Performance

Maurice

Grey : l’agence qui a cueilli Orange

De gauche à droite : Hans Puttur, directeur général de Grey, Alix Chung, directrice, Jacques Catherine, directeur créatif et Dimitri Huet, stratège digital et directeur de création. Davidsen Arnachellum
Grosse sensation dans le petit cercle des publicitaires mauriciens. Circus, la première agence de l’île, a perdu le contrat de Mauritius Telecom, l’un des gros clients locaux, au profit de cet acteur très discret…

Le dirigeant de Grey, Hans Puttur, reconnaît lui-même être « low profile ». Une discrétion accentuée par le fait que la plupart des créations de son agence ne sont pas signées. Pourtant, cela n’empêche pas Grey, qui a vu le jour en 2004 sous le nom de LevelNext, d’avoir à son « tableau de chasse » des clients prestigieux : Sunny (une marque malaisienne de jus de fruit), Farmland (une marque néo-zélandaise de lait en poudre), la Loterie Nationale, de grandes banques, des concessionnaires automobiles et un grand groupe hôtelier... L’agence compte une quarantaine d’employés dont huit créatifs. Mais pour Hans Puttur, si la créativité demeure un élément primordial, ce qui fait la différence, c’est « l’analyse stratégique avant la campagne ». Car « la créativité qui au final ne fait pas vendre n’a pas d’intérêt. » Une approche en phase avec la signature du géant américain de la communication, le groupe Grey, auquel est affilié son agence : « Famous and Effective » (célèbre et efficace). D’ailleurs, le patron de l’agence mauricienne, contrairement à la plupart de ses confrères et consoeurs, n’est pas un créatif mais vient du marketing...
Au cœur du dispositif de Grey : Dimitri Huet. Ce directeur de création, qui est aussi un stratège en digital, présente un profil assez atypique puisqu’il est mathématicien. « Les mathématiques sont un outil très précieux. D’ailleurs, le contrat de Mauritius Telecom a sans doute été gagné grâce à une équation qui a permis de vérifier la pertinence de notre approche stratégique », commente Hans Puttur. Et cela semble fonctionner puisque que Grey a permis, par exemple, à son client Farmland de passer en 2005 de 5% du marché à une place de leader aujourd’hui. Bref, l’agence qui monte a depuis longtemps fait son chemin et devrait encore secouer le petit cercle des publicitaires locaux.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Grey : l’agence qui a cueilli Orange

Le dirigeant de Grey, Hans Puttur, reconnaît lui-même être « low profile ». Une discrétion accentuée par le fait que la plupart des créations de son agence ne sont pas signées. Pourtant, cela n’empêche pas Grey, qui a vu le jour en 2004 sous le nom de LevelNext, d’avoir à son « tableau de chasse » des clients prestigieux : Sunny (une marque malaisienne de jus de fruit), Farmland (...