Happy Few

Réunion

Jean-Luc Allègre et Réunimer inventent La Réunion-sur-Mer

1 fév 2018 | PAR La rédaction | N°326
Les photos agrandies de Jean-Luc Allègre font parfois penser aux toiles d’un artiste-peintre romantique.
Avec le dernier livre du photographe et son exposition itinérante, La Réunion ne tourne plus le dos à la mer. Le groupe Réunimer, spécialisé dans la pêche et la transformation de poisson, s’est associé à cette démarche.

La première exposition des grandes photos marines de Jean-Luc Allègre, dont certaines font penser à de superbes toiles d’artiste-peintre, a eu lieu le 8 décembre à l’Artefact, cette sympathique galerie d’art-bistrot-resto-pôle d’animation du quartier de la cathédrale, à Saint-Denis. Galerie et quartier dont le principal initiateur est l’anti-conformiste Peter Mertens, connu notamment pour son entreprise Pardon. « Le plus réunionnais des Allemands », comme le décrit Jean-Luc Allègre. On doit à Maurice Cérisola, infatigable président du Cluster maritime de La Réunion, d’avoir mis en relation le groupe Réunimer, spécialisé dans la pêche et la transformation de poisson, et le photographe rompu aux beaux livres et aux expos. 
 

En crapahutant sur des sentiers peu empruntés, Jean-Luc Allègre a découvert des sites époustouflants, à l’écart des itinéraires touristiques.
En crapahutant sur des sentiers peu empruntés, Jean-Luc Allègre a découvert des sites époustouflants, à l’écart des itinéraires touristiques.
 

LES MULTIPLES VISAGES DE LA MER

Réunimer a profité du vernissage du 8 décembre pour faire déguster ses produits de la mer dont la succulente légine fumée. Rien de mieux pour accompagner une coupe de champagne. La fête avant l’heure. Mais aussi la découverte d’une démarche originale d’un artiste photographe qui s’est intéressé à la mer dans toutes ses dimensions : dessus, dessous, autour… Rien de l’élément marin, et de ses multiples activités et visages, n’a échappé à son œil. Pour cela, il a crapahuté sur le littoral de toute l’île, empruntant des entiers méconnus et découvrant des sites à la fois secrets et époustouflants. Son exposition et son livre sont inédits puisque, sauf erreur, personne n’avait encore examiné, à La Réunion, la mer sous toutes ses coutures. Dans une île qui, traditionnellement, avait tendance à tourner le dos à la mer et où l’on mangeait seulement quelques poissons à la banalité affligeante. Les choses sont en train de changer, comme en témoigne Sébastien Camus, président du groupe Réunimer, dont les produits variés se taillent un beau succès. 
 

La Réunion-sur-Mer n’est pas un livre « carte postale ». Tous les visages de la mer, de ses activités et des hommes qui la fréquentent de près ou de loin, sont captés par le photographe.
La Réunion-sur-Mer n’est pas un livre « carte postale ». Tous les visages de la mer, de ses activités et des hommes qui la fréquentent de près ou de loin, sont captés par le photographe.
 

JEAN-LUC ALLÈGRE NOUS EN MET PLEIN LES YEUX

On mange de plus en plus de poissons, et pas n’importe lesquels. Il se pourrait bien, finalement, que La Réunion ne tourne plus le dos à la mer, qu’elle la regarde en face et que, du même coup, l’économie bleu devienne un relais de croissance. De quoi faire plaisir à Maurice Cérisola, son plus fervent militant. « La Réunion-sur-Mer », c’est ainsi qu’on pourrait appeler l’île dans un avenir proche. Un pléonasme, dira-t-on, car une île est entourée d’eau. Pas forcément car certaines îles sont entourées d’eau sans prendre conscience de cette richesse incommensurable ni même de cette réalité. En attendant, Jean-Luc Allègre nous en met plein les yeux et a même fait appel à la collaboration de photographes sous-marins pour que cette radioscopie de la mer à La Réunion soit la plus complète possible. Paysages littoraux, vie sous-marine, activité portuaire, pêche, sports et activités nautiques, rien n’est oublié. Son livre fera date.

« La Réunion-sur-Mer », par Jean-Luc Allègre - 25 x 25 cm, 240 pages, 35 euros. 

 

Saisir le tumulte des flots au meilleur instant, c’est là que l’œil du photographe fait la différence.
Saisir le tumulte des flots au meilleur instant, c’est là que l’œil du photographe fait la différence.
 
 
Rien de plus photogénique qu’un quai et un navire amarré. Et rien qui n’invite plus au rêve, surtout dans une île, dernier jalon avant l’infini.
Rien de plus photogénique qu’un quai et un navire amarré. Et rien qui n’invite plus au rêve, surtout dans une île, dernier jalon avant l’infini. 
Photos : Jean-Luc Allègre
 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Jean-Luc Allègre et Réunimer inventent La Réunion-sur-Mer

La première exposition des grandes photos marines de Jean-Luc Allègre, dont certaines font penser à de superbes toiles d’artiste-peintre, a eu lieu le 8 décembre à l’Artefact, cette sympathique galerie d’art-bistrot-resto-pôle d’animation du quartier de la cathédrale, à Saint-Denis. Galerie et quartier dont le principal initiateur est l’anti-conformiste Peter Mertens, connu notam...