Happy Few

Maurice

« Do not Touch », la revue culturelle qu’on a envie de toucher

1 fév 2019 | PAR La rédaction | N°336
Isabelle Motchane-Brun (au centre avec la revue en main), éditrice à l’origine de cette création, est entourée d’une partie des auteurs ayant contribué à ce premier numéro annuel. Jacques Rombi
DNT, pour Do Not Touch, est une nouvelle revue culturelle que l’on a pourtant envie de toucher, feuilleter, découvrir, dévorer. Sur une centaine de pages grand format, le papier tauro et magno glassmet en beauté les œuvres graphiques et littéraires d’artistes de l’Indianocéanie. Illustres ou moins connus, tous trouvent là un espace d’expression où l’Art s’écrit avec un grand A. Les photographies de Pierrot Men côtoient les illustrations de Jean-Louis Floch, alors que Malcom de Chazal est ressuscité sous la plume de Robert Furlong.
Pour l’éditrice Isabelle Motchane-Brun, ex-journaliste au groupe de presse La Sentinelle, « ce projet est un grand rêve qui est né pendant la crise de 2009 à Madagascar ». DNT, fruit d’un partenariat avec le Hennessy Park hôtel, très impliqué dans le domaine artistique, a pour vocation d’offrir une plate-forme aux idées qui agitent les sociétés des Mascareignes. Tirée à seulement 1 000 exemplaires, cette édition annuelle est en vente au musée Blue Penny (Port-Louis) et à la librairie Petrusmok de l’hôtel Hennessy(Ébène).
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

« Do not Touch », la revue culturelle qu’on a envie de toucher

DNT, pour Do Not Touch, est une nouvelle revue culturelle que l’on a pourtant envie de toucher, feuilleter, découvrir, dévorer. Sur une centaine de pages grand format, le papier tauro et magno glassmet en beauté les œuvres graphiques et littéraires d’artistes de l’Indianocéanie. Illustres ou moins connus, tous trouvent là un espace d’expression où l’Art s’écrit avec un grand A...