Performance

Afrique/océan Indien

Comprendre et conquérir les marchés africains

10 mar 2020 | PAR Jean-Michel Durand
Guy Gweth sera à Maurice, du 15 au 22 mars, pour une série de formation dédiée au Top management de certaines entreprises mauriciennes soucieuses de mieux comprendre les marchés africains pour mieux les conquérir. - DR
Guy Gweth est le fondateur du Centre Africain de Veille et d'Intelligence Économique (CAVIE), et un des meilleurs spécialistes en Intelligence économique et en due diligence en Afrique. Il sera à Maurice, du 15 au 22 mars, où il va proposer une série de formation au Top management de certaines entreprises mauriciennes soucieuses de mieux comprendre les marchés africains pour mieux les conquérir. Il répond, ici, à nos questions.
L’Éco austral : 40 % des informations et données, souvent officielles, qui circulent à propos de la situation socio-économique de l’Afrique seraient entachées d’imprécision et de mauvaise interprétation !  Comment l’intelligence économique et la Due diligence peuvent aider l’entrepreneur mauricien à faire des affaires en Afrique ? D’ailleurs comment définiriez-vous ces disciplines ?

Guy Gweth : Pour le Centre Africain de Veille et d'Intelligence Economique (CAVIE), l’Intelligence économique, en abrégé IE, est à la fois un état d’esprit, un processus et un dispositif de questionnement, de collecte, de traitement, d’analyse et de diffusion sécurisée du renseignement utile à la prise de décision économique en territoire concurrentiel ou hostile. Fille ainée de l’IE, la due diligence est, pour le dire simplement, une enquête dont l’effet final recherché est de prévenir tout risque de tromperie ou de réputation au cours d’une transaction et, ce faisant, d’agir en bonus pater familias (en bon père de famille). Ensemble, ces deux disciplines permettent une triple approche essentielle dans la conquête des marchés africains : défendre, attaquer et influencer. 

Quels services et outils le CAVIE va mettre en œuvre pour monter et soutenir la stratégie africaine de ces entreprises lors de cette prochaine formation qui aura lieu du 15 au 22 mars 2020  ?

Le CAVIE est le fruit d’une dizaine d’années d’expérience dans le conseil pour les affaires et la gestion en Afrique. Grâce à une pratique du terrain, aux retours d’expérience de nos clients et partenaires, nous avons développé, testé et validé cinq programmes qui accompagnent la stratégie africaine des entreprises avec efficacité.  
  • Le premier est le VIMA pour Veille et Intelligence des Marchés Africains. Il donne les clés pour surveiller son secteur d’activité en Afrique 24h/7 : de la législation à la concurrence en passant par les nouveaux entrants, les prix, les fusions, acquisitions ou faillites éventuelles. La valeur ajoutée du CAVIE, ici, réside dans l’alliance entre veille électronique et renseignement humain.
  • Le second est l’IDPA pour Influence de la Décision Publique en Afrique. Il outille et aiguise la capacité des entreprises à ne pas subir les normes qui régissent les marchés, mais à les coproduire. Car la guerre économique en cours à l’international est avant tout normative. 
  • Le troisième est l’IEDDA pour Intelligence Economique et Due Diligence en Afrique. Il permet aux entreprises de se prémunir de tout risque de tromperie et/ou de réputation sur des marchés où l’implication des agents publics et personnalités politiquement exposées dans les affaires, la corruption, le blanchiment de capitaux, les légendes et autres doubles comptabilités font face à une législation internationale rendue plus impitoyable par l’extraterritorialité.
  • Le quatrième, MOAC, pour Méthodes et Outils Avancés de Compliance, offre les moyens aux entreprises de se tenir en permanence au courant des normes et bonnes pratiques applicables à leurs activités. Le CAVIE les aide à en faire, non des points de tension générateurs de stress et d’inquiétudes, mais des leviers de compétitivité en environnement complexe ou hostile.
  • Enfin le cinquième, l'OTIFA, pour Outils et Techniques d’Investigations Financières en Afrique, évite aux entreprises de tomber dans les pièges tendus par le crime organisé, la cybercriminalité financière, le financement du terrorisme, le détournement de deniers publics, l’économie informelle ou le blanchiment des capitaux. Ici également, les marchés africains sont singuliers.

Ces cinq programmes correspondent à la fois à des formations, à des dispositifs que nous mettons en place au sein des entreprises, et à de l’accompagnement aux fins d’optimisation des performances des acteurs privés ou publics partis à la conquête des marchés africains.
Bref un programme dense, intensif mais surtout opérationel.

 
Guy Gweth
Ancien de l'École de Guerre Économique et du Centre d'Études Diplomatiques et Stratégiques de Paris, le président du CAVIE est aussi le responsable du programme « Doing Business in Africa » à l'École Centrale Supelec de Paris. Il dirige le premier MBA « Intelligence économique & marchés africains » à l'École supérieure de gestion (ESG) de Paris. Son expertise pointue lui vaut d'être sollicité fréquemment par des entreprises du CAC40, différents États africains, de grands cabinets d'affaires internationaux, des médias internationaux tels que Forbes Afrique, France 24, Radio France Internationale et l'Agence EcoFin.

 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Afrique/océan Indien

Comprendre et conquérir les marchés africains

L’Éco austral : 40 % des informations et données, souvent officielles, qui circulent à propos de la situation socio-économique de l’Afrique seraient entachées d’imprécision et de mauvaise interprétation !  Comment l’intelligence économique et la Due diligence peuvent aider l’entrepreneur mauricien à faire des affaires en Afrique ? D’ailleurs comment définiriez-vous ces disci...