Dimitri Brouers : « Le monopole de la bière n’a plus sa raison d’être » - Performance - Ecoaustral.com

Performance

Madagascar

Dimitri Brouers : « Le monopole de la bière n’a plus sa raison d’être »

21 avr 2017 | PAR La rédaction
La libéralisation du marché de la bière est chose ardue à Madagascar. C’est pourtant ce combat que mène aujourd’hui la société DK Beverage, en lançant la nouvelle marque Africana Beer. Le responsable, Dimitri Brouers, nous explique les enjeux économiques de la libre concurrence.


Africana Beer ?
Comme son nom l’indique, c’est une bière dont la composition a été spécialement conçue pour les pays chauds d’Afrique. Elle est fabriquée en Pologne et distribuée à Madagascar en format canette de 33 cl à 5 degrés et de 50 cl à 5 et 8 degrés. Lancée en octobre 2016, elle est pour l’instant le Petit Poucet des marques au pays des géants.

Et que faites-vous du monopole de la bière à Madagascar ?
Plutôt que de parler uniquement des bières de la Star, nous préférons évoquer directement le statut de monopole dont jouit le groupe Castel depuis longtemps dans ce pays. Chose normale puisque la multinationale a su exercer un lobbying et adopter une stratégie de leadership auprès des différents acteurs (commerçants, administrations, médias, agences de communication). D’ailleurs, Castel est plutôt réactif. Lorsqu’on a lancé Africana Beer, le groupe a proposé la Skol 8 degrés, une belle réaction commerciale de leur part. C’est la preuve que la libre concurrence est quand même possible à Madagascar et ce n’est que positif !

Comment comptez-vous faire votre trou ?
Comme le dit notre slogan : « À chacun sa bière ». Notre rôle est d’offrir le plus grand choix aux consommateurs. Nous pensons que l’implantation d’Africana Beer ne peut que pousser à la libéralisation du marché de la bière à Madagascar. Et cela est très sain : la pression de la concurrence force les acteurs économiques à investir et adopter une politique de développement offensive. Par exemple, face à cette libéralisation du marché, le groupe Castel a annoncé qu’il va investir près de 14 milliards d’ariary pour doubler sa production d’orge dans sa malterie et 88 milliards d’ariary pour augmenter sa capacité de production à Madagascar.

Quelle est votre propre politique offensive ?
Pour l’instant, nous ne sommes qu’une modeste entreprise avec une quinzaine d’employés. Africana Beer est distribuée à Antananarivo, Antsirabe, Toamasina, Sainte-Marie, Diego Suarez, Mahajanga et Toliara, mais nous espérons encore nous développer. Nous voulons fidéliser les jeunes. Si les parents ont leur marque fétiche, les adolescents aiment la découverte et s’essayer à de nouveaux goûts. C’est ce type de clientèle qu’on cible.

Et la cause verte ?
Nous sommes une entreprise soucieuse de l’environnement. Nous projetons de récupérer toutes les canettes de bières, peu importe la marque, auprès des distributeurs pour les recycler. Par exemple, sous forme d’œuvres d’art. Pour cela, nous travaillons avec l’artiste plasticien Dieudonné. Il ne suffit pas de lancer une marque, il faut nourrir son image par une démarche engagée.

Source : propos recueillis par #PriscaRananjarison - www.nocomment.mg

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

Dimitri Brouers : « Le monopole de la bière n’a plus sa raison d’être »

 Africana Beer ? Comme son nom l’indique, c’est une bière dont la composition a été spécialement conçue pour les pays chauds d’Afrique. Elle est fabriquée en Pologne et distribuée à Madagascar en format canette de 33 cl à 5 degrés et de 50 cl à 5 et 8 degrés. Lancée en octobre 2016, elle est pour l’instant le Petit Poucet des marques au pays des géants.Et que faites-vou...