Edito

France

CONFUSION POLITIQUE

28 nov 2016 | PAR Alain Foulon

Ainsi, il n’y a pas eu de nouvelle surprise après la surprise du premier tour des Primaires de la droite et du centre. François Fillon a littéralement assommé Alain Juppé lors du second tour ce dimanche 27 novembre. Mais il s’est fait voler la vedette par Manuel Valls qui s’est dit prêt à se présenter au Primaires du Parti socialiste. Du jamais vu de la part d’un Premier ministre en poste, sauf évidemment à l’époque de la cohabitation. On pourrait d’ailleurs s’attendre à la désintégration pure et simple d’un parti socialiste qui regroupe des courants incompatibles et, surtout, des électrons libres guidés par leur seule ambition personnelle. En revanche, la droite semble recoller les morceaux après une semaine où les hostilités se sont intensifiées, Alain Juppé n’hésitant pas à tirer quelques « scud » sur François Fillon. De quoi fournir des munitions à une gauche qui ne pourra guère communiquer sur son bilan et devrait plutôt agiter l’épouvantail de l’ultra-libéralisme économique et du conservatisme social. Mais de ce côté-là, elle aura fort à faire avec Marine Le Pen qui, en déplacement à La Réunion, vient de déclarer que « Henri Gaino a raison quand il dit que François Fillon, c’est le pire programme de casse sociale qui n’ait jamais existé, le pire… » La candidate du Front national serait peut-être bien, finalement, la plus socialiste de tous, une « nationale-socialiste » plus précisément (sans faire de rapprochement historique mais en s’en tenant au sens du mot). Peut-on d’ailleurs être à la fois socialiste et mondialiste comme bon nombre de néo-socialistes (à la sauce Macron, par exemple) ? La plus grande confusion règne sur la scène politique française où l’on sait désormais, après l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis, que tout est possible. Et il serait vain d’imaginer déjà un second tour entre la nationale-socialiste Marine Le Pen et le libéral conservateur François Fillon. La confusion idéologique et le galvaudage des mots ne font que déboussoler davantage une bonne part de l’électorat qui recherche avant tout un homme (ou une femme) providentiel(le). Et c’est sans doute le charisme qui fera la différence. Le charisme et les réseaux sociaux.

 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

France

CONFUSION POLITIQUE

Ainsi, il n’y a pas eu de nouvelle surprise après la surprise du premier tour des Primaires de la droite et du centre. François Fillon a littéralement assommé Alain Juppé lors du second tour ce dimanche 27 novembre. Mais il s’est fait voler la vedette par Manuel Valls qui s’est dit prêt à se présenter au Primaires du Parti socialiste. Du jamais vu de la part d’un Premier ministre ...