Performance

Réunion

La SAPMER ramène ses premières langoustes australes vivantes

1 avr 2018 | PAR La rédaction | N°328
Apporter d’aussi loin des côtes réunionnaises une espèce vivante, en l’occurrence la petite langouste rouge australe, constitue un exploit humain et technique et une première mondiale pour la Sapmer. DR
C’est en janvier que la Sapmer a réussi un exploit humain et technique en ramenant pour la première fois à quai des langoustes vivantes pêchées à huit jours de mer des côtes réunionnaises. Une première mondiale pour cet opérateur historique de la grande pêche dans les mers froides.

En décembre 2017, la Société anonyme de pêche malgache et réunionnaise (Sapmer), entreprise dont le siège est situé au Port, embarque à bord de son bateau, l’Austral, un dispositif innovant destiné à ramener vivante à La Réunion ce trésor qu’est la petite langouste rouge australe. De l’avis des connaisseurs, la langouste australe des mers froides, pêchée par la Sapmer depuis 1947, se distingue des langoustes habituelles par une chaire plus ferme, rosée et au goût raffiné. 
Apporter d’aussi loin des côtes une espèce vivante constitue en tout cas un exploit et une première mondiale dont se réjouit Anthony Signour, directeur d’exploitation de la Sapmer : « Depuis quatre ans, nous opérons une mutation organisationnelle et structurelle pour devenir une entreprise seafood ayant pour ambition de maîtriser l’ensemble de la chaîne produit : de la mer à l’assiette. L’arrivée de ses premières langoustes vivantes est un pas en avant supplémentaire dans cette démarche et c’est surtout une grande fierté pour La Réunion, pour la Sapmer et pour ses hommes et femmes. » À commencer par la cinquantaine de marins de l’Austral, pour la plupart réunionnais, qui s’en vont pêcher dans des conditions bien souvent extrêmes sur la zone des 40èmes rugissants et 50èmes hurlants, à plus de 3 000 kilomètres des côtes réunionnaises.

Chaîne du vivant

La prouesse a été rendue possible grâce à la société française Emyg Environnement & Aquaculture, spécialisée dans le traitement et la purification de l’eau en circuit fermé. L’entreprise travaille depuis plusieurs années sur la « Chaîne du vivant » (concept déposé). Véritable substitut de la chaîne du froid, la Chaîne du vivant permet une nouvelle façon de consommer les produits de la mer, d’où qu’ils viennent, comme s’ils venaient d’être pêchés dans le port d’à côté, en garantissant leur fraîcheur, en améliorant leur traitement et leur bien-être et en facilitant la logistique pour les acteurs de ce secteur. La Chaîne du vivant a été rendue possible grâce à la technologie Innopure développée par Emyg. « Le transport des langoustes vivantes dans l'eau n'en est qu'à ses débuts, nous sommes heureux d'accompagner une entreprise comme la Sapmer dans le développement de cette nouvelle force. L'esprit pionnier de la Sapmer a permis de construire dès le départ un partenariat de confiance et c'est avec fierté que nous voyons se déployer la Chaîne du vivant à La Réunion », fait valoir Alexandra Fagiano, directrice des opérations d'Emyg.

Pêche sous quotas

La Sapmer est l’opérateur historique de la grande pêche dans les eaux des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Les principales espèces pêchées et mises en marché sont la langouste de Saint-Paul que la Sapmer est à ce jour la seule société au monde autorisée à pêcher sous quotas, la légine australe, le thon albacore et le thon bonite. « Les quotas nous sont attribués sous l’autorité des TAAF et sur les recommandations du muséum d’histoire naturelle de Paris qui évalue la ressource marine. L’attribution de quota implique une grande responsabilité et l’engagement sans faille de l’armement bénéficiaire. Nous nous attachons à valoriser nos pêcheries car leur valorisation met en avant tout le territoire. En particulier sa faune, qu’il nous appartient de respecter et protéger en opérant des prélèvements responsables », souligne Adrien de Chomereau, directeur général de la société. 
En ce qui concerne la langouste australe des mers froides, proposée en ce moment aux seuls Réunionnais, l’objectif à long terme est bien sûr de développer son exportation à l’international, en particulier vers le Japon où elle est très appréciée. L’Austral est reparti en campagne de pêche, son retour au Port est prévu ce mois d’avril. 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

La SAPMER ramène ses premières langoustes australes vivantes

En décembre 2017, la Société anonyme de pêche malgache et réunionnaise (Sapmer), entreprise dont le siège est situé au Port, embarque à bord de son bateau, l’Austral, un dispositif innovant destiné à ramener vivante à La Réunion ce trésor qu’est la petite langouste rouge australe. De l’avis des connaisseurs, la langouste australe des mers froides, pêchée par la Sapmer depuis ...