Holcim innove avec un sac autodégradable en bétonnière - Green - Ecoaustral.com

Green

Réunion

Holcim innove avec un sac autodégradable en bétonnière

1 avr 2017 | PAR La rédaction | N°318
Marietta Leroux, directrice générale d’Holcim Réunion : « La part des importations de ciment augmente tous les ans et cela peut affecter notre capacité à produire dans la durée. Nous devons donc nous différencier par l’innovation, le développement durable et notre contribution à l’économie de La Réunion. » Philippe Stéphant
Le groupe Lafarge-Holcim fournit 70% du ciment à La Réunion et veut préserver son volume d’activité par une stratégie d’innovation et de différenciation en matière d’engagement sociétal.


À La Réunion, Holcim est resté dans l’escarcelle du géant mondial Lafarge-Holcim alors que Lafarge est devenu Teralta après sa vente, en 2015, au groupe irlandais CRH (Cements Roadstones Holdings). Un cession imposée par l’Autorité de la concurrence pour éviter une situation de quasi monopole et qui a réactivé la concurrence entre le leader Holcim et son outsider Teralta. Holcim Réunion détient environ 70% de parts de marché avec des produits élaborés localement à partir de clinker importé et de matières premières locales. Et pour défendre sa position, le cimentier se positionne sur le terrain sociétal. Après avoir créé, fin 2016, son label « Ciment Péi », la filiale du groupe Lafarge-Holcim a présenté en février un packaging innovant. 

UNE INNOVATION POUR ÉVITER 60 CONTENEURS DE DÉCHETS

« Nous avons créé le label pour afficher notre contribution à l’économie réunionnaise et à l’emploi local. Et avec ce nouveau packaging, nous innovons en matière de développement durable », explique Marietta Leroux, directrice générale d’Holcim Réunion. Le sac de ciment Magik peut être qualifié de révolutionnaire car il s’introduit tout entier dans la bétonnière et son emballage se réduit en microfibres sous l’effet abrasif des granulats. « Cette technologie est une exclusivité développée en partenariat avec l’industriel suédois de l’emballage BillerudKorsnäs. La Réunion est le troisième territoire à en bénéficier après la France métropolitaine et la Croatie », précise Marietta Leroux. Leader mondial de l’emballage durable en papier, BillerudKorsnäs a conçu ce sac en papier imperméabilisé qui se réduit à moins de 1% de cellulose dans le volume de mortier ou de béton. En plus de ces avantages pratiques, pour un travail plus propre, l’innovation supprime les déchets de sacs traditionnels.
Composés de papier, de plastique et de résidus de ciment, ce sont 6 millions de sacs vides qui, à La Réunion, rejoignent chaque année l’enfouissement, soit l’équivalent de 60 conteneurs de déchets. 

MAINTENIR DES ACTIVITÉS DANS LA DURÉE

Lafarge-Holcim n’a pas cédé à CRH (Cements Roadstones Holdings) son entité Ciments de Bourbon, au Port, qui assure la fabrication du ciment. Le broyeur de cette unité industrielle reçoit du clinker, importé du Vietnam, du gypse, du sulfogypse issu de la centrale thermique du Gol, des déchets de plâtre retraités à Saint-Pierre et de la pouzzolane extraite dans le sud. « La part des importations de ciment augmente tous les ans, souligne Marietta Leroux, et cela peut affecter notre capacité à produire dans la durée. Nous devons donc nous différencier par l’innovation, le développement durable, et notre contribution à l’économie de La Réunion. » Holcim Réunion emploie 200 collaborateurs et génère de l’activité pour 200 sous-traitants. Au Port, l’entreprise produit 300 000 tonnes de ciment et 100 000 mètres carrés d’éléments préfabriqués en béton. Elle exploite cinq centrales à béton et deux sites d’extraction. Sa démarche écoresponsable permet de recycler des déchets de béton et de verre et de réhabiliter les sites de carrière sous forme d’espaces verts ou de terres agricoles. 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Holcim innove avec un sac autodégradable en bétonnière

 À La Réunion, Holcim est resté dans l’escarcelle du géant mondial Lafarge-Holcim alors que Lafarge est devenu Teralta après sa vente, en 2015, au groupe irlandais CRH (Cements Roadstones Holdings). Un cession imposée par l’Autorité de la concurrence pour éviter une situation de quasi monopole et qui a réactivé la concurrence entre le leader Holcim et son outsider Teralta. Holcim ...