ID

Océan Indien

« Il n’y a pas d’innovation sans désobéissance »

1 juin 2017 | PAR Tatiana Hossein-Zadeh
« Ce métier est à la confluence de l’esthétique, de la technique, de l’économie, de l’environnement et de la sociologie. » Guillaume Foulon
Tatiana Hossein-Zadeh aime bien cette citation de Michel Millot, designer industriel et enseignant, qui a participé à la conception de plus de 2 000 produits les plus divers. Elle-même designer industrielle à La Réunion, elle veut convertir l’océan Indien…


La simplicité, c’est l’harmonie parfaite entre le beau, l’utile et le juste… », écrivait l’architecte Frank Lloyd Wright. De quoi inspirer les designers. Mais d’abord, qu’est-ce que le design ? « La particularité du design est qu’il n’existe pas de définition unique et définitive puisqu’il se réinvente à chaque époque, en suivant les évolutions, les cultures et les apports des designers du monde entier », répond l’Association française des designers.

UN PROCESSUS INTELLECTUEL CRÉATIF, PLURIDISCIPLINAIRE ET HUMANISTE

Le design est basé sur la compréhension du comportement de l’utilisateur. C’est seulement par le contact, l’observation et l’empathie avec les utilisateurs finaux que nous pouvons concevoir des réponses adaptées à leur environnement. Le design est un processus intellectuel créatif, pluridisciplinaire et humaniste, dont le but est d’apporter des solutions aux problématiques de tous les jours, liées aux enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Ce métier est à la confluence de l’esthétique, de la technique, de l’économie, de l’environnement et de la sociologie.
On attribue souvent le design à de l’esthétique, or le design ce n’est pas que du style. Le designer doit avoir une capacité à formaliser et à dessiner car tout se finit par la forme et l’objet, mais en amont, le designer analyse et observe afin de créer un concept répondant à un besoin. Son travail est basé sur la compréhension du monde qui l’entoure. En effet, le design est partout en adéquation avec les modes de vie, les valeurs et les besoins des êtres humains. Il contribue à la création d’objets, de services, d’interfaces, d’espaces et à la communication de messages visuels et sonores afin de leur donner un sens, une émotion, une identité et d’en améliorer l’accessibilité ou l’expérience. Cette activité utilise les compétences et l’expérience du designer, faites d’observation, d’analyse, d’écoute, de technique et de création.

COMMENT TRAVAILLE LE DESIGNER ?

Le designer intervient dans toutes les phases du projet afin de contribuer à la réflexion et au bon déroulement de celui-ci. Afin de répondre le plus pertinemment possible à une problématique posée, le designer met en place une méthodologie de travail propre à sa discipline :

  1. Analyse : sa première mission consiste à observer, analyser et questionner le contexte, l’environnement social et culturel dans lequel se situe le projet. Le designer est à l’écoute des usagers finaux. Son rôle est de comprendre quels sont leurs attentes et leurs besoins. 
  2. Synthèse : à partir de cette analyse, le designer va pouvoir constituer le cahier des charges du projet tout en incluant les attentes de son client (coût, moyen de production, délai…).
  3. Concept : le cahier des charges validé, le designer imagine, écrit, dessine et modélise afin que les idées prennent formes. Il les conduit sous forme de prototype ou de maquette afin de tester un usage, une forme, l’ergonomie… 
  4. Retour d’expérience : ces mêmes prototypes sont présentés aux usagers finaux afin d’avoir un retour d’expérience. Cela permet de vérifier le concept et de l’améliorer afin d’être au plus proche du besoin de l’usager. 
  5. Production : enfin, il réalise l’exécution technique du projet et assiste ses clients dans la fabrication.

DES DROITS D’AUTEURS POUR LE DESIGNER

Le designer est un médiateur entre les différents corps de métiers d’une entreprise. Il prend en compte les attentes des ingénieurs, du marketing et de la communication. Il travaille donc rarement seul. Son rôle est également de fédérer une équipe pluridisciplinaire autour d’une problématique posée. 
Le cadre juridique étant le droit de la propriété intellectuelle, le designer facture des honoraires de conception et de création, qui rémunèrent la tâche pour concevoir l’œuvre de design, et des droits d’auteur qui rémunèrent les bénéfices générés par son exploitation. 

(*) Tatiana Hossein-Zadeh
Cette diplômée de l’ENSCI-Les Ateliers (École nationale supérieure de création industrielle) a pu apprendre les différentes facettes du design afin de mettre sa créativité au service d’un monde en mutation. Elle a pu explorer, grâce à des projets en partenariat, le design industriel, le design de service, le design d’interface, les nouveaux outils de fabrications numériques (imprimante 3D, découpe laser, fraisage...), et enfin les méthodologies propre à sa discipline. Par la suite, elle a exercé sa profession chez Airbus, missionnée en recherches et technologies afin d’aider à concevoir les avions 2030. Durant ce même temps, elle a également formé des ingénieurs aux méthodologies du designer, lors de workshops. Elle est finalement revenue vivre à La Réunion il y a un an et demi, convaincue de l’intérêt que peut offrir le design aux entreprises locales. Étant prestataire, elle accompagne différentes entreprises dans leurs projets.


MÉTAMORPHOSE DU CASQUE DE VEEKOZ

Veekoz est la seconde start-up pour laquelle je travaille. Joel Pèdre, le concepteur, développe un casque connecté qui permet d’obtenir une traduction vocale instantanée. Grâce à un dictionnaire intégré dans un casque relié à un smartphone ou une tablette, les usagers ont la possibilité de communiquer avec des étrangers. Mon rôle au début de la mission a été de placer le produit sur le marché. Pour cela, une analyse de la concurrence et de l’usage du produit a été réalisée. Ainsi, nous avons défini un secteur d’usage. Le casque est destiné, dans un premier temps, aux professionnels. Par la suite, ma mission a été d’améliorer le design du produit. Avant de passer à l’esthétique de celui-ci, nous avons déterminé les valeurs que Veekoz devait communiquer. Images d’inspiration et mots clés ont été définis afin de créer un univers formel. Le cahier des charges comprenait la partie technique (carte électronique, micros, batterie…), l’usage, l’ergonomie et l’esthétique du produit.
Le casque de Veekoz avant et après le travail de design.
Le casque de Veekoz avant et après le travail de design.
Sonde Oscadi
UN TRAVAIL SUR L’ÉCHOGRAPHE D’OSCADI

Ma première mission à La Réunion s’est effectuée chez Oscadi (start-up dans le domaine de l’e-santé). Cela fait maintenant un an que je travaille avec l’équipe interne. Oscadi développe un échographe accessible à tous les praticiens médicaux dès lors que celui-ci est branché à un iPad. Le premier objectif était d’améliorer et de simplifier l’interface utilisateur. Ensemble (ingénieurs, développeurs, business developer et designer), nous avons travaillé à la fois sur l’architecture de l’interface et sur l’implémentation de nouvelles fonctions répondant aux besoins de nos usagers. Pour cela, différents prototypes ont été présentés aux praticiens, ce qui nous a permis d’obtenir un retour d’expérience de plus en plus affiné. Les spécialistes de la santé ont pu tester à la fois le design du produit, la qualité d’image, l’ergonomie de l’interface et les nouvelles fonctions proposées. À partir de ces retours, le design et l’ergonomie ont été créés. Ainsi, l’interface est intuitive, facile d’usage et au plus proche de l’attente de nos futurs clients. Par la suite, mon rôle a été de développer l’identité de marque de la start-up (logo, plaquette commerciale, roll-up, site internet, éléments de communication…). Celle-ci devait être en adéquation avec les valeurs d’Oscadi et les attentes du porteur de projet : Olivier Sautron.
 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Océan Indien

« Il n’y a pas d’innovation sans désobéissance »

 La simplicité, c’est l’harmonie parfaite entre le beau, l’utile et le juste… », écrivait l’architecte Frank Lloyd Wright. De quoi inspirer les designers. Mais d’abord, qu’est-ce que le design ? « La particularité du design est qu’il n’existe pas de définition unique et définitive puisqu’il se réinvente à chaque époque, en suivant les évolutions, les cultures e...