Performance

Réunion

La Région prévoit d’investir 654 millions d’euros en 2017

21 déc 2016 | PAR La rédaction
Didier Robert, président de la Région Réunion (à droite) en compagne de Vishnu Lutchmeenaraidoo, ministre mauricien des Affaires étrangères. Un accord a été signé avec Maurice dans le cadre du programme INTERREG, soutenu par l’Union européenne et visant à développer la coopération régionale. (Photo Guillaume Foulon).
Lors de sa dernière assemblée plénière de l’année 2016, le 19 décembre, la principale collectivité de l’île a validé son budget primitif 2017 qui se porte à 60% sur les investissements. Si l’on ajoute les fonds européens, l’année 2017 promet d’être intense et de doper la croissance.


Un an après sa réélection comme président de la Région Réunion, Didier Robert a dressé avec son équipe, le 16 décembre, un bilan des actions menées dans le cadre des « 7 piliers » qui composaient son programme électoral. Il en ressort que cette première année de mandature était surtout une « mise en route » des grands dossiers avec déjà des réalisations, certes, mais qu’on passerait à la vitesse supérieure en 2017. Parmi ces grands dossiers, celui du SWAC (climatisation marine) sur les communes de Saint-Denis et Sainte-Marie, qui représente plus de 150 millions d’euros d’investissements, principalement fournis par l’Europe. La Région ne se situait pas en première ligne dans ce grand dossier, mais après qu’Engie, principal opérateur pour sa réalisation, a jeté l’éponge, la collectivité a décidé de le porter et de le mener à terme avec d’autres partenaires privés. C’est donc un retour à la case départ et aucun calendrier n’a encore été présenté. Mais la Région tient à sa réalisation… On peut juste souhaiter qu’elle ne se limitera pas à la climatisation et permettra à des activités annexes de voir le jour dans l’exploitation de l’eau de mer de grande profondeur.
 
UNE ÉTUDE SUR LE PARC NATIONAL EN VUE D’EN FAIRE UN PARC RÉGIONAL
 
Alors que le tourisme a connu une belle croissance en 2016 avec environ + 7% (ce qui devrait donner 445 000 à 450 000 visiteurs), l’accueil des croisiéristes fait aussi partie des priorités même si ces derniers ne sont pas comptabilisés comme touristes. En effet, ils passent en général moins de 24 heures à La Réunion. Mais leur apport n’est pas négligeable et la Région prévoit pour eux une gare maritime dont la localisation n’a pas encore été arrêtée. On parle de Saint-Pierre, de Saint-Paul ou encore de Saint-André.
Concernant le parc national, qui englobe 42% du territoire de La Réunion, la Région souhaite toujours en faire un parc régional pour maîtriser son développement et prendre mieux en compte les enjeux économiques. Un groupe de travail, réunissant élus et professionnels, a été mis en place pour faire des propositions et, surtout, une étude est en cours dont les résultats devraient être communiqués fin janvier 2017.
 
UN NOUVEAU TOURNANT POUR LA COOPÉRATION RÉGIONALE
 
Le développement de la coopération régionale et l’intégration de La Réunion dans son environnement demeurent l’une des priorités. Pour cela, la Région a ouvert une « maison de l’export » qui rassemble tous les acteurs concernés par l’accompagnement du secteur privé et elle s’implique fortement dans le programme INTERREG. Ce programme financé par le FEDER (Fonds européen de développement régional) veut répondre à des enjeux de co-développement avec les pays voisins de La Réunion. Son enveloppe financière s’élève à 63,2 millions d’euros pour la période 2014-2020 et deux axes ont été fixés :
- La coopération transfrontalière, qui concerne la coopération entre La Réunion et les pays de la COI (Madagascar, Seychelles, Comores, Maurice), pour un montant de 41,4 millions d’euros ;
 - La coopération transnationale, qui concerne la coopération entre La Réunion, Mayotte et les pays suivants : Madagascar, Seychelles, Maurice, Comores, Mozambique, Tanzanie, Kenya, Maldives, Inde, Australie, les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) pour un montant de 21,8 millions d’euros.
Le programme INTERREG V Océan Indien porte sur cinq priorités stratégiques :
 1) Accroître le potentiel international de recherche et d’innovation dans l’océan Indien ;
 2) Soutenir le développement des échanges économiques dans la zone océan Indien ;
 3) Renforcer les capacités collectives d’adaptation au changement climatique et à la prévention et gestion des risques ;
 4) Renforcer les capacités de connaissance et de valorisation du patrimoine naturel et culturel de la zone océan Indien ;
5) Élever le niveau de compétence collective par le soutien aux actions de formations et d’échanges (mobilité).
 
Des accords ont déjà été signés avec Maurice et les Comores et devraient l’être en janvier avec les Seychelles, tandis que des discussions sont en cours avec Madagascar.

LE PROJET DE MONORAIL FINALISÉ EN 2017
 
Pour en revenir au développement du territoire, le dossier des transports reste prépondérant avec, bien sûr, la poursuite de l’énorme chantier que représente la Nouvelle route du littoral, mais aussi les transports en commun. Le projet de monorail devrait être finalisé en 2017 et la Région annonce des transports par câble pour les communes de Salazie et de Cilaos.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

La Région prévoit d’investir 654 millions d’euros en 2017

 Un an après sa réélection comme président de la Région Réunion, Didier Robert a dressé avec son équipe, le 16 décembre, un bilan des actions menées dans le cadre des « 7 piliers » qui composaient son programme électoral. Il en ressort que cette première année de mandature était surtout une « mise en route » des grands dossiers avec déjà des réalisations, certes, mai...