Performance

Réunion

ÉTAT DES LIEUX : 6 009 FORMATIONS EN 2019

1 mai 2019 | PAR Ignace de Witte | N°339
La liste complète des formations, mise à jour régulièrement, est accessible sur www.formanoo.org. Le secteur pèse un total de 177 millions d’euros de chiffre d’affaires et compte 927 organismes de formation. Mais la plupart sont de petites structures, voire même des micro-entreprises et des auto-entrepreneurs.





Sur les 6 009 formations proposées, 2 483 sont éligibles au CPF (Crédit personnel formation), 3 081 sont destinées aux chefs d’entreprise ou indépendants, 2 591 sont réservées aux jeunes entre 16 et 25 ans, 3 684 sont destinées aux salariés, etc. Bref, il y a du choix, pour tous les publics !
Ces formations sont réparties sur quasiment toute l’île, seules trois communes sur 24 ne disposent d’aucun établissement de formation : Saint-Philippe, Sainte-Rose et Salazie.
Et ce sont en toute logique Saint-Denis, Saint-Pierre et Saint-Paul, les trois grands bassins d’emploi, qui abritent le plus d’établissements de formation.
Il ne faut pas confondre établissement et organisme de formation : on compte 788 établissements mais 927 organismes en activité, ce sont deux choses différentes. La formation professionnelle est un secteur au fonctionnement un peu particulier. En effet, 2 % des organismes sont publics (lycées professionnels, CFA, CCI Réunion) contre 98 % de privés. Parmi ceux-ci, on trouve d’un côté quelques gros organismes, qui ont plusieurs établissements, pour couvrir le territoire, et de l’autre une myriade de petites structures et de formateurs indépendants, qui exercent la plupart du temps en entreprise ou en louant une salle de réunion selon leurs besoins. Six ou sept organismes de formation réalisent plus de 3 millions d’euros de chiffre d’affaires, contre 600 ou 700 qui réalisent moins de 100 000 euros annuellement. Certains organismes privés déclarent même moins de 15 000 euros annuellement. Ce sont des formateurs indépendants qui interviennent ponctuellement et exercent le reste du temps une autre activité professionnelle, dans leur domaine d’expertise. Au total, le chiffre d’affaires de la formation professionnelle à La Réunion s’élève à 177 millions d’euros, dont un quart pour les organismes de formation publics et trois quarts pour les organismes de formation privés.
On notera que cette somme dépasse ce que la Région Réunion a inscrit à son budget primitif 2019 en section fonctionnement (144 millions d’euros). Cela s’explique par le fait qu’il existe d’autres financeurs de la formation continue : Pôle Emploi, OPCA, entreprises, etc., sans oublier que certains stagiaires, principalement des cadres, paient leur formation de leur poche.

Fédération de la formation professionnelle
Il existe une Fédération de la formation professionnelle (FFP), elle fédère et représente 650 entreprises de formation en France et leurs 2 000 établissements qui, ensemble, génèrent un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros et accueillent 4 millions d’apprenants. À La Réunion, la FFP regroupe une quinzaine d’adhérents (Apave, Expernet, GEM, GNFA, Icci, IFG, Issec, etc.). Contact: reunion@ffp.org.
Une activité très encadrée
Pour exercer, un organisme de formation privé (ou formateur indépendant) doit être enregistré auprès de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Dieccte) et plus précisément le Service régional de contrôle de la formation professionnelle (SRC). Ensuite, chaque année, l’organisme de formation doit transmettre un bilan pédagogique et financier (BPF) retraçant l’activité de l’année précédente.
Le SRC de La Réunion reçoit environ 150 demandes d’enregistrement chaque année et en refuse entre 10 % et 30 % selon les années. La Dieccte retire également chaque année des organismes de la liste, suite à un contrôle, parce que l’organisme n’a pas transmis son BPF ou parce que l’organisme n’a plus d’activité. On note un turnover assez important dans le monde de la formation. Plus de la moitié (57 %) des organismes en activité ont moins de 5 ans d’existence, contre 20  % qui ont entre 5 et 10 ans et 23 % plus de 10 ans. Un changement est intervenu en début d’année : les centres de formation d’apprentis (CFA), bien qu’établissements publics, doivent maintenant eux aussi procéder à une déclaration d’activité. Ce changement s’explique par le fait que des entreprises ouvrent des CFA internes, par exemple, en Métropole, Schneider Electric, Safran, Dassault Systèmes, etc. une cinquantaine au total.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

ÉTAT DES LIEUX : 6 009 FORMATIONS EN 2019

Sur les 6 009 formations proposées, 2 483 sont éligibles au CPF (Crédit personnel formation), 3 081 sont destinées aux chefs d’entreprise ou indépendants, 2 591 sont réservées aux jeunes entre 16 et 25 ans, 3 684 sont destinées aux salariés, etc. Bref, il y a du choix, pour tous les publics ! Ces formations sont réparties sur quasiment toute l’île, seules trois communes sur 24 ne ...