Leader

ONU

Jean Claude de l’Estrac livre sa vision de la Francophonie

19 mai 2014 | PAR La rédaction
Pour Jean Claude de l’Estrac, la Francophonie porte une voix spécifique qui doit se faire entendre alors que se discute l’agenda mondial pour le développement post-2015. - DA

Jean Claude de l’Estrac, Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI) et candidat mauricien au Secrétariat général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a rencontré, mi-mai à New York, les représentants permanents des pays francophones accrédités aux Nations unies ainsi que Filippe Savadogo, le représentant permanent de l’OIF. La représentation de Maurice à l’ONU a profité de la participation de Jean Claude de l’Estrac aux travaux du Groupe de contact sur la piraterie au large des côtes somaliennes pour organiser une réception à laquelle il a été présenté par l’ambassadeur mauricien, Milan Meetarbhan. À cette occasion, le candidat mauricien à la succession d’Abdou Diouf a fait part de sa vision et de ses ambitions pour la Francophonie.
Pour Jean Claude de l’Estrac, la Francophonie tire sa spécificité de la primauté qu’elle accorde à l’action culturelle. « Elle en fait la matrice qui détermine le politique et organise l’économie », a-t-il avancé.
La prégnance des valeurs de diversité culturelle et d’humanisme font de l’OIF « un acteur engagé dans la promotion de la paix et l’épanouissement des cultures », a rappelé Jean Claude de l’Estrac. Cette mission est d’autant plus importante que « le respect des différences est une des questions essentielles de notre temps » car lorsque « les identités sont meurtries, elles deviennent meurtrières ». C’est donc l’honneur de la Francophonie que de faire de la cohabitation tranquille des identités l’un de ses principaux combats.

« un projet d’avenir […] utile à notre avenir collectif et plus encore à l’avenir de notre jeunesse »

Inspiré par l’action d’Abdou Diouf à la tête de l’OIF et résolument tourné vers le futur, le candidat mauricien entend fortifier « le magistère d’influence » de la Francophonie, a-t-il dit en reprenant la formule de l’actuel Secrétaire général de l’OIF. Elle est, en effet, « un canal naturel de dialogue et d’échanges pour les pays ayant le français en partage ».
Tout ceci conduit Jean Claude de l’Estrac à voir la Francophonie comme  « un projet d’avenir  […] utile à notre avenir collectif et plus encore à l’avenir de notre jeunesse ». Le développement durable apparaît ainsi comme un thème central de sa vision pour la Francophonie.
La Francophonie porte une voix spécifique qui doit se faire entendre alors que se discute l’agenda mondial pour le développement post-2015. C’est en tant que promoteur d’un développement authentiquement durable, où croissance économique, respect des identités et préservation des équilibres naturels sont imbriquées, que la Francophonie doit s’inscrire dans la marche du monde, a déclaré en substance le Secrétaire général de la COI.
Cette vision que défend Jean Claude de l’Estrac «  [va] de soi  » parce qu’il vient d’un pays où s’est réalisé « un double miracle, miracle du vivre-ensemble en dépit des tensions sociales ou ethniques, miracle économique aussi de cette île africaine, hier encore un des pays les plus pauvres de la planète ».
C’est cette expérience qui nourrit la vision du candidat soucieux de la cohabitation tranquille des identités, préoccupé par les injustices croissantes d’une économie mondialisée. Selon lui, la Francophonie est en mesure d’apporter des réponses à ces inquiétudes que partage l’ensemble des peuples francophones, du Nord comme du Sud.
« Les Francophones doivent sentir que cette appartenance constitue, pour chacun d’entre eux, une valeur ajoutée » d’autant qu’aujourd’hui « la Francophonie est capable de leur ouvrir les portes de l’éducation et de la formation, du travail et de la mobilité sociale, de la dignité et de la solidarité », a insisté Jean Claude de l’Estrac.
Lors de son passage à New York, le candidat mauricien s’est également entretenu avec Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de maintien de la paix.
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

ONU

Jean Claude de l’Estrac livre sa vision de la Francophonie

Jean Claude de l’Estrac, Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI) et candidat mauricien au Secrétariat général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a rencontré, mi-mai à New York, les représentants permanents des pays francophones accrédités aux Nations unies ainsi que Filippe Savadogo, le représentant permanent de l’OIF. La représenta...