La CPI fait de l’accaparement des terres un crime contre l’humanité - ID - Ecoaustral.com

ID

Afrique

La CPI fait de l’accaparement des terres un crime contre l’humanité

1 nov 2016 | PAR La rédaction | N°314
Selon le « think tank » Thinking Africa, Madagascar serait le pays d’Afrique qui a cédé le plus de terres agricoles aux étrangers avec 3,7 millions d’hectares vendus ou loués depuis 2000. COI


En présentant un document de politique générale sur la sélection et la hiérarchisation des affaires, la procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a déclaré le 15 septembre à La Haye que l’expropriation illicite de terrains ou de ressources naturelles et la destruction de l’environnement étaient désormais considérées comme des crimes contre l’humanité. Madagascar est concernée au premier chef puisqu’elle serait en tête des pays africains qui cèdent le plus de terres agricoles aux étrangers, selon le « think tank » Thinking Africa, avec 3,7 millions d’hectares vendus ou loués depuis 2000. Plusieurs affaires ont d’ailleurs défrayé la chronique ces dernières années, comme celle des 2 000 hectares exploités par l’Italien Tozzi Green sur le plateau de Ihorombe au mépris de la population locale ou, plus récemment, à Soamahamanina, celle de l’exploitation aurifère par des Chinois. Dans la plupart des cas, les populations locales qui vivent de ces terres les ont reçues de leurs parents et de leurs aïeuls sans forcément avoir les documents pour l’attester. Il est alors facile pour les étrangers de s’en emparer, non sans la complicité d’un rouage administratif corrompu à tous les niveaux. Si la réelle efficacité de la CPI reste toujours à prouver, cette décision constitue un message fort envoyé aux investisseurs et aux dirigeants politiques. TOLOTRA ANDRIANALIZAH 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Afrique

La CPI fait de l’accaparement des terres un crime contre l’humanité

 En présentant un document de politique générale sur la sélection et la hiérarchisation des affaires, la procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a déclaré le 15 septembre à La Haye que l’expropriation illicite de terrains ou de ressources naturelles et la destruction de l’environnement étaient désormais considérées comme des crimes contre l...