Performance

Maurice

Junji Gomakubo, conseiller de l’ambassade du Japon : « Nous voulons assurer la durabilité des ressources halieutiques »

1 déc 2018 | PAR Jacques Rombi | N°335
« Il est improbable que le Japon capture des baleines dans les eaux de Maurice. » Davidsen Arnachellum
Alors que d’éventuels accords de pêche entre Maurice et le Japon soulevaient quelques inquiétudes, le « pays du Soleil-Levant » a clarifié les choses, de même que le ministère mauricien des Affaires étrangères.

L’Eco austral : Les accords de pêche avec Maurice sont échus depuis 2016. Quelle est la teneur des nouveaux accords ?
Junji Gomakubo
: L’accord signé en 2009 et qui a expiré en 2016 n’était pas un accord d’État à État mais un accord entre le gouvernement mauricien et une entreprise de pêche privée japonaise : l’Association coopérative japonaise de pêche au thon. Et je n’ai jamais entendu parler de l’intention de cette entreprise de conclure un nouvel accord avec le gouvernement mauricien. La partie japonaise n’a pas l’intention de présenter une proposition d’accord pour le moment.

Qu’est-il prévu en termes d’aide bilatérale : transfert de savoir faire, construction d’un quai ?
Le Japon met l’accent sur des activités économiques durables dans le secteur de la pêche et s’est engagé dans une pêche durable qui préserve les ressources halieutiques. L’expertise du Japon dans ce domaine a été largement partagée avec les pays en développement qui souhaitent développer le secteur de la pêche et elle contribue de manière significative à leur développement économique. Assurer la durabilité à long terme des ressources halieutiques est l’un des objectifs les plus importants du Japon dans le domaine de la pêche. Si la partie mauricienne demande un soutien en infrastructure, nous sommes toujours prêts à en discuter.

La pêche dite « scientifique » permet au Japon de continuer la pêche baleinière malgré le moratoire datant de 1986 qui interdit la pêche à la baleine dans le monde. Ce type de pêche est-il prévu dans la zone économique exclusive (ZEE) de Maurice ?
L’accord de pêche et la chasse à la baleine n’ont rien à voir. L’enquête scientifique sur les baleines de notre pays couvre le petit rorqual noir de l’océan Antarctique, les sardines et les petits rorquals du Nord-ouest de l’océan Pacifique. Il est improbable que le Japon capture des baleines dans les eaux de Maurice. Je ne comprends pas pourquoi les médias traitent ce sujet de manière si sensationnelle.
En outre, l’enquête scientifique sur les baleines au Japon est menée conformément aux procédures prescrites par le Traité international de réglementation de la chasse à la baleine (ICRW). Il s’agit d’une enquête sur la gestion et la préservation des ressources de baleines en vertu de ce traité.
Je pense qu’il est sans fondement de dire que le Japon représente une menace pour le secteur de la pêche mauricien. Je suis très surpris et triste que certains Mauriciens aient pu croire en cette allégation. Je suis fermement convaincu qu’il y a eu une interprétation erronée d’informations à la suite de la visite du ministre d’État japonais des Affaires étrangères. Jusqu’à présent, aucune discussion n’a été engagée en vue de la conclusion d’un nouvel accord de pêche entre le Japon et Maurice. 

Maurice compte sur le Japon pour moderniser son port de pêche
Le ministère des Affaires étrangères de Maurice s’est exprimé sur le sujet par la voix d’Akilesh Roopun, responsable de la communication : « Le ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo s’attache principalement à solliciter l’aide du Japon pour la mise en place d’un port de pêche moderne et pouvant accueillir de 18 à 20 navires par tous temps. Profitant de la nouvelle dynamique de coopération qui s’est installée entre Maurice et le Japon, il a invité le gouvernement japonais à considérer l’opportunité d’aider Maurice à développer un port équipé d’installations sophistiquées pour les activités d’entreposage, de transformation, etc. La proposition a été faite lors d’une session de travail avec le ministre d’État des Affaires étrangères du Japon, Masahisa Sato, le 21 août 2018, à Port Louis. Maurice souhaite aussi renforcer sa coopération avec le Japon en matière d’économie océanique avec un accord de pêche. Le Japon dispose d’un savoir-faire avant-gardiste dans le domaine de la pêche et de l’économie océanique. » 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Junji Gomakubo, conseiller de l’ambassade du Japon : « Nous voulons assurer la durabilité des ressources halieutiques »

L’Eco austral : Les accords de pêche avec Maurice sont échus depuis 2016. Quelle est la teneur des nouveaux accords ? Junji Gomakubo : L’accord signé en 2009 et qui a expiré en 2016 n’était pas un accord d’État à État mais un accord entre le gouvernement mauricien et une entreprise de pêche privée japonaise : l’Association coopérative japonaise de pêche au thon. Et je n’ai ...