Performance

Réunion

ÉCOCITÉ : Ce programme phare qui va éclairer l’Ouest

1 juin 2022 | PAR Arnaud Thomelin | N°368
Le projet d’Écoquartier Cambaie-Oméga, au coeur de l’Écocité, va se déployer sur un périmètre d’environ 76 hectares. Une énorme réserve foncière à l’échelle de La Réunion pour des activités économiques, de nouveaux logements diversifiés et des services de proximité. ©Droits réservés
Destiné à devenir à terme une vitrine pour toute La Réunion, le projet d’Écocité, évoqué depuis 2009, est entré pour partie dans sa phase opérationnelle. Les premiers écoquartiers sont déjà sortis de terre à La Possession, et d’autres opérations d’aménagement d’envergure devraient être lancées prochainement au Port et à Saint-Paul. Explications…

« Avec 25 % de la population et des emplois, l’Ouest est indéniablement la capitale économique de La Réunion. Ce rôle, il faut désormais l’assumer pleinement, en dégageant le foncier et en fournissant les équipements nécessaires », pose Emmanuel Séraphin, le maire de Saint-Paul et président du Territoire de la côte ouest (TCO). Une intercommunalité à laquelle a été dévolue la compétence d’aménagement économique sur l’ensemble des cinq communes qui la composent. « Plus de 90 000 voitures transitent chaque jour dans le bassin ouest et créent d’énormes tensions sur les zones d’activités. Il est donc indispensable de structurer le territoire pour combiner à terme sur un même espace travail, logement, commerces et loisirs », poursuit l’élu. Trouver cet équilibre et créer de la cohérence tout en préservant la zone d’une urbanisation galopante, telle est l’une des ambitions majeures du projet d’Écocité, porté depuis 2009 par le TCO. « Trois communes sont concernées, pour tout ou partie : les bas de La Possession, la ville du Port dans sa totalité et la partie nord de Saint-Paul. Mais cette Écocité sera une réussite si et seulement si nous parvenons à équilibrer le territoire, en particulier en impulsant de l’activité économique dans les Hauts et dans la partie sud de l’intercommunalité, Trois-Bassins et Saint- Leu. C’est pourquoi nous initions une étude portant sur l’armature économique du TCO, pour recenser sur l’ensemble du territoire le foncier non aménagé susceptible  d’accueillir de l’activité économique. Des zones prioritaires, aménageables dès à présent, doivent ressortir de cette étude. Nous les aménagerons en conséquence pour que des entreprises s’y installent, à l’image de ce que nous réalisons actuellement sur cinq hectares à Saint-Leu, à la Pointe-des-Châteaux. » En attendant - probablement d’ici plusieurs années - les conclusions définitives de cette étude, le dossier d’aménagement prioritaire piloté par le TCO reste bel et bien celui de l’Écocité.

Emmanuel Séraphin, président du Territoire de la Côte Ouest (TCO)
Emmanuel Séraphin, président du Territoire de la Côte Ouest (TCO), lors d’un séminaire le mardi 6 octobre 2020. L’Écocité est entrée dans une nouvelle dynamique.  ©TCO
 

Des objectifs ambitieux

Un dossier d’ores et déjà passé au stade de chantier pour quelques-unes des 14 opérations sous-jacentes qui le composent. Labellisée en 2009 aux côtés de 13 autres territoires français, l’Écocité de La Réunion est la seule Écocité insulaire et d’Outre-Mer. Elle entend devenir un territoire de référence en matière de développement urbain maîtrisé et durable en milieu tropical. Comment ? En s’appuyant sur des réserves foncières importantes, autour de la plaine de Cambaie notamment, afin de développer l’emploi local (avec la création de nouveaux services, équipements et le développement de l’agriculture urbaine), d’assurer la montée en compétences du territoire par la structuration de filières économiques d’excellence (construction bioclimatique, énergie, image numérique, recyclage…), de répondre aux besoins en logements pour tous qui en découleront, de faciliter les déplacements en imaginant des alternatives au tout-voiture (tramway, pistes cyclables, sentier littoral…), et de rendre durable la filière agricole, de lutter contre le réchauffement climatique (en décarbonant l’énergie, les transports, l’habitat…).

Restaurant d’affaires, espace bien-être, café poussette, ferme urbaine, supermarché bio, espaces de cotravail… Porté par la Sedre, le projet Latania, sur la commune de La Possession, est une offre originale.
Restaurant d’affaires, espace bien-être, café poussette, ferme urbaine, supermarché bio, espaces de cotravail… Porté par la Sedre, le projet Latania, sur la commune de La Possession, est une offre originale.
 


Sans oublier de créer une dynamique de loisirs et de culture, ni de sauvegarder le patrimoine local en agissant contre l’étalement urbain dans les mi-pentes et dans les Hauts. Autant d’objectifs qui, à l’horizon 2050, devraient se traduire en une réalité chiffrée estimée à 350 000 m² dédiées aux activités économiques (hors zone arrière portuaire), 20 000 emplois, 35 000 nouveaux logements, 37 km de nouvelles voies dédiées aux transports en commun, 25 % d’espaces naturels, 20 % d’espaces agricoles et 22 km de côtes aménagées. Pour l’heure, la majeure partie des 14 opérations d’aménagement et des 37 actions planifiées d’ici 2030 sur les quelque 5 000 hectares alloués à l’Écocité sont encore dans les cartons. Mais le nouveau visage espéré pour l’Ouest réunionnais devrait se dessiner doucement mais sûrement, dans le sillage de quelques programmes d’aménagement déjà lancés – voire en phase d’achèvement à La Possession – ou en passe de l’être, au Port et à Saint-Paul. 

 

La Possession à vive allure

Sur les deux opérations d’aménagement Écocité qui la concernent, la commune de La Possession a déjà bien avancé. L’achèvement de la zone d'aménagement concerté (ZAC) Moulin-Joli, mené par la Société d'équipement du département de La Réunion (Sedre), est ainsi annoncé pour 2026. À terme, elle comprendra 3 000 logements pour 8 000 habitants, 25 000 m² de surfaces commerciales, 23 000 m² d’activités artisanales, 15 000 m² de bureaux, 13 000 m² d’équipements publics, une résidence senior et quatre centres de santé. Du côté de la ZAC Coeur de Ville, l’objectif fixé à la Société d'économie mixte d'aménagement, de développement et d'équipement de La Réunion (Semader) est de doter la commune d’un centre-ville de 34 ha flambant neuf, autour d’une esplanade centrale de 7 500 m² qui accueillera à terme la mairie centralisée et une médiathèque. Le coeur de ville a été imaginé sur le principe de la ville-jardin, avec 11 ha d’espaces verts. D’ici 2026, échéance planifiée, l’opération comprendra au global 1 830 logements pour 5 500 habitants (dont 40 % de logements sociaux), 7 000 m² de bureaux, 8 500 m² de commerces, 1 900 m² d’ateliers, une maison de santé, une résidence senior et 10 000 m² d’équipements publics.
Les Maisons des ingénieurs, construites entre 1879 et 1886, sont classées monuments historiques. Elles vont être rénovées pour en faire un « Port Center » avec des espaces de loisirs et de restauration.
Les Maisons des ingénieurs, construites entre 1879 et 1886, sont classées monuments historiques. Elles vont être rénovées pour en faire un « Port Center » avec des espaces de loisirs et de restauration.  ©Droits réservés
 

Le Port se tourne vers l’océan

Relier de manière cohérente et attractive la ville, le Grand Port et l’océan. Telle est l’ambition de l’opération d’aménagement Écocité appelée Les Portes de l’océan. Sur les quatre hectares actuellement inoccupés juste en face du Port Ouest, ce projet à la fois économique et touristique de valorisation de la façade portuaire, combinera logements de standing, espaces de bureaux, commerces, restaurants, hôtel d’affaires, espaces de valorisation de l’économie bleue et promenades. À terme, plus de 10 000 m² d’activités tertiaires, près de 6 000 m² de commerces et environ 400 logements incluant des résidences services seniors sont annoncés. La commercialisation et la réalisation d’un premier îlot témoin (dit « L’Amiral »), au nord de la zone, ont été confiées au groupement ICVOpale-Alsei-Semader. Sur 10 000 m² se côtoieront 3 250 m² de bureaux, 3 100 m² de commerces, 500 m² d’espaces de cotravail, un hôtel B&B 3-étoiles de 2 600 m² et 88 chambres, une crèche de 330 m², un restaurant de 230 m² en rooftop, et un parking de 200 places en sous-sol. Début de chantier 1er trimestre 2023, pour une livraison deux ans plus tard. À proximité et en complément de ce projet des Portes de l’Océan, le Grand Port va mener sur plus d’un hectare d’importants travaux visant à créer d’ici deux ans un siège social flambant neuf et à rénover les trois Maisons des ingénieurs pour en faire un « Port Center » (lieu événementiel dédié à la promotion des activités portuaires et de l’économie bleue) et des espaces de loisirs et de restauration. Des espaces publics en belvédères ont également été imaginés, et l’accueil de paquebots de luxe est à l’étude. 
Le Jardin Deck fonctionnera comme un mail commercial végétalisé à ciel ouvert.
Le Jardin Deck fonctionnera comme un mail commercial végétalisé à ciel ouvert.   ©Droits réservé
 

Saint-Paul : quatre pôles thématiques
 
Pôle entrée de ville, pôle front de mer, pôle centre, pôle entrée sud. Ces quatre opérations d’aménagement concernant le coeur de ville de Saint-Paul et entrant dans le cadre de l’Écocité ont été regroupées au sein du Programme de renouvellement urbain (PRU) de la commune. Construction de logements et de commerces, requalification de 4,6 km de voiries, création du débarcadère et de la place du Peuplement, aires de jeux, linéaires de promenade en bois... Certaines étapes ont déjà été bouclées. 
Le futur écoquartier s’étendra au total sur 191 hectares, autour de quatre pôles thématiques : entrée de ville, front de mer, centre et entrée sud. Le pôle centre doit accueillir un nouvel hôtel de ville regroupant les différents services dispatchés pour l’heure dans le centreville. Le pôle front de mer va continuer de muter, grâce à la libération du foncier des écoles, permettant de valoriser le patrimoine historique pour l’ouvrir sur la ville et l’océan. Au programme : reconfiguration du marché forain, aménagement du marché couvert, réalisation de logements, commerces, services et équipements, création de cheminements piétons et vélos sécurisés, aménagement d’espaces publics dédiés à la promenade et aux loisirs. 
Dans le même esprit, un projet alliant commerces, logements, patrimoine (Grotte du peuplement et cimetière marin) et espaces de détente a été imaginé pour le pôle entrée sud. Enfin, avec son pôle entrée de ville, Saint-Paul est amenée à changer profondément de vitrine. Au croisement de la route des Tamarins, de la Chaussée royale et de la gare routière, ce nouvel espace de quatre hectares fera figure de « hub ». Des programmes immobiliers comprenant 12 000 m² de locaux tertiaires, 8 000 m² de commerces et 260 logements jouxteront une grande surface alimentaire (l’actuel Super U sera déplacé) et des parkings en structure. Les activités s’organiseront autour d’un mail structurant : « Le Jardin Deck fonctionnera comme un mail commercial végétalisé à ciel ouvert, poursuivi par le Paséo, espace piéton paysager desservant les futurs logements, jusqu’au Jardin Creusé, espace vert à vocation ludique. Trois allées résidentielles et deux rues nouvellement créées compléteront le maillage », annonce de manière détaillée le PRU de Saint-Paul. Les premières constructions (supermarché, pôle médical, parking) devraient démarrer courant 2022.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

ÉCOCITÉ : Ce programme phare qui va éclairer l’Ouest

« Avec 25 % de la population et des emplois, l’Ouest est indéniablement la capitale économique de La Réunion. Ce rôle, il faut désormais l’assumer pleinement, en dégageant le foncier et en fournissant les équipements nécessaires », pose Emmanuel Séraphin, le maire de Saint-Paul et président du Territoire de la côte ouest (TCO). Une intercommunalité à laquelle a été...