Performance

Océan Indien

Corsair renforce sa présence régionale et veut stimuler le tourisme

Pascal de Izaguirre, Pdg de Corsair International : « Nous sommes très attachés à l’océan Indien. » La compagnie du groupe TUI dessert La Réunion depuis vingt-cinq ans et a fêté en 2016 ses 20 ans à Madagascar et ses 10 ans à Maurice. DR
Corsair International développe des liaisons inter-îles et a signé une convention de partenariat avec l’organisation des Îles Vanille. Dans le même temps, la compagnie du groupe TUI va monter en gamme en lançant une vraie classe affaires.

Saint-Denis-Mayotte depuis le 24 janvier 2017 à raison de deux vols par semaine, Saint-Denis-Tananarive annoncé également, au rythme de un à deux vols par semaine, et peut-être prochainement Réunion-Maurice au moins deux fois par semaine si les droits de trafics sont octroyés… Corsair mise sur la connectivité des îles de l’océan Indien.

« LES COMBINÉS RÉUNION-MAURICE SONT TROP CHERS »

« Nous voulons être partie prenante et impliqués dans les échanges économiques de la zone océan Indien. C’est dans ce sens que nous avons signé une convention de partenariat avec les îles Vanille pour contribuer à leur développement économique. Dans le transport aérien, il y a un véritable manque de capacité pointé par les autorités, les acteurs économiques et touristiques, et les tarifs sont trop élevés. Nous avons une place à prendre et nous sommes légitimes pour proposer des vols complémentaires aux transporteurs actuels », estime Pascal de Izaguirre, Pdg de Corsair International et également patron de TUI France, premier groupe de voyages et de tourisme. Il se montre déterminé pour obtenir les droits de trafic sur Réunion-Maurice car il y a selon lui une réelle demande. « Nous voulons renforcer les échanges économiques, le fret, mais aussi le tourisme entre les deux îles. Beaucoup de Réunionnais souhaitent faire des petits séjours sur l’île sœur avec un billet à un tarif raisonnable. Nous souhaiterions également promouvoir les combinés touristiques Réunion-Maurice. Aujourd’hui, nous n’arrivons pas à les vendre car il n’y a pas de vol ou c’est trop cher. »

LA CLASSE AFFAIRES COMMERCIALISÉE DÈS FÉVRIER 2017

Pour faire face à la concurrence, la compagnie travaille à la fois son réseau (développement du secteur Afrique avec succès sur Abidjan et Dakar, ouverture de Cuba) et fait évoluer son offre produits avec une nouvelle classe affaires prévue pour l’été de l’hémisphère sud. Commercialisée à partir de février 2017, cette classe affaires, dont l’investissement est gardé secret, promet selon la compagnie d’être vite rentabilisée et va concerner toutes les lignes. Fauteuils convertibles en lits, Ipad pro 13 pouces, prestations gastronomiques, c’est un produit haut de gamme qui se prépare et sera proposé à côté de la classe Grand large (plus petite) et de la classe économique. « C’est une façon d’être moins vulnérables par rapport à une concurrence Low Cost », indique Pascal de Izaguirre. La compagnie emprunte néanmoins à ce modèle économique la variabilité des tarifs en fonction des options choisies par le passager. La compagnie travaille actuellement à faire évoluer sa grille tarifaire et proposera d’ici avril 2017 plusieurs types de tarifs avec options à la carte et un premier tarif de base qui comprendra le vol et seulement un bagage à main.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Océan Indien

Corsair renforce sa présence régionale et veut stimuler le tourisme

Saint-Denis-Mayotte depuis le 24 janvier 2017 à raison de deux vols par semaine, Saint-Denis-Tananarive annoncé également, au rythme de un à deux vols par semaine, et peut-être prochainement Réunion-Maurice au moins deux fois par semaine si les droits de trafics sont octroyés… Corsair mise sur la connectivité des îles de l’océan Indien. « LES COMBINÉS RÉUNION-MAURICE SONT TROP CH...