Happy Few

Monde

Derniers voyages à Sainte-Hélène avec le RMS St Helena

9 sep 2015 | PAR La rédaction | N°301
Construit en 1989 à Aberdeen, en Écosse, le RMS St Helena (RMS pour Royal Mail Ship, bateau postal royal) peut accueillir 158 passagers dans 57 cabines plus ou moins vastes. - St Helena Tourism
Une traversée fascinante de cinq jours, au départ du Cap, pour découvrir une île où Napoléon 1er fut exilé par les Anglais et mourut le 5 mai 1821. À partir de février 2016, un avion fera la desserte au départ de Johannesburg et le RMS Ste Helena mettra fin à ses rotations en avril.
Cinq jours aller, cinq jours retour : Sainte-Hélène est l'une des dernières destinations qu’on ne peut atteindre qu'après un long voyage en mer. Transportant marchandises et passagers, le RMS St Helena fait la navette toutes les trois semaines entre le port sud-africain du Cap et Sainte-Hélène : 3 100 kilomètres tranquillement parcourus en cinq jours à 15 nœuds (28 km/h) de moyenne, dix-sept fois par an. Il pousse la plupart du temps jusqu'à Ascension, une autre île britannique de l'Atlantique Sud. Le journaliste de l’AFP Jean Liou a fait le voyage et raconte les journées à bord « marquées par autant de rituels, parfois délicieusement surannés ». Le premier café (ou thé) apporté tôt dans la cabine, puis le petit-déjeuner sur le pont (ou au restaurant pour ceux qui veulent des œufs à l'anglaise) avant le premier jeu en plein air, accompagné sur le coup de 11h d'un bouillon de bœuf. Suivent le déjeuner, des documentaires, des films et d'autres jeux, dont un « quiz » (sorte de Trivial Poursuit) très international et très disputé. Et enfin un dîner assez cérémonieux et encore d'autres jeux improbables. « Entre les deux, on peut lire, se baigner dans une petite piscine, jouer au bridge ou au scrabble, faire un sudoku, tricoter, bronzer, rêver devant la mer et voir passer des dauphins et des baleines. »
 

LA FIN D’UNE ÉPOQUE AVEC L’ARRIVÉE DE L’AÉROPORT

Un océan généralement calme, un service impeccable, une nourriture de qualité et un bar très abordable rendent le voyage plaisant. « Mais surtout, on peut rencontrer des gens et se faire des amis qu’on retrouve ensuite dans les pubs de Jamestown, la microscopique capitale de Sainte-Hélène. » Nostalgie, nostalgie… Avec l’arrivée de l’aéroport, ce sera la fin d’une époque. Mais pour l’île, c’est la possibilité de doper le tourisme qui commence à émerger. La moitié des passagers du RMS St Helena sont maintenant constitués de touristes contre 10% il y a quelques années. Du coup, l'armateur a dû ajouter une dizaine de cabines et augmenter le nombre de rotations pour répondre à la demande… Avant que le navire ne laisse la place à l’avion avec des vols hebdomadaires depuis Johannesburg en février 2016. L'étiquette tend d’ailleurs à se relâcher à bord et les voyageurs oublient volontiers qu'ils sont parfois invités à mettre une cravate. Mais personne ne manquerait le cocktail du capitaine au soir du deuxième jour, ni le barbecue sur le pont, la veille de l'arrivée. C'est l'occasion de rencontrer des « Saints » rentrant au pays, des Sud-Africains partis construire l'aéroport de l'île, un jeune Français venu assurer la maintenance d'une station de surveillance du traité de non-prolifération nucléaire, ou encore un aristocrate anglais qui raconte sa guerre des Malouines.
Rencontrer aussi un Afrikaner à la barbe fleurie, parti sur les traces du général Piet Cronjé, son arrière-arrière-grand-père qui fut prisonnier des Anglais sur Sainte-Hélène pendant la guerre des Boers (1899-1902). Et bien sûr, on évoque la fin du RMS, un verre de gin tonic à la main.
« Ce voyage vers l'île va me manquer, mais j'attends l'aéroport avec impatience », confie Sandra Isaac, une Sainte-Hélénienne qui vit en Angleterre depuis vingt-cinq ans. Elle ne sera plus obligée de prendre des congés sans solde pour pouvoir ajouter les dix jours de traversée à ses vacances au pays. Le programme du RMS St Helena court actuellement jusqu'en avril 2016, deux mois après l'ouverture de l'aéroport. Et après ? On parle de quelques croisières exceptionnelles, peut-être jusqu'en Angleterre. Avant d'envoyer sans doute le navire à la casse.

La construction la plus spectaculaire de Jamestown est la « Jacob's Ladder » (l'échelle de Jacob) : 699 marches mènent de la vallée où est construite Jamestown au sommet de « Ladder Hill ». - St Helena Tourism
La construction la plus spectaculaire de Jamestown est la « Jacob's Ladder » (l'échelle de Jacob) : 699 marches mènent de la vallée où est construite Jamestown au sommet de « Ladder Hill ». - St Helena Tourism
 
 Sainte-Hélène, en anglais Saint Helena, est une île volcanique de 122 kilomètres carrés, située au milieu de l'océan Atlantique sud, à 1 930 kilomètres des côtes africaines et à 3 500 kilomètres des côtes brésiliennes, par 15° 57' S, 5° 42' W, faisant partie de Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha, territoire d'Outre-mer du Royaume-Uni. - St Helena Tourism
Sainte-Hélène, en anglais Saint Helena, est une île volcanique de 122 kilomètres carrés, située au milieu de l'océan Atlantique sud, à 1 930 kilomètres des côtes africaines et à 3 500 kilomètres des côtes brésiliennes, par 15° 57' S, 5° 42' W, faisant partie de Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha, territoire d'Outre-mer du Royaume-Uni. - St Helena Tourism
 
L'exploration de Jamestown est comparable à une chasse au trésor. La plupart des bâtiments de la ville ont été construits aux XVIIIe et XIXe siècles. - St Helena Tourism
L'exploration de Jamestown est comparable à une chasse au trésor. La plupart des bâtiments de la ville ont été construits aux XVIIIe et XIXe siècles. - St Helena Tourism

 



Le roman de Napoléon à Sainte-Hélène
Perdue au milieu de l'Atlantique Sud, Sainte-Hélène, l'île d'où l'on ne s'échappe jamais. Un rocher lugubre, battu par les flots et le vent. Déporté par les Anglais après Waterloo, Bonaparte s'efforcera, pendant cinq ans et demi, de rester Napoléon en dépit des humiliations. Amoureux des îles, Jean-Paul Kauffmann s'est embarqué un jour à bord du seul bateau qui dessert Sainte-Hélène. Il découvre ses falaises noires, ses habitants reclus, son gouverneur britannique, son ex-consul de France érudit et misanthrope, ses prisonniers qui pêchent face à l'océan. Sainte-Hélène : la vie quotidienne dans l'étrange maison de Longwood au temps de Napoléon, la promiscuité, l'ennui, l'humidité, les rats. Récit de voyage et enquête sur les derniers jours de l'Empereur, ce livre décrit avec justesse la captivité et l'enfermement. La chambre noire de Longwood est une méditation sur la mélancolie historique, un huis clos policier qui atteste que Napoléon a bel et bien été empoisonné. Par la nostalgie de sa gloire et le regret de son passé.

« La chambre noire de Longwood », par Jean-Paul Kauffmann, Gallimard (mai 1998), 308 pages, 8,50 euros.
 

Le grain d'arabica produit sur la petite île de l'Atlantique Sud est toujours l'un de ses rares atouts. Il est considéré comme l'un des meilleurs cafés du monde grâce à « ses notes fruitées et fleuries aux agrumes et au caramel, qui rappellent fortement ses origines yéménites », détaille son importateur, la société St Helena Trading. Il affiche « un équilibre parfait entre rondeur et acidité », confirme le blog spécialisé Kawateachoc. St Helena Tourism
Le grain d'arabica produit sur la petite île de l'Atlantique Sud est toujours l'un de ses rares atouts. Il est considéré comme l'un des meilleurs cafés du monde grâce à « ses notes fruitées et fleuries aux agrumes et au caramel, qui rappellent fortement ses origines yéménites », détaille son importateur, la société St Helena Trading. Il affiche « un équilibre parfait entre rondeur et acidité », confirme le blog spécialisé Kawateachoc. St Helena Tourism
 
L'exploration de Jamestown est comparable à une chasse au trésor. La plupart des bâtiments de la ville ont été construits aux XVIIIe et XIXe siècles. - St Helena Tourism
L'exploration de Jamestown est comparable à une chasse au trésor. La plupart des bâtiments de la ville ont été construits aux XVIIIe et XIXe siècles. - St Helena Tourism

 

  • SAINTE-HÉLÈNE : CE CONFETTI CHARGÉ D’HISTOIRE
     


    Sainte-Hélène fut découverte par le navigateur galicien João da Nova Castella le 21 mai 1502 et nommée en l'honneur d'Hélène, mère de Constantin Ier. Dès 1657, elle devient possession de la Compagnie anglaise des Indes orientales. Essentiellement connue comme lieu d'exil de Napoléon de 1815 à sa mort, le 5 mai 1821, l'île lui doit son intérêt touristique qui repose sur l'attrait des lieux qu'il a fréquentés. En 1890, le chef zoulou Dinizulu y fut détenu, avant que les Britanniques n’y emprisonnent le général Piet Cronje et 6 000 Boers durant la Seconde Guerre des Boers. Île forteresse sur le passage des navires de la Compagnie des Indes, elle perdit son rôle stratégique lors de l'ouverture du Canal de Suez. 

    Il n'y a aucune plage de sable sur l'île, mais la baignade est possible à partir du Quai de Jamestown et de quelques autres endroits sur la côte. Il y a aussi une piscine de taille olympique à Jamestown, ouverte tous les jours. Le club de plongée « St. Helena Diving Club » offre l'opportunité de s'adonner à la plongée libre et à la plongée sous-marine, et d'explorer de magnifiques épaves. Il y a de nombreuses randonnées à faire sur l'île, allant de la promenade tranquille le long des petites routes de campagne à l'ascension, à travers les linières et les pâturages, pour apprécier les paysages et les contrastes spectaculaires qu'offre l'île. Pour les plus entraînés et les plus courageux, il y a la possibilité de découvrir des endroits plus isolés : Lot’s Wife Ponds, Sharks Valley, Prosperous Bay ou the Barn.

    Il n'y a pas de train ou de lignes d'autobus sur l'île et la plupart des visiteurs explorent l'arrière-pays, hors de Jamestown, en taxi. Cependant, sur demande, des excursions en bus spéciaux sont organisées pour les croisiéristes. Les excursions sont très bien organisées et permettent de découvrir non seulement la flore surprenante de l'intérieur de l'île, mais également de visiter Longwood House, où Napoléon a passé les six dernières années de sa vie. La propriété est entretenue par le gouvernement français et la maison est pleine de souvenirs napoléoniens. Plantation House, la résidence du gouverneur, construite en 1792, est une autre attraction très appréciée pendant cette excursion durant laquelle les visiteurs sont fascinés par les tortues géantes qui vivent dans le parc de la propriété, dont l'une aurait 171 ans.

    Lors de votre visite dans l'arrière-pays, vous pourrez apercevoir un oiseau unique au monde, qui ne vit qu'à Sainte-Hélène. Avec un peu de chance, vous pourrez le voir courir dans les herbes hautes, avec ses pattes très fines, qui lui on valu son nom de « wirebird » (« l'oiseau fil de fer »). L'intérieur de l'île de Sainte-Hélène vous surprendra par ses contrastes. Sur ses 17 kilomètres de long et 10 kilomètres de large, l'île offre une grande diversité de sols, allant du désert érodé par le vent avec ses crêtes et ses vallées multicolores aux linières et collines couvertes de forêts, en passant par les pâturages, les vallées luxuriantes et les zones couvertes de buissons épineux. S'élevant au-dessus de Sandy Bay, deux énormes colonnes de basalte sont appelées « Lot » et « Lot's Wife ». Sources : St Helena Tourism et Wikipéia. 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Derniers voyages à Sainte-Hélène avec le RMS St Helena

Cinq jours aller, cinq jours retour : Sainte-Hélène est l'une des dernières destinations qu’on ne peut atteindre qu'après un long voyage en mer. Transportant marchandises et passagers, le RMS St Helena fait la navette toutes les trois semaines entre le port sud-africain du Cap et Sainte-Hélène : 3 100 kilomètres tranquillement parcourus en cinq jours à 15 nœuds (28 km/h) de moy...