Leader

FRANCOPHONIE

Jean-Claude de L’Estrac s’explique sur la « trahison de Dakar »

Le candidat malheureux dans la compétition visant le poste de secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OiF) vient de s’en prendre à la « trahison de Dakar » lors d’une conférence de presse le 5 décembre dernier.

Jean-Claude de L’Estrac regrette que l’Organisation n’ait pas procédé à un vote pourtant inscrit dans sa charte et que les présidents français et sénégalais aient voulu à tout prix arriver à un consensus, quitte à mettre le président de la République de Maurice, et d’autres, devant le fait accompli. Résultat des courses, c’est l’Amérique du Nord qui s’impose alors que le pacte d’Hanoi, non écrit mais bien réel, voulait jusqu’à présent que le secrétaire général soit issu d’un pays du Sud. Michaëlle Jean est l’ancien gouverneur du Canada, un pays anglophone même s’il est un gros contributeur à la Francophonie, faisant quasiment jeu égal avec la France. Mais c’est surtout le Québec qui permet à ce pays d’appartenir à la Francophonie, le Québec qui ne se montre pas spécialement emballé par le choix arrêté à Dakar.
L’ombre de la « Françafrique » a plané sur ce sommet même sil ne s’agit plus des mêmes relations qu’à l’époque des réseaux Foccart, comme le montre Antoine Glaser, ancien directeur de « La Lettre du continent », dans son livre « Africafrance ». Michaëlle Jean avait aussi pour elle d’être d’origine haïtienne, jeune et de sexe féminin. Des vertus dans l’air du temps même si elle a commis l’impair de s’exprimer en anglais durant certains échanges. Et puis, toutes ces qualités « politiquement correctes » ne font pas un programme. On a pu constater déjà que certaines propositions de Jean-Claude de L’Estrac ont déjà été allègrement reprises, notamment sur la francophonie économique. Ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose, mais nous laisse quand même dubitatif sur l’action de François Hollande dont l’appui à la Canadienne a été déterminant, au grand dam de certains diplomates français. Il ne fait nul doute que la nouvelle secrétaire générale sera solidement « encadrée » par Ottawa.
Nos lecteurs qui veulent se faire une idée précise de la question peuvent trouver sur notre site Internet l’intégralité de l’intervention de Jean-Claude de L’Estrac lors de sa conférence de presse.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

FRANCOPHONIE

Jean-Claude de L’Estrac s’explique sur la « trahison de Dakar »

Jean-Claude de L’Estrac regrette que l’Organisation n’ait pas procédé à un vote pourtant inscrit dans sa charte et que les présidents français et sénégalais aient voulu à tout prix arriver à un consensus, quitte à mettre le président de la République de Maurice, et d’autres, devant le fait accompli. Résultat des courses, c’est l’Amérique du Nord qui s’impose alors que l...