Green

Afrique

David Roger, BuyYourWay : « La RSE va devenir un must have pour les entreprises »

1 déc 2018 | PAR Jean-Michel Durand | N°335
Selon une étude publiée en 2016 par France Stratégie, la RSE procure un gain de performance de 13 % par rapport aux entreprises qui ne l’intègrent pas dans leur stratégie. DR
David Roger, le dirigeant-fondateur du cabinet BuyYourWay présent à Paris, Dakar et Tananarive, pose une vision transversale de la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Pour son extension, il mise sur l’effet d’entraînement des conglomérats sur les PME.

L’Eco austral : Vous venez de participer, à Maurice, à l’« AfrAsia Bank Sustainability Summit » et votre entreprise coorganise depuis 2016 le « Salon de la RSE et du Développement Durable » à Madagascar. Comment se porte la RSE en Afrique et dans la sous-région ?
David Roger
: Avec 54 États africains, les questions de RSE sont, de fait, assez hétérogènes. En général, peu d’entreprises comprennent le lien entre cette pratique et leurs activités. A contrario, les filiales de grands groupes, souvent internationaux, bougent (encore) timidement car elles en ont compris l’enjeu. En effet, de grandes institutions financières publiques comme l’Agence française de développement (AFD) et son bras financier la Proparco conditionnent leurs prêts à ces préoccupations sociales, environnementales et économiques. 
Ensuite, il y a des cas spécifiques. Dans des économies où le secteur privé est fort et mature, comme à Maurice ou au Maroc, les entreprises investissent dans la RSE. C’est même un élément incon-tournable pour prendre une dimension internationale. Port-Louis est bien en avance dans l’océan Indien (hors La  Réunion). En Afrique de l’Ouest, il y a deux moteurs : le Sénégal et la Côte d’Ivoire, mais il y a des différences notables entre les deux. L’esprit entrepreneurial ivoirien étant plus fort, les directeurs généraux misent plus facilement sur la RSE. Le Groupe Sifca (grand groupe industriel ivoirien) est un bel exemple d’investissement dans la RSE. Les autres poids lourds sont le Maroc et l’Afrique du Sud. 

Comment expliquer ces différences ?
Il faut une locomotive, c’est fondamental ! Au Maroc, le roi donne le « la ». À Maurice, le secteur privé est le fer de lance. À l’opposé, à Madagascar, l’absence d’État ou son indigence pousse le privé à agir seul. Dans la Grande Île, si les filiales internationales et les exportateurs sont les plus susceptibles de bouger, d’autres secteurs se mettent aussi à la RSE comme la BNI (banque commerciale). Une étude, publiée en 2016 par France Stratégie (organisme français d’expertise et d’analyse prospective sur les grands sujets sociaux et économiques), démontrait que la RSE procure un gain de performance de 13 % par rapport aux entreprises qui ne l’intègrent pas.

Paradoxalement, Maurice a durci les conditions de la RSE soulevant bien des polémiques. On a parlé de « Corporate Social Tax » ! Qu’en pensez-vous ?
Pour moi, la loi est clairement à côté, tant sur le process (priver de fonds et de contrôle les entreprises) que sur le sujet (la philanthropie est typiquement un sujet qui devrait être très libre). Mais des groupes mauriciens comme IBL et CIEL vont intégrer la RSE encore business (cœur de métier), donc peu importe la loi ! Le souci est plutôt la question du message des conglomérats aux PME. Il faudra compter davantage sur l’effet d’entraînement des gros sur les petits (par l’exemple, par les relations commerciales). Idéalement, la prochaine étape est la prise de recul, la structuration de la vision, des plans d’action bien réels et surtout savoir dialoguer avec toutes les parties prenantes.

Son parcours
David Roger est le fondateur et P-DG de BuyYourWay, une société de conseil implantée en Afrique de l’Ouest et dans l’océan Indien. Cet ingénieur agroalimentaire, qui possède un master en stratégies de développement durable de HEC Paris, travaille depuis 12 ans à l’intégration de stratégies d’approvisionnement durable dans divers secteurs.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Afrique

David Roger, BuyYourWay : « La RSE va devenir un must have pour les entreprises »

L’Eco austral : Vous venez de participer, à Maurice, à l’« AfrAsia Bank Sustainability Summit » et votre entreprise coorganise depuis 2016 le « Salon de la RSE et du Développement Durable » à Madagascar. Comment se porte la RSE en Afrique et dans la sous-région ? David Roger : Avec 54 États africains, les questions de RSE sont, de fait, assez hétérogènes. En général, peu d’ent...