Leader

Maurice

Gérard Sanspeur à la rescousse de l’économie mauricienne

1 avr 2016 | PAR La rédaction | N°307
Gérard Sanspeur a lancé le port franc en 1993, a dirigé le Board of Investment et a travaillé comme consultant pour plusieurs pays d’Afrique

Depuis le 4 avril, le président du Board of Investment (BOI) est conseiller principal au ministère des Finances où il doit notamment travailler sur le budget 2016/2017 de l’État. Il doit aussi veiller au lancement d’une plateforme numérique interactive, qui s’appuiera notamment sur les réseaux sociaux, pour impliquer davantage le grand public dans les consultations pré-budgétaires. Mais surtout, Gérard Sanspeur doit élaborer une stratégie pour relancer l’investissement privé et coordonner les initiatives afin de stimuler la croissance nationale qui, selon les dernières estimations, pourrait ne pas dépasser 3,4% en 2016. Il doit aussi se charger de la stratégie africaine de l’État et du développement de zones économiques spéciales dans plusieurs pays du continent. Gérard Sanspeur a été secrétaire général adjoint de la Chambre de commerce et d’industrie de 1987 à 1989, avant de rejoindre le Centre international du commerce (CNUCED/GATT) basé à Lusaka, en Zambie, où il exercera les fonctions de conseiller pendant deux ans. En 1993, il est nommé directeur général de la Mauritius Freeport Authority, organisme chargé de lancer le port franc et de le gérer. Il démissionnera en 2003 pour devenir directeur général du BOI. Mais en 2005, une mésentente avec son nouveau ministre de tutelle l’amènera à claquer la porte pour s’installer à son compte comme consultant. À ce titre, il remplira plusieurs missions dans des pays africains comme l’Ouganda, le Soudan du Sud et le Mozambique. Une expertise qui incitera le gouvernement à lui proposer en 2015 de revenir au BOI, mais cette fois comme président.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Gérard Sanspeur à la rescousse de l’économie mauricienne

Depuis le 4 avril, le président du Board of Investment (BOI) est conseiller principal au ministère des Finances où il doit notamment travailler sur le budget 2016/2017 de l’État. Il doit aussi veiller au lancement d’une plateforme numérique interactive, qui s’appuiera notamment sur les réseaux sociaux, pour impliquer davantage le grand public dans les consultations pré-budgétaires. M...