Hot

Madagascar

Grève à la grande mine de nickel d'Ambatovy

25 mar 2015 | PAR AFP
Le site a démarré sa production en 2012 avec l'objectif d'exploiter 60 000 tonnes de nickel et 5 600 tonnes de cobalt raffinés par an pendant 30 ans. - DR
Des employés de la mine de nickel et cobalt malgache d'Ambatovy, contrôlée par le géant canadien Sherritt, numéro Un mondial du nickel, ont cessé le travail après le décès d'un collègue malade.

« La grève mobilise presque la totalité des travailleurs (...) ils font un sit-in à l'entrée de la mine », a précisé Samuelson Ramanitriniony, directeur général du ministère malgache du Travail.
Sherritt a annoncé que « le mouvement entamé lundi continuait malgré ses efforts de résolution ». Le site proche de la ville de Toamasina (Tamatave) emploie un millier de salariés.
« Ils accusent (la société) Ambatovy de refus d'assistance à personne en danger (...) Ils ont dû se cotiser pour évacuer leur collègue (malade) car l'entreprise ne voulait pas l'évacuer », a-t-on précisé au ministère. L'employé
est mort à l'hôpital.
Le conflit est envenimé par le récent emprisonnement de deux employés accusés de vol de carburant. Le personnel dénonce aussi la présence sur le site de « radiations, de rayons x » nuisibles pour la santé.
Une médiation doit avoir lieu ce vendredi au ministère du Travail.
Les employés réclament la mise en place d'une ambulance de la médecine du travail pour faciliter l'évacuation des travailleurs. Ils veulent aussi une revalorisation de leur salaire mensuel.
« Conséquence de la grève, la mine tourne avec une capacité réduite, et l'usine de Toamasina -- pas en grève -- reçoit moins de minerai brut », selon le groupe canadien dont la production totale 2015 ne risque pas à ce stade d'être affectée.
Sherritt se dit prêt à « coopérer avec les délégués du personnel et les autorités pour résoudre rapidement ce conflit et revenir au taux de production habituel ».
Ambatovy, dont l'actionnaire principal est Sherritt, avec des capitaux coréens et japonais, représente un investissement de 5,5 milliards de dollars à Madagascar. Le site a démarré sa production en 2012 avec l'objectif d'exploiter 60 000 tonnes de nickel et 5 600 tonnes de cobalt raffinés par an pendant 30 ans.
C'est l'une des entreprises d'extraction minières les plus importantes à Madagascar. Elle a été accusée en 2012 de polluer les cultures environnantes.
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

Grève à la grande mine de nickel d'Ambatovy

« La grève mobilise presque la totalité des travailleurs (...) ils font un sit-in à l'entrée de la mine », a précisé Samuelson Ramanitriniony, directeur général du ministère malgache du Travail. Sherritt a annoncé que « le mouvement entamé lundi continuait malgré ses efforts de résolution ». Le site proche de la ville de Toamasina (Tamatave) emploie un millier de salariés. «...