Green

Réunion

Comment concilier véhicules électriques et développement durable

1 nov 2016 | PAR La rédaction | N°314
Arnaud Chéreau, gérant de Wello, start-up qui développe des véhicules électriques légers : « Nous testons des modes d’assemblage et de distribution qui puissent apporter de la plus-value sur le territoire. » - DR
Le concept de mobilité durable implique non seulement des véhicules électriques alimentés par de l’énergie solaire, mais aussi des modes de déplacement doux comme le vélo à assistance électrique.

Un concept innovant de véhicules légers, conçus et fabriqués à La Réunion, sera prochainement dévoilé sous la marque Wello. Cette start-up, labellisée French Tech par BPI France, s’est développée au sein de l’incubateur de la Technopole de La Réunion jusqu’en 2015. « Nous avons mis au point trois prototypes de véhicules légers qui répondent aux besoins des entreprises et des collectivités pour des déplacements en zone urbaine et péri-urbaine et pour des livraisons du dernier kilomètre », révèle Arnaud Chéreau, ingénieur en aéronautique et fondateur de Wello. Empruntant au deux-roues et à la voiture, Wello a développé des briques innovantes en mécanique, en matériaux et en génie électrique, incluant une solution de recharge intégrée. Plusieurs collectivités, jusqu’en Métropole, ont confirmé leur intérêt pour cette production réunionnaise destinée à créer de l’emploi et de la valeur ajoutée sur l’île. « Les transports étant responsables de 48% des émissions de gaz à effet de serre à La Réunion, la promotion programmée de la mobilité électrique laisse envisager un parc de 1 300 véhicules électriques dès 2018, à l’appui d’un réseau de 150 bornes de recharge », informe Cédric Maulave, représentant la Direction régionale des transports et déplacements. En 2023, en adoptant une hypothèse de 5 000 unités en circulation, ils pourraient représenter un tiers de la réduction globale de 2,4% des déplacements polluants et 0,34% de la consommation électrique de l’île. 
 

Nicolas Buriez, directeur du développement océan Indien chez EDF SEI : « Nous déploierons des véhicules électriques et des ombrières photovoltaïques sur trois sites. » - Philippe Stéphant
Nicolas Buriez, directeur du développement océan Indien chez EDF SEI : « Nous déploierons des véhicules électriques et des ombrières photovoltaïques sur trois sites. » - Philippe Stéphant

QUATRE AXES POUR LA MOBILITÉ DURABLE 


Un véhicule électrique parcourant en moyenne 200 kilomètres par jour coûterait en énergie 600 euros par an, au lieu de 2 600 euros pour un véhicule diesel. Dans le cas d’une recharge par énergie solaire, son bilan carbone serait de 2 tonnes de CO2 par an, au lieu de 7 tonnes pour le diesel. Mais la recharge de 5 000 véhicules sur le réseau consommerait 35 mégawatts d’électricité supplémentaire, monopolisant 8% de la puissance nominale sur l’île. « Le véhicule électrique a un rôle à jouer pour abaisser la consommation d’énergie fossile et l’émission de gaz à effet de serre, conclut Antoine Chantrait, pour la SPL Energies Réunion, mais les batteries utilisent du lithium qui est une ressource finie. Sur le long terme, pour une mobilité durable à grande échelle, il faut privilégier les modes de déplacement doux, comme le vélo à assistance électrique. » La Région Réunion, en partenariat avec l’État, privilégie quatre axes pour la mobilité durable : les flottes captives d’administration ou d’entreprise, le transport collectif, la logistique urbaine et les déplacements du dernier kilomètre. Un appel à projets de mobilité électrique, en 2014, doté d’un budget de 600 000 euros, a permis de sélectionner les projets de quatre collectivités et de deux entreprises, incluant des véhicules, des microbus et des vélos électriques, et des bornes de recharge publiques. « Dans le cadre de notre projet Sunny Mouv, en partenariat avec l’université de La Réunion et notre filiale Sodetrel, dédiée à la mobilité électrique, nous dé.ploierons trois véhicules électriques supplémentaires et des ombrières photovoltaïques avec stockage sur trois sites », annonce Nicolas Buriez, directeur du développement océan Indien d’EDF SEI (Electricité de France – Systèmes énergétiques insulaires).

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Comment concilier véhicules électriques et développement durable

Un concept innovant de véhicules légers, conçus et fabriqués à La Réunion, sera prochainement dévoilé sous la marque Wello. Cette start-up, labellisée French Tech par BPI France, s’est développée au sein de l’incubateur de la Technopole de La Réunion jusqu’en 2015. « Nous avons mis au point trois prototypes de véhicules légers qui répondent aux besoins des entreprises et des ...