Hot

Océan Indien

Le photographe William Childéric assassiné à Madagascar

15 avr 2018 | PAR Jacques Rombi
Je n’aurai pas eu le temps de revoir mon vieux pote. Après avoir partagé l’aventure du quotidien Le Réunionnais aux débuts des années 90, il y était photographe et j’y étais secrétaire de rédaction, nous nous sommes perdus de vue jusqu’à ce que la magie des réseaux sociaux ne nous retrouve l’an dernier.
A distance, mais avec beaucoup de passion, il m’a fait partager son désir de retourner vivre dans « son » pays (William était un Zanatany, littéralement « né dans le pays »). Et toujours à distance, j’ai essayé de le guider en lui donnant les meilleures adresses pour son installation.
Nous devions nous revoir bientôt mais le triste destin qui plane sur la Grande Ile en a voulu autrement. A peine installé, il aura été victime de sombres criminels qui, aux premières informations recueillies seraient "une ou deux personnes de la famille de l’épouse de son père, venues chez lui vendredi dans la soirée... Il y a eu un homicide commis par ces personnes.... Il est décédé des suites de ses blessures à la tête". Le responsable sécurité de l’ambassade de France a été informé par ses amis du groupe de motards XR Mada qu’il avait rejoint pour y partager une autre de ses nombreuses passions, celle des deux-roues.
Pourtant, sans un vrai engagement des Autorités malgaches, tous les habitués de la Grande Ile le savent : l’enquête sera enterrée, cela d’autant plus si les criminels sont protégés en haut lieu.

Un Etat dans quel état ?

Il n’y a plus qu’à espérer que les propos du Premier Ministre, Olivier Mahafaly, prononcés pas plus tard que le 11 avril dernier, soient empreints d’une vraie volonté de combattre la criminalité.
C’était à l’ouverture d’une énième "grande réunion technique de haut niveau" réunissant les responsables des cinq ministères concernés.
Durant son discours d’ouverture le chef du gouvernement a déclaré :
« La population attend une présence de l’Etat et des solutions concrètes. Je ne blâme pas ceux qui se demandent s’il y a encore un Etat, parce que nous n’avons pas encore atteint notre objectif. A eux je réponds, l’Etat est là, il prend et prendra ses responsabilités, puisque l’objectif est la protection de la population et de leurs biens ».

Olivier Mahafaly semble enfin comprendre qu’un pays sans sécurité, un pays sans justice, tout simplement… ce n’est plus un pays !



Biographie de William Childeric 
Après des études de philosophie et de psychologie à l’Université Pierre Mendès France de Grenoble, il devient par passion photographe à La Réunion des journaux Le Réunionnais puis Le Quotidien.  
Il crée en 2004 les agences Sakara Press et Sakara Press Éditions qui lui permettent de parcourir le monde en réalisant de nombreux reportages.
L’Humain sera toujours au centre de ses travaux et de ses passions et il décide d’en savoir plus en reprenant ses études pour devenir psychanalyste. Puis il ouvre alors un cabinet de psychothérapie et de sexologie à Saint-Pierre de La Réunion avant de délocaliser ce cabinet à Madagascar, le pays qui l’a vu naître et qui ne l’a pas laissé vivre plus longtemps. 
A celui qui terminait toujours ses messages par « Douce et belle soirée à toi ! », amis et collègues adressent de sincères condoléances à ses proches, à ses filles. Nous te souhaitons un beau et grand voyage, je t’y vois : en Harley, appareil photo en bandoulière !


 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Océan Indien

Le photographe William Childéric assassiné à Madagascar

A distance, mais avec beaucoup de passion, il m’a fait partager son désir de retourner vivre dans « son » pays (William était un Zanatany, littéralement « né dans le pays »). Et toujours à distance, j’ai essayé de le guider en lui donnant les meilleures adresses pour son installation. Nous devions nous revoir bientôt mais le triste destin qui plane sur la Grande Ile en a voulu autre...