Performance

Maurice

La Maubank propose des prêts aux PME en visant les secteurs prioritaires

1 fév 2018 | PAR Jacques Rombi | N°326
Sridhar Nagarajan, CEO de la MauBank : « Des porteurs de projet ont pu profiter de la mise à disposition de terrains d’une superficie de 5 arpents (environ 2,1 hectares - Ndlr), avec bail, qui n'avaient jamais été cultivés et qui ont pu ainsi tout de suite être labellisés bio… » Davidsen Arnachellum
Cette banque, qui a l’État comme principal actionnaire, a été créée en 2016 dans le but de soutenir la croissance des PME. Son CEO, Sridhar Nagarajan, dresse un bilan d'étape et donne des détails sur les outils originaux qui ont été mis en place.

L'ambition principale de cette « banque des PME », comme elle est surnommée, est de contribuer à ce que leur part dans le PIB passe de 44 % à 52 % d’ici à cinq ans. Pour cela, la MauBank dispose de 250 millions de roupies (environ 6,25 millions d'euros) dans ses caisses. L'attention est portée sur des petites structures et start-ups qui bénéficient de prêts à un taux préférentiel de 2,5 % dans les secteurs de l’artisanat, de la boulangerie, de l’agriculture et de l’habillement, pour ne citer qu'eux. « La moitié de nos prêts vont vers des secteurs jugés prioritaires comme l'agriculture où, grâce à une bonne synergie avec l'État mauricien, de belles avancées peuvent être réalisées, explique Sridhar Nagarajan dont le sourire aux lèvres trahit un plaisir de travailler qui dépasse la mission d'un banquier classique. Je pense à des cas où les porteurs de projet ont pu profiter de la mise à disposition de terrains d’une superficie de 5 arpents (environ 2,1 hectares - Ndlr), avec bail, qui n'avaient jamais été cultivés et qui ont pu ainsi tout de suite être labellisés bio sous la supervision du Food and Agricultural Research and Extension Institute. Je pense également au secteur de la boulangerie qui est très porteur et qui bénéficie d'un ‘french concept’ de franchise avec une politique de transfert de savoir-faire et la mise à disposition des centrales d'achat Tamam ou Copain pour la pâte à pain... » 

UNE ATTENTION PARTICULIÈRE À L'INNOVATION

La satisfaction de Sridhar Nagarajan s'explique par un modèle économique original, basé sur une dynamique entre l'entrepreneur, la banque, l'État et le soutien d'entreprises leaders à Maurice. Par exemple, les lettres d'intention de partenaires comme Eclosia permettent aux entrepreneurs dans le secteur de la boulangerie un accès plus facile et rapide aux prêts, à des taux préférentiels et sans frais de dossiers, grâce au partenariat entre MauBank et ce groupe mauricien. « L'État peut encore aider en finançant un différentiel car certains de nos prêts sont octroyés à un taux inférieur à celui du taux directeur national (actuellement de 3 % - Ndlr). »
La Maubank porte une attention particulière à l'innovation et elle finance de nombreux projets pour de l'agriculture sous serre ou encore un projet d'élevage d'escargots destinés à être exportés vers l'Europe. Enfin, le secteur de la pêche est accompagné de manière significative. « L'idée est d'encourager les pêcheurs à s'équiper pour aller pêcher en dehors du lagon et ainsi de préserver la ressource marine. Ils peuvent bénéficier de subventions d'État allant jusqu'à 50 % de l'investissement du bateau de pêche qui coûte 8 millions de roupies (200 000 euros -Ndlr), le reste étant financé seulement à 10 % par un apport des pêcheurs regroupés en coopérative et les 40 % restants par la Maubank à un taux de 2,5 %. » 

QU’EST-CE QU’UNE PME À MAURICE ?
À Maurice, la plupart des PME seraient considérées comme des TPE (Très petites entreprises) en Europe. En 2009, lors de la création de la SMEDA (Small and Medium Enterprises Development Authority), les autorités mauriciennes ont défini une PME comme une entreprise réalisant un chiffre d'affaires n'excédant pas 50 millions de roupies (1,25 millions d'euros). Selon le programme Empretec des Nations Unies, 60 % des PME mauriciennes comptent cinq employés ou moins et réalisent un chiffre d'affaires équivalent ou inférieur à 2 millions de roupies (50 000 euros).
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

La Maubank propose des prêts aux PME en visant les secteurs prioritaires

L'ambition principale de cette « banque des PME », comme elle est surnommée, est de contribuer à ce que leur part dans le PIB passe de 44 % à 52 % d’ici à cinq ans. Pour cela, la MauBank dispose de 250 millions de roupies (environ 6,25 millions d'euros) dans ses caisses. L'attention est portée sur des petites structures et start-ups qui bénéficient de prêts à un taux préférentiel d...