Green

Madagascar

La Coopération allemande mise sur le secteur privé

Symrise, une des sociétés collaborant avec la GIZ pour former des producteurs de vanille. Symrise
Active au pays depuis plus de 35 ans, l’agence de coopération internationale allemande (GIZ) mise sur les projets de partenariat avec le privé pour réduire la pauvreté. Des projets qui portent leurs fruits.

Lors d’une rencontre en mars dernier avec des opérateurs du secteur privé, Christoph Feldkötter, le directeur pour Madagascar de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, a annoncé que son agence (sous tutelle du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) « dispose de plusieurs stratégies pour appuyer le secteur privé, catalyseur incontournable pour sortir Madagascar de la pauvreté ». Grâce au financement du BMZ, GIZ Madagascar conduit, entre autres, le programme DeveloPPP.de qui encourage les sociétés du privé à investir là où se croisent les opportunités entrepreneuriales et les actions de la politique de développement. 
Un autre projet baptisé Competence Center for the Private Sector (CCPS) pilote la promotion des partenariats de développement avec le secteur privé, sous la tutelle politique de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM). Selon Anne-Marie Castel-Langefeld, conseillère technique principale du CCPS, « l’impact des projets avec le secteur privé se concentre sur l’intégration des petits producteurs dans les chaînes de valeur internationales, l’accès à des formations, l’augmentation des revenus et la création d’emplois ». Depuis 2015, 7,5 millions d’euros venant du secteur privé ont ainsi pu être mobilisés pour co-financer des projets d’aide au  développement.
Dans la filière vanille par exemple, Anne-Marie Castel-Langefeld souligne qu’au cours des neuf dernières années, « nous avons réussi à réduire la période de soudure économique des producteurs de vanille de cinq à zéro mois, avec les actions auprès de 10 000 producteurs de vanille dans la région Sava ». Compte tenu de ce qui a été fait et de ce qui peut encore l’être, le directeur de la GIZ-Madagascar invite le secteur privé à discuter du format de partenariat le mieux adapté à leurs projets.
Active à Madagascar depuis 1982, la GIZ se concentre en outre sur des domaines aussi sensibles que la protection des ressources naturelles, les énergies renouvelables, l’adaptation aux conséquences des changements climatiques dans l‘agriculture ou encore la décentralisation. L’agence allemande a par exemple appuyé la mise en œuvre d’une nouvelle politique forestière.   

Coopération allemande : 20 millions d’euros pour le développement
Pour accompagner ses projets de développement, la Coopération allemande injecte annuellement une vingtaine de millions d’euros. À cet effet, elle a pour principaux commettants le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et l’Union européenne. Elle travaille aussi en étroite coopération avec le secteur privé car cela constitue un élément essentiel de la politique d’aide au développement du ministère fédéral.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

La Coopération allemande mise sur le secteur privé

Lors d’une rencontre en mars dernier avec des opérateurs du secteur privé, Christoph Feldkötter, le directeur pour Madagascar de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, a annoncé que son agence (sous tutelle du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) « dispose de plusieurs stratégies pour appuyer le secteur pri...