Edito

Mayotte

ERICKA BAREIGTS PLUTÔT DÉCEVANTE

10 oct 2016 | PAR Alain Foulon


La visite que vient d’effectuer la ministre des Outremer dans le 101e département français ne restera pas dans les annales de l’Histoire. Ericka Bareigts a joué le rôle très classique du père Noël (la mère Noël en l’occurrence) qui vient de Paris avec quelques cadeaux dans sa hotte, mais pas trop car l’État ne roule pas sur l’or. Doublement des investissements pour la construction d’écoles primaires, soit 10 petits millions d’euros de plus. Et surtout plus de moyens pour la sécurité et la lutte contre l’immigration clandestine. Une fois encore, on s’attaque aux effets mais pas à la cause. On intercepte les clandestins et on les renvoie à Anjouan ; ils reviennent par la suite s’ils ne se noient pas au passage. Un tonneau des Danaïdes dont on ne vient jamais à bout. Pourquoi ? Tout simplement parce que la France ne remet pas en cause à Mayotte son sacro-saint droit du sol et que le reste de l’archipel ne se développe pas. L’enfant né d’une Ajouanaise entrée illégalement à Mayotte pour y accoucher a droit à la nationalité française puisqu’il est né sur le sol français. Ce qui est paradoxal puisque les Comoriens ne reconnaissent pas Mayotte comme terre française et considèrent qu’ils y sont chez eux comme dans les trois autres îles de l’archipel. Cette question du droit du sol est déterminante, mais il faut aussi, évidemment, développer le reste de l’archipel. Je n’ai pas les chiffres en mains, mais je suis prêt à parier que l’investissement dans un hôpital et une maternité de bon niveau à Anjouan serait moins coûteux que les dispositifs d’interception des immigrés clandestins à Mayotte et le financement de leur retour. Le développement du reste de l’archipel aurait d’ailleurs un effet sur celui de Mayotte puisqu’il générerait du pouvoir d’achat dont pourraient profiter les entreprises mahoraises qui réclament une zone franche. Demande à laquelle est restée sourde la ministre, mais sans doute ne dispose-t-elle que d’une marge de manœuvre très réduite.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Mayotte

ERICKA BAREIGTS PLUTÔT DÉCEVANTE

 La visite que vient d’effectuer la ministre des Outremer dans le 101e département français ne restera pas dans les annales de l’Histoire. Ericka Bareigts a joué le rôle très classique du père Noël (la mère Noël en l’occurrence) qui vient de Paris avec quelques cadeaux dans sa hotte, mais pas trop car l’État ne roule pas sur l’or. Doublement des investissements pour la const...