ID

Afrique

Frontières de sable, frontières de papier

29 avr 2015 | PAR La rédaction
Camille Lefebvre propose pour la première fois une histoire longue de la constitution des frontières d’un État africain – le Niger – englobant dans un même regard un siècle d’histoire antérieure à la colonisation et soixante ans de domination coloniale.
Connaître le passé pour comprendre les dynamiques africaines actuelles

Les frontières africaines sont-elles les cicatrices de la violence des impérialismes étrangers en Afrique. Ce lieu commun du partage de l'Afrique par les puissances coloniales a la vie dure. Mais, en cherchant à dénoncer l'arbitraire colonial, il réduit les configurations territoriales africaines à de simples conséquences de la domination européenne et fait des populations africaines des spectateurs passifs de leur propre histoire. Aux antipodes de cette analyse, Camille Lefebvre propose pour la première fois une histoire longue de la constitution des frontières d’un État africain – le Niger – englobant dans un même regard un siècle d’histoire antérieure à la colonisation et soixante ans de domination coloniale. Son ouvrage raconte une histoire paradoxale, celle d’une poignée de militaires coloniaux, qui au début du xxe siècle instituent dans les plus grandes difficultés un gouvernement précaire qui s’appuie très largement sur les organisations politiques et territoriales locales et qui, ce faisant, contribuent à la fois à les vider de leur sens et à amoindrir leur importance. Les frontières alors mises en place sont dans leur grande majorité le reflet des dynamiques historiques internes du Soudan central au XIXe siècle. Ainsi à rebours des idées reçues, Camille Lefebvre n'hésite pas à affirmer « que les frontières africaines (au moins du Niger actuel) ont d'abord été tracées pour ensuite explorer puis conquis les territoires ! ». Pourtant l’histoire de leur tracé a contribué à construire le grand récit d’Européens maîtres du jeu imposant sans considération le partage du monde...
Un livre savant, publié par les prestigieuses Publications de la Sorbonne, qui se lit comme un roman d'aventures. Notre confrère de RFI, Pierre-Edouard Deldique, salue, quant à lui, « un livre remarquable sur le fonds par l'intérêt du sujet qu'il traite et sur la forme car il est très bien écrit avec beaucoup de clarté ! ».

« Frontières de sable, frontières de papier » par Camille Lefebvre – Édition : Publications de la Sorbonne (février 2015), 543 pages, 45 euros.
 

Camille Lefebvre, historienne africaniste de formation, est chargée de recherche au CNRS et membre de l’Institut des Mondes Africains.
Camille Lefebvre, historienne africaniste de formation, est chargée de recherche au CNRS et membre de l’Institut des Mondes Africains. Elle est rédactrice en chef adjointe de la revue Afriques, Débats, méthodes et terrains d’histoire.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Afrique

Frontières de sable, frontières de papier

Les frontières africaines sont-elles les cicatrices de la violence des impérialismes étrangers en Afrique. Ce lieu commun du partage de l'Afrique par les puissances coloniales a la vie dure. Mais, en cherchant à dénoncer l'arbitraire colonial, il réduit les configurations territoriales africaines à de simples conséquences de la domination européenne et fait des populations africaines des ...