Leader

Maurice

Kailash Ramkhalawon : Bijoutier des stars

1 mar 2020 | PAR Thierry Maunick | N°348
Kailash Ramkhalawon a conçu le paille-en-queue en bronze qui a été offert au pape François lors de sa visite en septembre dernier. © TM
D’avoir eu comme client Patrick Bruel, Arthus Bertrand ou Didier Drogba ne le rend pas plus fier que ça. Ce fils de paysan n’oublie pas qu’il est « tombé dans la bijouterie » un peu par hasard il y a vingt-cinq ans, proposant aujourd’hui ce qui se fait de mieux sur la place.

L’année 2019 a été faste pour le groupe Goldfinger Jewels Ltd et sa filiale Karl Ray. En l’espace de quelques mois, la compagnie a obtenu le contrat pour la fabrication de 5 554 médailles pour les jeux des Îles de l'océan Indien, puis elle a conçu le paille-en queue en bronze qui a été offert au pape François lors de sa visite en septembre, ainsi que les dix mille médailles à l’effigie du pape commandées par l’évêché. 
L’homme à la tête de GoldFinger Jewels est Kailash Ramkhalawon. Il a commencé sa carrière comme auditeur chez KPMG. Ce fils d’agriculteur, aujourd’hui dans la cinquantaine, n’aurait jamais deviné que la fortune lui sourirait au hasard d’une simple rencontre. 

Marché local et international 

« Lors d'un audit dans un hôtel de Grand-Baie, j’ai rencontré un touriste passionné de plongée qui voulait s’acheter un pendentif en or représentant un plongeur. Il était prêt à y mettre le prix mais ne trouvait nulle part l’objet désiré. » Il se renseigne auprès des bijoutiers locaux pour trouver le bijou ou le faire fabriquer. « J’ai appris que cela allait être coûteux si je ne faisais qu’une pièce. Il fallait en faire 25 pour que le processus soit rentable, et c’est ce que j’ai fait. » Il parvient à obtenir le pendentif en deux semaines. Le touriste s’en retourne chez lui, satisfait. La vente des 24 autres bijoux lui sert de fonds de départ qu’il investit dans sa première entreprise, GoldFinger Jewels (titre inspiré d’un film de James Bond). La bijouterie voit le jour en mars 1994, à Pointe-aux-Canonnier. Il recrute trois personnes, un vendeur et deux bijoutiers déjà formés. Vingt-cinq années plus tard, ils sont toujours là, rejoints entretemps par d’autres employés. Aujourd’hui, ils sont trente. 
En un quart de siècle, Goldfinger Jewels a honoré plus de 10 000 commandes. « Nous nous engageons à réaliser le bijou dans un délai de 72 heures, en suivant à la lettre les désirs du client qui peut assister à la création de la pièce », précise le directeur. Quelques célébrités telles que Patrick Bruel, le footballeur Didier Drogba ou encore le tennisman français Cédric Pioline figurent sur sa liste des commandes. 
Fort du succès de sa bijouterie, Kailash Ramkhalawon ouvre Karl Ray, une filiale, et recrute une quarantaine d’employés. Située à Vallée-des-Prêtres, à Port-Louis, cette usine se spécialise dans la fabrication de trophées, médailles, sculptures et figurines destinés aux marchés local et international. La liste de ses clients s’allonge pour inclure Arthus Bertrand, le Parc Astérix de Paris et de nombreux musées français. 

Moins de diamants 

L'entreprise est aujourd'hui considérée comme une référence parmi les six sociétés les plus importantes à Maurice spécialisées dans l'export de bijoux. Pour la dernière année financière, les revenus du groupe se chiffraient à 100 millions de roupies (2,5 millions d’euros) dont un quart pour Karl Ray. 
Toutefois, l’avenir n’est pas si rose. Depuis deux ans, la vente de diamant au niveau mondial chute fortement en raison de la raréfaction des gisements, mais aussi du développement des plateformes en ligne comme Blue Nile ou Amazon qui vendent à prix de gros. Mais Kailash Ramkhalawon ne baisse pas les bras. 
Il a revu sa stratégie d’exportation qui ne se limite plus à quelques pays d’Europe, mais vise désormais La Réunion et le Panama. Il mène des campagnes de promotion à grande échelle comme sa Diamonds' Night en novembre 2019, au Hennessy Park Hotel à Ébène où, devant un prestigieux parterre d'invités, il proposait des remises de 50 % sur tous ses bijoux pendant plus de quinze jours. Si les diamants sont éternels, leur achat dans ces conditions vaut bien son pesant d’or.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Kailash Ramkhalawon : Bijoutier des stars

L’année 2019 a été faste pour le groupe Goldfinger Jewels Ltd et sa filiale Karl Ray. En l’espace de quelques mois, la compagnie a obtenu le contrat pour la fabrication de 5 554 médailles pour les jeux des Îles de l'océan Indien, puis elle a conçu le paille-en queue en bronze qui a été offert au pape François lors de sa visite en septembre, ainsi que les dix mille médaill...