Green

Australie/Maurice

Énergie houlomotrice : Canberra soutient les efforts de Port-Louis

3 juil 2016 | PAR La rédaction
De gauche à droite, Susan Coles, la Haute-commissaire de l’Australie à Maurice, aux Seychelles et aux Comores, Premduth Koonjoo, ministre de l'Économie océanique, Simon Pierre Roussety, commissaire des Infrastructures publiques et des Ressources en eau et Arjoon Suddhoo, directeur du Mauritius Research Council (MRC) entourant un flotteur. - DR
L’accord signé, en 2015, entre le Mauritius Research Council (l'institution chargée de la valorisation de la recherche pour promouvoir la compétitivité des entreprises) et la société australienne Carnegie Wave Energy pour exploiter le potentiel énergétique des vagues à Maurice commence à prendre forme.


Les autorités mauriciennes et Susan Coles, la Haute-commissaire de l’Australie à Maurice, aux Seychelles et aux Comores, ont procédé, le 27 juin, au lancement d’un « wave monitoring device » à Souillac, dans le sud de Maurice. Concrètement, il s’agit d'un flotteur qui permettra d’évaluer la puissance et régularité des vagues dans cette région pour exploiter l’énergie houlomotrice à Maurice. 
L'idée est de pouvoir réduire la production d'électricité produite à base de charbon et l'huile lourde. Cinq points ont été identifiés en haute mer, à Souillac, pour exploiter cette technologie. Grâce à un système GPS à base de satellite, les experts australiens aussi bien que le MRC pourront récupérer les résultats de cette étude. 
Ce projet, dont la valeur est estimé à 600 000 euros, est conjointement financé à 81 % par le gouvernement australien et à 19 % par la société Carnegie.

Carnegie Wave Energy

En 2015, la société australienne Carnegie Wave Energy a mis en service la première centrale houlomotrice commerciale au monde raccordée au réseau, le Perth Wave Energy Project. Située au sud-ouest de l’Australie, cette ferme est constituée de trois bouées, les CETO 5 de 240 kW chacune, alimentant en électricité et eau fraîche la base navale militaire de l'île Garden Island. Les CETO 5 sont de grosses bouées immergées de 11 mètres de diamètre ancrées au fond marin et oscillant au gré des vagues. 
En France, Carnegie a signé un partenariat avec EDF Energies Nouvelles et le maître d’œuvres DCNS pour installer une unité Ceto au large de La Réunion. 
Le potentiel mondial houlomoteur exploitable est évalué entre 8 000 et 80 000 TWh/an.


Ci-dessous : la présentation du projet CETO à La Réunion

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Australie/Maurice

Énergie houlomotrice : Canberra soutient les efforts de Port-Louis

 Les autorités mauriciennes et Susan Coles, la Haute-commissaire de l’Australie à Maurice, aux Seychelles et aux Comores, ont procédé, le 27 juin, au lancement d’un « wave monitoring device » à Souillac, dans le sud de Maurice. Concrètement, il s’agit d'un flotteur qui permettra d’évaluer la puissance et régularité des vagues dans cette région pour exploiter l’énergie hou...