa touffe de cheveux et je saisi l’opportunité ! Le temps devient tridimensionnel et nous prend aux tripes, nous touche par ce moment profond. Kairos a donné en latin Opportunitas (opportunité, saisir l’occasion). Kairos (temps qualitatif) est la dimension du temps, qui n’a rien à voir avec la notion linéaire Chronos (temps physique), et pourrait être considéré comme une autre dimension du temps, créant de la profondeur dans l’instant. Une porte sur une autre per-ception de l’univers, de l’événement et de soi. Une notion immatérielle du temps mesuré non par la montre, mais par le ressenti tel qu’un moment de grâce, de sourire ou simplement de bonheur. Chronos, qui domine notre existence, qui impose, qui règle et qui bouscule, contre Kairos qui permet de ressentir au lieu de mesurer. À vous de choisir.
Comment faire ? Dans un article de la « Harvard Business Review », « Manage Your Energy, Not Your Time », Tony Schwartz et Catherine McCarthy (1) nous proposent de tirer bénéfice du fait que notre énergie peut croître, contrairement à notre temps qui, lui, n’est pas extensible.  

PRENDRE SOIN DE NOS QUATRE FORMES D’ÉNERGIE

Il faut citer d’abord l’énergie physique qui a besoin d’une hygiène de vie raisonnable (sommeil, peu d’alcool, sport, alimentation). Pour sa part, l’énergie émotionnelle repose sur le bon équilibre qu’on trouve dans les relations, la respiration, la capacité à positiver, la reconnaissance et le questionnement. Quant à l’énergie mentale, elle est souvent négligée. Mais on peut l’optimiser en évitant les interruptions, en planifiant, en organisant et en priorisant. Il faut ajouter l’énergie spirituelle qui concerne le sens, les valeurs, les plaisirs et les talents. Je vous invite à rédiger sur chacun de ces thèmes quelques réflexions et des actions que vous pourrez entreprendre pour accroître votre énergie pour vous créer du « temps Kairos ».
(1) https://hbr.org/2007/10/manage-your-energy-not-your-time. 

Franziska Lombard

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Comment changer notre rapport au temps

La gestion du temps est plus une question de priorisation et d’objectif qu’un problème quantitatif. Pareto considère que 80% des résultats sont obtenus par seulement 20% de notre travail et nous suggère de nous centrer sur l’essentiel. Une autre approche, qui nous vient des Grecs anciens, propose de transformer « Chronos » pour tenter d’aller vers plus de « Kairos » et d’appréhe...