Hot

Madagascar

Deux morts après une émeute anti-chinoise dans une sucrerie

13 déc 2014 | PAR AFP
La Sucoma, qui est une entreprise publique gérée par des Chinois, est secouée depuis des mois par des revendications du personnel malgache, qui réclame des contrats de travail pour les saisonniers et des augmentations de salaire. - Stocklib

Un gardien et un militaire ont été tués à l'arme blanche, le 11 décembre, dans une sucrerie gérée par des Chinois à Morondava dans l'ouest de Madagascar et en proie à des troubles sociaux ayant déjà fait deux morts, ont indiqué les autorités.
« Il n'y a pas de Chinois tué ni blessé. Ils ont été évacués. Et on ne connaît pas encore la circonstance de la mort du militaire », indique, le directeur du service de renseignements de la gendarmerie, le colonel Anthony Rakotoarisoa. Quant au gardien, « c’est un règlement de compte entre employés durant des vols de sucre ».
« Ces deux personnes sont mortes massacrées à coup de couteau », précise un cadre malgache de la Sucoma qui a demandé à garder l'anonymat.
Le 10 décembre, des affrontements entre gendarmes et membres du personnel de la Sucoma, qui avait marché sur la caserne de gendarmerie à la suite de l'arrestation de deux de leurs leaders, avaient fait deux morts et neuf blessés. La gendarmerie affirme n'avoir tiré sur personne, mais seulement en l'air, tandis qu'un cadre malgache de la Sucoma a affirmé le contraire.
La Sucoma est une entreprise publique gérée par des Chinois, qui paient une redevance à l'État malgache.
L'ambassade de Chine à Madagascar a persisté vendredi dans son refus de commenter la situation. « Le problème de la société Sucoma est un problème interne. Il y a déjà eu auparavant des affrontements entre les personnels malgaches et les gérants chinois, aboutissant parfois à des actes de vandalisme et des agressions physiques sur les Chinois. Mais des renforts sont arrivés sur place depuis jeudi et y resteront jusqu'à la normalisation totale de la situation », a indiqué le colonel Rakotoarisoa.
La gendarmerie affirme avoir repris le contrôle après l'envoi de renforts : militaires, gendarmes et policiers en provenance d'Antananarivo, la capitale
Vendredi matin, au lendemain d'une visite sur place du Premier ministre Roger Kolo, qui a rencontré les familles de victimes, la tension restait élevée.
Des habitants de Morondava ont rapporté qu'ils avaient vu des grenades lacrymogènes tirées par les forces de l'ordre autour de l'usine.
La Sucoma, dont le stock de sucre a été pillé, est secouée depuis des mois par des revendications du personnel malgache, qui réclame des contrats de travail pour les saisonniers et des augmentations de salaire.
Le mois dernier, des affrontements ont fait deux blessés parmi les Chinois, ainsi que des dégâts matériels.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

Deux morts après une émeute anti-chinoise dans une sucrerie

Un gardien et un militaire ont été tués à l'arme blanche, le 11 décembre, dans une sucrerie gérée par des Chinois à Morondava dans l'ouest de Madagascar et en proie à des troubles sociaux ayant déjà fait deux morts, ont indiqué les autorités. « Il n'y a pas de Chinois tué ni blessé. Ils ont été évacués. Et on ne connaît pas encore la circonstance de la mort du militaire », ...