Edito

Monde

ÉLOGE DU SILENCE

18 Jan 2015 | PAR Alain Foulon

Depuis les attentats des 7 et 8 janvier qui ont frappé la France, on a beaucoup parlé de liberté d’expression, sans trop se préoccuper d’ailleurs si l’on était vraiment compris en dehors de l’Occident (il n’y a qu’à voir les réactions en Afrique). Mais on a oublié de défendre la liberté de « la fermer » et le droit au silence. Doit-on avoir un avis sur tout et surtout des avis ? Nous vivons dans un vacarme assourdissant où de doctes experts et de savants phraseurs viennent nous asséner en boucle leur logorrhée sur les télévisions. Décidément, ces chaînes portent bien leur nom puisqu’elles nous enchaînent dans ce tintamarre incontournable. Vous me direz qu’on peut toujours éteindre sa télé. Oui, mais on est souvent tombé dans l’addiction. On a peur de manquer quelque chose, d’être dépassé. Et puis, on en arrive à avoir peur du silence, ce magnifique silence qui nous livre seul avec nous-mêmes. Certains magasins et restaurants l’ont bien compris puisqu’ils nous défoncent les tympans avec de la musique, et surtout pas du Mozart ! Ça risquerait de nous adoucir les mœurs.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

ÉLOGE DU SILENCE

Depuis les attentats des 7 et 8 janvier qui ont frappé la France, on a beaucoup parlé de liberté d’expression, sans trop se préoccuper d’ailleurs si l’on était vraiment compris en dehors de l’Occident (il n’y a qu’à voir les réactions en Afrique). Mais on a oublié de défendre la liberté de « la fermer » et le droit au silence. Doit-on avoir un avis sur tout et surtout des ...