Green

Maurice

Jean-Marc Sauzier : « Nous sommes à la fois efficients économiquement et responsables écologiquement »

1 déc 2016 | PAR Jean-Michel Durand | N°315
Jean-Marc Sauzier, directeur général de Dry Cleaning Services : « L’objectif est de faire passer 90% de notre process dans ces chaînes de lavage économes. Non seulement la qualité de lavage est préservée, mais elle se révèle même supérieure. » - Davidsen Arnachellum
Son entreprise Dry Cleaning Services a obtenu, via un troisième Green Loan (prêt vert), 14 millions de roupies (350 000 euros) pour ajouter une ligne de lavage industrielle. Ce qui permet une économie d’eau de 30 000 mètre cubes par an.


L’Eco austral : Pourquoi avoir contracté des « Green Loans » (prêts verts) ? 
Jean-Marc Sauzier : Tout d’abord, je dois reconnaître que malheureusement, et de par sa nature même, mon industrie est polluante. Nous sommes de gros consommateurs en énergie, en eau et en produits chimiques. Pour répondre directement à votre question, ces crédits nous ont permis d’enclencher de gros investissements. Nos équipements consistent en du gros matériel qui engendre des coûts élevés de production. En outre, l’entreprise, qui opère 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, doit avoir un certain nombre d’équipements en back-up en cas de problème. Et dans un marché mature, homogène et très concurrentiel, l’innovation est encore une fois un facteur de différenciation décisif. Aussi, nous avons fait appel à trois reprises aux Green Loans de la Mauritius Commercial Bank (MCB) –mis en place par l’AFD (voir notre encadré). Grâce au premier, nous avons installé une station de recyclage d’eau qui traite 50 000 litres d’eau par heure. Avec le deuxième, nous avons mis en place un système d’ozone pour le lavage industriel. Cela nous permet d’éco-nomiser 40% de produits chimiques et de traiter les vêtements à température ambiante, ce qui évite d’utiliser de l’énergie pour chauffer l’eau.  

Le dernier Green Loan vous a permis d’investir dans un tunnel de lavage. Est-ce une suite logique ? 
Effectivement, en 2015, nous avons obtenu un prêt de 14 millions de roupies (350 000 euros) pour l’ajout d’une ligne de lavage industriel performante qui nous permet d’économiser 30 000 mètres cubes d’eau par an. Ce quatrième tunnel de lavage nous permet d’utiliser quatre à cinq fois moins d’eau qu’un traitement classique. Nous utilisons 2 litres d’eau par kilo de vêtements contre 5 litres auparavant. Au final, notre blanchisserie industrielle est du même niveau que celles qu’on peut trouver en Europe ou aux États-Unis. Et nous allons postuler pour un autre Green Loan afin de mettre en place un cinquième tunnel de lavage. Ce qui au plan mondial est quasiment unique. L’objectif est de faire passer 90% de notre process dans ces chaînes de lavage économes. Non seulement la qualité de lavage est préservée, mais elle se révèle même supérieure.

Quels sont vos projets d’avenir ?
Nous envisageons de mettre en place des panneaux solaires pour notre éclairage et notre chauffage. Mais l’efficacité et la rentabilité ne sont pas encore suffisantes pour miser, à moyen terme, sur le photovoltaïque, faute de substitution comme à La Réunion... Nous avons installé des sécheurs pour récupérer la chaleur et l’optimiser, mais cela reste encore marginal.

LES GREEN LOANS : UNE INITIATIVE DE L’AFD
L’Agence française de développement propose un appui au développement de l’économie verte à travers cette ligne de crédits de 60 millions d’euros mise à disposition des banques State Bank of Mauritius (SBM) et Mauritius Commercial Bank (MCB). L’AFD intervient dans l’instruction des dossiers de ces Green Loans qui peuvent financer jusqu’à 100%d’un projet avec un retour de 8% sur le montant. Ils ne se limitent à Maurice et peuvent financer des projets aux Seychelles, à Madagascar, au Mozambique et aux Comores. 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Jean-Marc Sauzier : « Nous sommes à la fois efficients économiquement et responsables écologiquement »

 L’Eco austral : Pourquoi avoir contracté des « Green Loans » (prêts verts) ? Jean-Marc Sauzier : Tout d’abord, je dois reconnaître que malheureusement, et de par sa nature même, mon industrie est polluante. Nous sommes de gros consommateurs en énergie, en eau et en produits chimiques. Pour répondre directement à votre question, ces crédits nous ont permis d’enclencher de gros ...