Performance

Afrique/océan Indien

Coopération franco-japonaise : la start-up française DeProfundis invitée à la TICAD

2 aoû 2016 | PAR La rédaction
Baptiste Bassot, cofondateur de DeProfundis avec Bruno Garnier, est basé au Japon, un pays très en pointe dans l’exploitation de l’eau de mer profonde.
DeProfundis est spécialisée dans la climatisation marine ou SWAC (Sea-Water Air Conditioning) et plus largement dans l’exploitation de l'eau de mer de grande profondeur. Elle travaille notamment sur le projet d’EDF à La Réunion et devrait jouer un rôle actif dans d’autres projets, portés par les Japonais dans la région et en Afrique.


La 6e conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (TICAD VI) se tiendra à Nairobi (Kenya) les 27 et 28 août et des projets importants devraient se situer au cœur de ses travaux. Comme ceux relatifs à la climatisation marine ou SWAC (Sea-Water Air Conditioning) en anglais qui permet de se passer de pétrole pour la climatisation de bâtiments tout en exploitant l’eau de mer de grande profondeur dans des activités annexes comme l’aquaculture, la parapharmacie, le conditionnement de l’eau en bouteille après osmose inverse, la thalassothérapie et la pisciculture… Un modèle retenu par Hawaï depuis plus de trente ans. Très intéressant mais exigeant beaucoup d’espace pour développer les activités annexes et des investissements publics importants. Car le SWAC coûte très cher. Ainsi, le projet porté par Engie à La Réunion, pour climatiser certains bâtiments du nord de l’île, est estimé à plus de 150 millions d’euros. Le modèle économique laisse d’ailleurs à désirer puisque le projet est au point mort. De même que celui, plus modeste, d’EDF pour la climatisation de l’hôpital de Saint-Pierre (sud de l’île). Mais il n’est pas abandonné car DeProfundis travaille à une réduction des coûts de 50% sur le montant des travaux, ce qui permettrait un gain de 25% sur le coût total du projet. Il s’agit d’optimiser certaines solutions et de mettre au point des outils reproductibles sur différents sites. Des solutions qui pourraient convenir notamment pour la climatisation des « data center ». Au-delà de La Réunion, la coopération avec les Japonais devrait s’intensifier. Le groupe Hitachi est d’ailleurs impliqué dans l’océan Indien, aux Maldives, et s’est intéressé à un projet de climatisation marine de l’aéroport de Maurice qui n’a pas abouti à ce jour. DeProfundis travaille pour Hitachi dans le cadre de différents projets. Le Japon est un pays en pointe dans l’exploitation de l’eau de mer de grande profondeur notamment pour la production de cosmétiques. Le groupe DHC (Daigaku Honyaku Center) a lancé avec succès DHC Beauty en 1980 et développe une gamme de produits pour femmes. Il s’est implanté en Californie en 1995, puis en Corée du Sud, à Taïwan, à Shanghai, en France et à Hong Kong. Des développements qui pourraient inspirer les îles de l’océan Indien qui disposent d’une ressource maritime abondante.


Plus d’informations dans L’Eco austral N°311 à paraître mi-août 2016 avec un article de trois pages.
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Afrique/océan Indien

Coopération franco-japonaise : la start-up française DeProfundis invitée à la TICAD

 La 6e conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (TICAD VI) se tiendra à Nairobi (Kenya) les 27 et 28 août et des projets importants devraient se situer au cœur de ses travaux. Comme ceux relatifs à la climatisation marine ou SWAC (Sea-Water Air Conditioning) en anglais qui permet de se passer de pétrole pour la climatisation de bâtiments tou...