Edito

Monde

La suppression des partis politiques : un préalable à une vraie démocratie ?

26 juin 2021 | PAR Alain Foulon
Point de parole efficiente en dehors des partis politiques. (Photo Stocklib).

En France, l’analyse livrée récemment par Marion Maréchal dans une émisson de TV Libertés ne fera pas plaisir à sa tante Marine Le Pen, leader du Rassemblement national (RN), qui vise une nouvelle fois à accéder au second de l’élection présidentielle en 2022 dans l’espoir de l’emporter. « Le vieux monde politique est dépassé par de nouvelles logiques électorales. À tort ou à raison, pour beaucoup de gens, le RN s’inscrit dans ce vieux monde », a déclaré Marine Le Pen. Le taux d’abstention historique (deux électeurs sur trois) enregistré lors du premier tour des élections régionales semble lui donner raison. Et l’on peut même se demander si les partis politiques, pilliers de la démocratie en France et dans les pays à régime républicain, ne doivent pas disparaître face à la défiance qu’ils inspirent et à leur représentativité de plus en plus faible. La montée des populismes en est un signe. Cette disparition était d’ailleurs prônée par la philosophe Simone Weil (1909-1943) dans ses Écrit de Londres en 1940 sous le titre : Note sur la suppression générale des partis politiques, qui a fait l’objet d’un petit livre publié en 2006 aux éditions Climats. Simone Weil se demande comment donner aux hommes la possibilité d'exprimer parfois un jugement sur les grands problèmes de la vie publique ? Et comment empêcher, au moment où le peuple est interrogé, qu'il ne circule à travers lui aucune espèce de passion collective ? Il est impossible de parler de légitimité républicaine si on ne pense pas à ces deux points, explique la philosophe, qui considère que les solutions ne sont pas faciles à concevoir, mais qu’il est évident, après examen attentif, que « toute solution impliquerait avant tout la suppression des partis politiques ». Une analyse qui dépasse largement le cadre français, comme on peut le constater à Maurice, par exemple, où le système politique est parfaitement verrouillé sous la houlette des « vieux » partis, jugulant le mécontentement populaire qui n’aboutit à rien de concret.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

La suppression des partis politiques : un préalable à une vraie démocratie ?

En France, l’analyse livrée récemment par Marion Maréchal dans une émisson de TV Libertés ne fera pas plaisir à sa tante Marine Le Pen, leader du Rassemblement national (RN), qui vise une nouvelle fois à accéder au second de l’élection présidentielle en 2022 dans l’espoir de l’emporter. « Le vieux monde politique est dépassé par de nouvelles logiques électorales. À tort ou ...