Green

Maurice

Jean-Marie Marrier explore la voie du coaching vocal

1 sep 2019 | PAR Jacques Rombi | N°343
Ses cours consistent à transmettre des techniques vocales à des chanteurs, comédiens, avocats, professeurs ou entrepreneurs. Photo : Davidsen Arnachellum
Ce natif de Maurice, petit-fils du docteur Antoine Rey(*), a fait son petit tour du monde avant de redécouvrir la terre de ses ancêtres et de s’y établir en famille en 2017. Avec son entreprise Asterlab, il y développe un nouveau segment d’activité, le coaching vocal.

Les créolophones auront bien saisi le jeu de mot qui se cache derrière le nom d'Asterlab, venant d’aster  (« aujourd’hui » ou « étoile » en latin) et lab pour laboratoire. « Je développe des formations visant à débloquer sa voix. Cela peut s’adresser aux timides comme aux professionnels de la voix : chanteurs mais aussi entrepreneurs et autres directeurs qui doivent donner de la voix lors d’un meeting ou d'une conférence », explique Jean-Marie Marrier. Ce musicien à l’apparence d’éternel jeune homme n’hésite pas à jouer de la kinésique, la science des gestes quotidiens dont l’utilisation de la voix, pour mieux communiquer son message. Comme il l’explique, un simple son prononcé de façon continue change radicalement de ton suivant sa prononciation, le menton fermé ou décollé de la poitrine (faites l’essai !).
Il a appris à chanter sur le tas avant de se produire avec les plus grands : « J’ai eu très tôt l’oreille musicale grâce à ma mère qui chantait juste et qui m’a initié. Mais c’est surtout en Afrique du Sud qu’enfant, j’ai pu apprécier la musique black dans le Zoulouland. Otis Redding et surtout Myriam Makeba sonnent encore dans ma tête. Ensuite, j’ai chanté aux Antilles dans les cafés concerts, puis à Paris en accompagnant des pointures comme Henry Salvador ou encore l’orchestre de Nulle Part Ailleurs sur Canal Plus. » Une bonne école, trop bonne peut-être : « L’expérience de la télévision est gratifiante mais épuisante, trop de pressions, trop de paillettes... », reconnaît cet enfant de Riambel (sud de Maurice) qui a suivi ses parents durant toute son enfance dans la gestion de fermes en Afrique et en France. C’est après sa rencontre avec le baryton Régis Cuvelier qu’il commence à bifurquer sur sa deuxième voie, celle de la formation aux techniques vocales : « Avec le déploiement du corps, j’apprends comment on peut tout maîtriser, la voix mais aussi le comportement. » Ses cours consistent à transmettre des techniques vocales à des chanteurs, comédiens, avocats, professeurs ou entrepreneurs : « J’ai dû adapter mon discours artistique aux entrepreneurs pour leurs besoins en management et marketing ; j’y apporte mon expérience de la scène et cela permet de beaux échanges. » Jean-Marie Marrier cite l’exemple de chorales éphémères qu’il organise lors de séances de team building avec le personnel de groupes hôteliers ou de banques locales : « Non seulement ces personnes ont eu des révélations sur leurs aptitudes à chanter, mais cela leur a permis de sortir de leur coquille au sein de leur entreprise. »  Ses cours dispensés individuellement ou en équipe sont agréés MQA (Mauritius Qualifications Authority).

(*)Antoine Rey et son épouse Yvonne sont bien connus dans le pays pour avoir lancé la première école d’enseignement français qui deviendra le Lycée Labourdonnais à Curepipe.

Jean-Marie Marrier : ici la voix
Il part très jeune en Afrique du Sud et y vit jusqu’à l’âge de 9 ans avant de retourner sur sa terre natale entre 9 et 16 ans. Puis il suit à nouveau ses parents, cette fois dans le sud de la France, de 16 à 28 ans. Identifié par des professionnels du spectacle parisien, il les suit dans la capitale française et se produit dans le célèbre club Le Baiser Salé  où il est repéré par Jean-Pierre Foucault qui l’invite à Sacrée soirée. Puis c’est l’aventure Canal Plus jusqu’à l’épuisement et ses premiers essais en tant que coach. Après des interventions réussies auprès de cadres de la SNCF, la Mutuelle Générale ou encore Saint-Gobain, il choisit de s’installer dans l’est de l’île Maurice où  ses « enfants peuvent enfin vivre en harmonie avec la nature ». Il fait partie du jury du concours musical Kompoz to lamuzik organisé par le groupe Attitude.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Jean-Marie Marrier explore la voie du coaching vocal

Les créolophones auront bien saisi le jeu de mot qui se cache derrière le nom d'Asterlab, venant d’aster  (« aujourd’hui » ou « étoile » en latin) et lab pour laboratoire. « Je développe des formations visant à débloquer sa voix. Cela peut s’adresser aux timides comme aux professionnels de la voix : chanteurs mais aussi entrepreneurs et autres directeurs qui doivent donner de la ...