Performance

Afrique

Deux Sud-africains remportent le prix de l'innovation 2014

Le Dr Nicolaas Duneas et Nuno Peres : « Notre espoir est que cette innovation change radicalement la façon dont les chirurgiens orthopédistes traitent les maladies osseuses ». - DR

Le Prix de l’innovation pour l’Afrique 2014 a récompensé les créateurs sud-africains du premier substitut de greffon osseux régénérant et injectable au monde. Du kit à faible coût de diagnostic prénatal par téléphone portable au système de biogaz alimenté par des déchets ménagers, cette récompense salue avant tout dix Africains qui innovent pour l’avenir de leur continent.


Selon la Fondation sud-africaine de lutte contre l’ostéoporose d’Afrique du Sud (NOFSA), cette maladie progresse en Afrique et particulièrement chez les femmes, notamment en raison de l’urbanisation et d’un manque généralisé de sensibilisation. Elles surveillent de plus en plus attentivement leur poids, ce qui réduit la densité de leurs os et augmente le risque de contracter des maladies osseuses. Face à ce problème, l’African Innovation Foundation (AIF) a décerné le Prix de l’innovation pour l’Afrique 2014 (PIA) au Dr Nicolaas Duneas et à Nuno Peres, d’Afrique du Sud. Sélectionnés parmi près de 700 candidatures venues de 42 pays, ils ont créé la matrice osseuse ostéogénique Altis (Altis OBM TM), le premier composé médical injectable à base de protéines morphogénétiques osseuses d’origine porcine. Ce produit innovant fait appel à un implant biologique régénérateur dans le cadre du traitement des lésions et carences osseuses.
Et c’est Ngozi Okonjo-Iweala, la ministre nigérian des Finances (la fameuse « Dame de fer » africaine, ndlr), qui leur a remis les 100 000 dollars. le Dr Nicolaas Duneas et M. Nuno Peres ont été distingués lors de la cérémonie de remise des prix de l’édition 2014 du Prix de l’innovation pour l’Afrique qui s’est déroulée à Abuja, au Nigeria. 
« Nous sommes ravis de cette distinction », se félicite Nuno Peres, le directeur du développement commercial de l’Altis OBM. « Notre équipe a travaillé dix ans sur l’Altis OBM : de l’idée initiale jusqu’à sa commercialisation. Notre espoir est que cette innovation change radicalement la façon dont les chirurgiens orthopédistes traitent les maladies osseuses. Remporter le PIA nous rapproche de cet objectif », ajoute-t-il ému.
En effet, avant l’invention de l’Altis OBM, les patients atteints de traumatismes osseux graves ou de dégradations osseuses sévères devaient subir un prélèvement de tissus osseux sur leurs propres hanches ou sur des donneurs décédés, dans l’espoir de subir avec succès une opération de greffe osseuse. Or ces deux méthodes s’avéraient très invasives. L’injection de l’OBM conduit à une guérison rapide, sûre et efficace des lésions osseuses problématiques, ce qui entraîne la reconstruction complète et naturelle de l’os et de la moelle osseuse. L’OBM est le seul substitut de greffon osseux provenant de mammifères, ce qui assure la rentabilité de sa production.

Le PIA 2014 a également distingué deux autres lauréats. Dans la catégorie « activités potentielles », Logou Minsob (Togo) a reçu 25 000 dollars pour son Foufou Mix, un robot de cuisine conçu pour remplacer les mortiers et les pilons utilisés dans la préparation du Foufou, un plat populaire d’Afrique de l’Ouest. Dans la catégorie « impact social », Melesse Temesgen (Éthiopie) a également reçu 25 000 dollars pour le développement de l’Aybar Broad Based Furrow Maker (BBM), un dispositif agricole à faible coût utilisé pour drainer facilement l’excès d’eau des champs inondés.



    •           Logou Minsob (Togo)

       Foufoumix

     Cet appareil est conçu pour remplacer le mortier et les pilons utilisés pour préparer le foufou, un plat populaire en Afrique de l’Ouest. Le  « FOUFOUMIX » est un petit robot culinaire qui permet de produire du foufou (pâte comestible, aliment de base pour de nombreuses populations d’Afrique équatoriale, ndlr.) de manière discrète, rapide et hygiénique en 8 minutes. Ceci réduit considérablement le temps nécessaire à la préparation de ce plat tout en améliorant les conditions d’hygiènes de production.
 

 
   •           Melesse Temesgen (Éthiopie)

   Aybar BBM

   L’Aybar BBM est un dispositif agricole qui peut être utilisé pour labourer les champs qui sont habituellement saturés d’eau et faciliter leur assèchement. Par le biais de cette innovation, ces sols ou champs inutilisables deviennent cultivables.
 

« Cette année, les lauréats du Prix de l’innovation pour l’Afrique montrent que les Africains peuvent trouver des solutions aux défis africains », a déclaré Jean-Claude Bastos de Morais, fondateur de l’African Innovation Foundation et créateur du PIA.  « Nous encourageons nos partenaires des secteurs public et privé à travailler ensemble de manière cohérente, afin de soutenir l’innovation en Afrique », a-t-il souligné.
Créé par l’AIF, le PIA est axé sur le renforcement des capacités de l’Afrique par un investissement dans ses innovations locales. Le PIA incite les dirigeants de tous les secteurs – le secteur privé, les donateurs et le gouvernement – à promouvoir le développement de l’Afrique à travers l’innovation et à investir dans ce domaine. La fondation estime que les Africains eux-mêmes apporteront les meilleures solutions aux défis auxquels ils sont confrontés chaque jour.
Les lauréats ont été sélectionnés par un jury qualifié, en fonction de la valeur marchande, de l’originalité, de l’évolutivité, de l’impact social et du potentiel commercial de leurs innovations respectives. Ils ont reçu des fonds non affectés en reconnaissance de leurs réalisations et sont libres d’utiliser leur prix pour poursuivre le développement de leurs innovations.
 


L’appel à candidatures pour le PIA 2015 sera annoncé en juillet 2014. Pour obtenir de plus amples informations sur les catégories du concours, les modalités de participation et les détails de candidature, veuillez consulter le site Internet http://www.innovationprizeforafrica.org
 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Afrique

Deux Sud-africains remportent le prix de l'innovation 2014

Selon la Fondation sud-africaine de lutte contre l’ostéoporose d’Afrique du Sud (NOFSA), cette maladie progresse en Afrique et particulièrement chez les femmes, notamment en raison de l’urbanisation et d’un manque généralisé de sensibilisation. Elles surveillent de plus en plus attentivement leur poids, ce qui réduit la densité de leurs os et augmente le risque de contracter des mal...