Green

Monde

Effet placebo : esprit es-tu là ?

1 juil 2019 | PAR Bernard Alvin | N°341
Photo : Julien Catalan
Des études ont démontré que notre conscience seule peut exercer un effet physique important sur notre corps et notre santé. Voyez l’effet placebo ! Dommage que nous n’utilisions pas plus ces puissantes capacités qui dorment en chacun de nous.

Le corps expérimente ce que l'esprit croit. C’est ce qui fait la force de l’effet Placebo qui est - soit dit en passant - quelque chose d’invraisemblable. Parce que « le patient » croit au pouvoir d’une pilule, même si celle-ci n’est censée avoir aucun effet particulier, cela n’empêchera pas d’amener « le patient » à guérir du symptôme qui le fait souffrir ! De la même façon, d’autres études affirment que les croyances et les perceptions peuvent affecter notre état corporel. Mais comment faire pour faire émerger de nouvelles croyances et perceptions pouvant avoir des ef-fets très enrichissants pour notre être ?
Une première clé est sans doute dans le fait d’effectuer un travail sur soi. Prenons une métaphore. Nous avons tous un téléphone portable, souvent un « smartphone » que nous utilisons pour toutes sortes d’applications, par exemple pour faire des photos. Nous en prenons tellement qu’à un moment donné, notre téléphone sature et nous affiche un message nous demandant de libérer de l’espace pour intégrer de nouvelles images. Eh bien, il semble que nous soyons face à la même problématique au niveau des croyances et des perceptions.
J’ai lu que l’être humain produit entre 60 000 et 70 000 pensées par jour et que 90 % d'entre elles sont parfaitement semblables à celles qu'il a eues la veille ! Autrement dit, la reproduction quotidienne à l’identique de nos pensées sature notre mental et il ne reste plus beaucoup d’espace pour d’autres pensées. Un travail devient alors nécessaire pour réduire le nombre de pensées ou en réduire leur importance afin de regagner de l’espace mental intérieur ! 
Comment faire ? Par exemple en acquérant de nouvelles connaissances intérieures, en se confrontant à de nouvelles pensées inédites dans notre esprit, bref en activant nos neurones, en stimulant notre cerveau pour qu’il active de nouveau schémas et de nouvelles combinaisons. Il s’agit là d’une attitude « volontariste » qui dans sa mise en pratique « obligera » à élaguer dans les pensées pour laisser la place à celles qu’on veut faire entrer. Ces nouvelles pensées entraîneront de nouveaux choix, de nouveaux comportements, de nouvelles émotions. On évoluera.
L'épigénétique enseigne qu’un changement de conscience peut produire des modifications physiques significatives, structurelles et fonctionnelles dans le corps humain. Il est ainsi possible de modifier la destinée génétique de chacun en activant les gènes désirables et en désactivant les gènes indésirables. De même, en faisant venir d’autres croyances, perceptions, pensées dans notre esprit, on produit de grands changements dans notre for intérieur.
La psychologie humaine fonctionne de telle façon qu’une fois qu’une personne accepte une pensée comme étant « la réalité », il croit en cette pensée et il a confiance dans le résultat qu’elle va produire. C’est ce qui me fait souvent dire que quand on croit à quelque chose, alors cette chose existe ou quasi existe. On est tous de grands créateurs de réalités ! 
Mais existe-t-il des méthodes pour gérer et optimiser cette énergie qui vibre en nous ? 
La médecine chinoise semble bien avancée sur le sujet. On a tous entendu parler du chi (ou qi) dans les arts martiaux orientaux, cette « énergie vitale » qui va bien au-delà de la simple énergie musculaire ? Le chi recouvre la totalité des énergies que peut mobiliser un corps humain, aussi bien physiques que mentales, physiologiques que psychiques, et la maîtrise de cette énergie interne est un art en soi. Voilà pourquoi certains « arts » martiaux proposent de travailler à la libération du chi.

Bernard Alvin
Il est à la tête de son propre cabinet, Bernard Alvin Conseil, fondé en 1995 et spécialisé dans l’accompagnement des hommes dans le domaine du développement des potentiels. Bernard Alvin a « coaché » ses premiers cadres et dirigeants dès 1991, faisant figure de pionnier avant que n’arrive la mode du coaching. Cherchant à aller plus loin, il fera émerger le concept de « management vocationnel » à partir de 2005. Il a pratiqué son métier en France métropolitaine, dans les DOM-TOM et dans plusieurs pays dans le monde, dont le Brésil. Il intervient en effet en français, en anglais 
et en portugais.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Effet placebo : esprit es-tu là ?

Le corps expérimente ce que l'esprit croit. C’est ce qui fait la force de l’effet Placebo qui est - soit dit en passant - quelque chose d’invraisemblable. Parce que « le patient » croit au pouvoir d’une pilule, même si celle-ci n’est censée avoir aucun effet particulier, cela n’empêchera pas d’amener « le patient » à guérir du symptôme qui le fait souffrir ! De la même fa...