Leader

Réunion

Isabelle Albert conjugue le digital et le bio

« Au moment d’une première naissance, un quart des ménages français adoptent le bio et changent leurs habitudes de consommation. » Guillaume Foulon
On lui doit l’implantation à La Réunion du réseau « Girls in Tech » qui a vu le jour en Californie. Avec le webzine lovelyfamily.co, elle pense aussi aux parents green et connectés.

« Girls in Tech, ce n’est pas une approche féministe, mais une contribution complémentaire pour mettre toutes les énergies au service de notre écosystème. » Isabelle Albert a fondé en 2016 la branche réunionnaise de ce réseau international qui a vu le jour en 2007 à San Francisco. Un réseau qui compte 44 000 membres dans 40 pays différents et veut encourager la mixité dans les activités du digital, mener des actions de formation et d’accompagnement des femmes dans les métiers du numérique.  

LE DIGITAL AU SERVICE DU BIEN-ÊTRE

Issue du milieu bancaire et rompue au management de projets internationaux, Isabelle Albert a remodelé son parcours professionnel en obtenant un Master en développement durable à HEC Paris. Cette jeune mère de famille a lancé, en juillet dernier, le site Lovelyfamily.co, premier webzine des parents green et connectés. « Au moment d’une première naissance, un quart des ménages français adoptent le bio et changent leurs habitudes de consommation. Lovely family existe pour construire une communauté qui se retrouve dans des valeurs d’achat responsable, pour conseiller les parents dans le long terme et pour valoriser des marques et des produits bio de La Réunion sur des marchés francophones au sens large. » Le site connaîtra en octobre sa version définitive pour entrer en phase d’expansion et de visibilité accrue.
L’association Digital Réunion, a confié à Isabelle Albert et à Anne-Laure Payet, directrices associées de « Girls in Tech La Réunion », l’organisation d’une session plénière de NxSE, le premier Forum international de la transformation numérique des États et des entreprises en Afrique, prévu les 24 et 25 novembre 2016. « L’appui du réseau a facilité la recherche de speakers étrangers intervenant sur le thème de l’émancipation de la jeunesse africaine et des entreprises grâce aux nouvelles technologies, commente Isabelle Albert. Nous accueillerons Martha Chumo, jeune Kenyane dont les initiatives ont inspiré le programme de l’Unesco « 1 million de femmes entrepreneures en Afrique en 2017 », ainsi que Janet Bih Fofang, Camerounaise qui œuvre à l’implication des jeunes femmes dans les TIC. » 

UNE NOUVELLE APPROCHE SOCIÉTALE

Membre de la commission Entreprises du Crédit Agricole de La Réunion, Isabelle Albert voit dans le développement de l’économie numérique un atout important pour répondre aux contraintes liées à l’éloignement géographique de l’île, en se positionnant sur de l’expertise, du savoir-faire et de la mise en relation. Un message que les adhérentes de Girls in Tech vont relayer auprès des lycéennes, pour les sensibiliser aux nombreuses opportunités de carrière qui s’ouvrent dans le digital. « Au carrefour du numérique et du développement durable, je me passionne pour les nouvelles formes d’entreprises qui s’efforcent, aujourd’hui, de concilier un objectif de rentabilité avec un impact positif sur l’évolution de la société. » 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Isabelle Albert conjugue le digital et le bio

« Girls in Tech, ce n’est pas une approche féministe, mais une contribution complémentaire pour mettre toutes les énergies au service de notre écosystème. » Isabelle Albert a fondé en 2016 la branche réunionnaise de ce réseau international qui a vu le jour en 2007 à San Francisco. Un réseau qui compte 44 000 membres dans 40 pays différents et veut encourager la mixité dans les acti...