Indian Ocean Connect va connecter les objets dans l’océan Indien - Performance - Ecoaustral.com

Performance

Réunion

Indian Ocean Connect va connecter les objets dans l’océan Indien

Bruce Chane, directeur de IO Connect : « Nous partons d’une page blanche et il y a tout un écosystème à créer. Connecter un objet coûtera 1 euro par mois. » Guillaume Foulon
Cette start-up créée par Johnny Law Yen va déployer le réseau Sigfox, conçu par deux ingénieurs de Toulouse qui se sont imposés à l’échelle mondiale. L’objectif est de faciliter la vie des Réunionnais en connectant jusqu’à 300 000 objets d’ici fin 2017.

« Nous sommes dans une technologie de rupture qui peut se déployer vite et facilement, qui consomme peu et présente un faible coût. » Après le commerce et l’économie circulaire, l’entrepreneur Johnny Law-Yen a décidé d’investir le monde du digital et de répandre l’Internet des objets dans l’océan Indien. Avec sa start-up Indian Ocean Connect (IO Connect), créée au 1er trimestre 2016, il devient l’opérateur du réseau Sigfox mis au point par deux ingénieurs à Toulouse (voir notre encadré). 
Mais pourquoi les objets connectés prennent-ils de l’importance ? « Depuis la nuit des temps, les informations circulent et il faut les gérer, optimiser leurs flux. Le but est que ces échanges se fassent mieux. Les objets connectés sont la prochaine étape. L’idée est qu’il n’y ait plus à forcer la communication, mais que les objets d’eux-mêmes remontent de l’information afin que l’individu puisse prendre de meilleures décisions », explique Bruce Chane, directeur d’IO Connect. Une poubelle remplie ou vide, des places de parking disponibles ou occupées, un conteneur arrivé à destination ou pas… 

UN INFINITÉ D’APPLICATIONS

L’idée est d’offrir une information simple de l’ordre de 0G qui se passe du GSM, très énergivore, mais fonctionne selon une technologie radio UNB (Ultra Narrow Band) qui utilise des bandes de fréquence libre de droit disponibles pour le monde entier, comme les bandes ISM (Bandes industrielles, scientifiques et médicales). 
Pour offrir la connectivité, IO Connect a installé dix antennes sur l’île et en prévoit jusqu’à 50 pour couvrir 95% du territoire et 90% de la population avant la fin de l’année 2016. Prochaine étape : installer des antennes à Maurice et à Mayotte pour un investissement allant jusqu’à 3 millions d’euros.
Les applications sont infinies : irrigation intelligente et agriculture connectée, usine intelligente avec contrôle de température et gestion de l’énergie, télérelevé (eau, électricité…), Smart City avec gestion des parkings et de l’éclairage public, bâtiment intelligent avec détecteur de fumée et gestion des accès, gestion des actifs, magasin connecté, services de santé, logistique, etc..
À ce jour, la start-up est en discussion avec des collectivités, des entreprises du BTP et de la distribution en défendant une approche péi, « p » signifiant productivité, « é » économie/ écologie et « i » innovation. Elle propose deux formules : connecter les objets au réseau via un abonnement et mise à disposition des données sur du Cloud ou construire une solution de connectivité de bout en bout.

SIGFOX LEADER MONDIAL
Cette start-up toulousaine a une longueur d’avance dans la connectivité très bas débit, idéale pour les objets connectés. Elle a vu le jour en 2009 à l’initiative de deux ingénieurs, Ludovic Le Moan et Christophe Fourtet, qui ont créé le tout premier réseau de l’IoT ou IdO (Internet des Objets). Appuyée par des actionnaires comme Intel, Samsung, Engie et Air Liquide, l’entreprise a levé 100 millions d’euros en 2015 pour accélérer son déploiement aux quatre coins de la planète. La révolution de sa technologie ? Sigfox a créé un réseau de longue portée (200 km) et à bas débit qui permet la communication de données de taille réduite entre les appareils connectés sans passer par un téléphone mobile.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Indian Ocean Connect va connecter les objets dans l’océan Indien

« Nous sommes dans une technologie de rupture qui peut se déployer vite et facilement, qui consomme peu et présente un faible coût. » Après le commerce et l’économie circulaire, l’entrepreneur Johnny Law-Yen a décidé d’investir le monde du digital et de répandre l’Internet des objets dans l’océan Indien. Avec sa start-up Indian Ocean Connect (IO Connect), créée au 1er trimes...