Le billet

Etats Unis

GRANDE OFFENSIVE CONTRE DONALD TRUMP

7 aoû 2016 | PAR Alain Foulon


Le candidat atypique à l’élection américaine, opposé à la candidate de l’« establishment », Hilary Clinton, a peu de chances de l’emporter. Du point de vue de la mathématique électorale, d’abord, car il cristallise le mécontentement d’un électorat constitué de « petits blancs » qui commencent à ne plus supporter cet « establishment ». Face à l’électorat noir, à l’électorat « latino » et à celui des blancs acquis au mondialisme, ce ne sera pas suffisant. De plus, Donald Trump est victime d’une grande offensive, y compris dans son propre camp, qui vise à montrer qu'il est incapable de diriger le pays. Une bonne partie des médias américains et européens se prêtent au jeu. Ainsi, la tribune de Michael Morell, ancien directeur de la CIA, publiée dans le « New York Times » le 5 août, a été abondamment relayée. Michael Morell considère que Trump est un « agent russe malgré lui ». Sans doute fait-il appel à la psychanalyse pour émettre cette opinion, mais il ne fournit en tout cas aucune preuve. Non, il ne s’agit que de dénigrer le pauvre milliardaire qui serait tellement crétin qu’il serait manipulé par Vladimir Poutine. On n’avait jamais vu, au Etats-Unis, de tels efforts pour flinguer un candidat qui s’est pourtant imposé auprès de l’électoral républicain. On se dit que s’il accédait au poste suprême, il se ferait flinguer pour de bon. Cela s’est déjà vu plusieurs fois aux Etats-Unis où le président ne doit pas aller à l’encontre de l’establishment ni de certains lobbys. Hilary Clinton devrait donc être élue sans enthousiasme, un peu comme Hollande en France. Mais la grogne ne pourra que s’amplifier dans une partie de la population fatiguée de voir l’Amérique continuer à jouer au « gendarme du monde » alors que ses conditions de vie se dégradent.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Etats Unis

GRANDE OFFENSIVE CONTRE DONALD TRUMP

 Le candidat atypique à l’élection américaine, opposé à la candidate de l’« establishment », Hilary Clinton, a peu de chances de l’emporter. Du point de vue de la mathématique électorale, d’abord, car il cristallise le mécontentement d’un électorat constitué de « petits blancs » qui commencent à ne plus supporter cet « establishment ». Face à l’élector...