Green

Réunion

L’Ademe privilégie le tertiaire et l’autoconsommation

L’entreprise Solar Trade a inauguré en 2016 un nouveau siège dont le bâtiment, qui a bénéficié des aides de la Région Réunion et de l’État, n’est pas raccordé au réseau électrique insulaire. DR
La filière de l’énergie solaire s’apprête à répondre à une forte demande des entreprises et va bénéficier de nouveaux appels à projets en solaire thermique et photovoltaïque. Avec des aides possibles de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.


Le potentiel d’économie d’énergie que représente le solaire thermique, par l’installation de chauffe-eau, est encore sous-exploité à La Réunion. Si les particuliers bénéficient des aides de la Région Réunion, mises en œuvre par la SPL Energies Réunion, les acteurs du tertiaire méconnaissent les aides mises à leur disposition par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). « Dans le tertiaire, nous n’avons financé que trois installations, pour un hôtel, une piscine publique et un hôpital. Aucun projet n’a pu être financé en 2016, témoigne Sophie Pouthier, chargée de mission auprès de l’Ademe Réunion. La filière solaire est prête pour une relance de son activité et les demandes d’équipement sont nombreuses parmi les entreprises. Il faut maintenant des projets pour que l’aide financière joue pleinement son rôle de catalyseur des énergies renouvelables. « C’est pourquoi nous lançons un appel à projets pour des équipements dans le tertiaire, public ou privé, à l’exception du secteur de la santé qui sera pourvu de façon spécifique, informe Sophie Pouthier. Nous délivrerons des aides financières sur l’investissement et des aides aux études de faisabilité et de dimensionnement. » La réglementation thermique, acoustique et aération spécifique à l’Outre-mer (RTAA DOM) n’impose l’installation d’un chauffe-eau solaire que dans l’habitat neuf. Le solaire thermique est néanmoins un puissant levier de MDE (maîtrise de l’énergie) pour les objectifs d’autonomie électrique de La Réunion.  

UN APPEL À PROJETS EN AUTOCONSOMMATION

Un autre levier important pour accroître l’autonomie énergétique de La Réunion est le développement des installations photovoltaïques en autoconsommation. « Beaucoup de solaristes nous demandent comment ils pourraient être accompagnés dans le développement de projets. La filière est dans les starting-blocks, prête à multiplier ses activités. Nous lancerons prochainement, cette fois en partenariat avec la Région Réunion, un appel à projets en autoconsommation qui pourra concerner tous les acteurs en dehors du résidentiel », dévoile Sophie Pouthier. L’Ademe sera néanmoins attentive aux actions de MDE, pour évaluer la valeur du projet, et à la meilleure concordance possible entre la production énergétique et les besoins en consommation. Le fait de ne pas pouvoir utiliser la production solaire pendant le week-end peut être un critère négatif, mais de nombreux établissements gèrent des installations frigorifiques ou d’autres postes de consommation permanente. « Les modes de financement seront déterminés d’ici le lancement de l’appel à projets qui aura lieu au deuxième trimestre 2017 », précise Sophie Pouthier. L’Ademe s’intéresse aussi à la technologie de climatisation solaire par le financement d’études de faisabilité. Un bilan doit être effectué sur les installations réalisées par Solutions Solaires Réunion, aujourd’hui le seul acteur présent à La Réunion, qui a équipé plusieurs établissements industriels et tertiaires dans l’île. 

SIX PROJETS EN AUTOCONSOMMATION DÉVELOPPÉS PAR SOLAR TRADE
Les solutions d’autoconsommation développées par Solar Trade bénéficient d’un soutien financier des pouvoirs publics. Cela permet d’établir un business plan qui démontre la rentabilité de l’investissement pour des établissements tertiaires qui peuvent consommer l’énergie aux heures d’ensoleillement sans avoir recours à de coûteuses solutions de stockage. Les installations restent raccordées au réseau électrique insulaire dont elles ne font usage qu’en cas de nécessité. En 2016, six projets photovoltaïques en autoconsommation ont bénéficié d’un financement de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et de la Région Réunion. Ses projets sont en cours de réalisation pour le centre commercial E.Leclerc du Tampon, Prodistri à Trois-Bassins, Logisud à Etang-Salé, Somatrans à La Possession, le pétrolier Engen et le futur Pôle Sanitaire Ouest à Saint-Paul. 
RÉ-ÉLECTRIFICATION DU CIRQUE DE MAFATE
Dans le cirque de Mafate, où l’accès n’est possible qu’à pied ou par hélicoptère, quelques centaines d’habitants n’ont pas accès à l’électricité. Les dernières installations photovoltaïques ont été mises en œuvre il y a plus de quinze ans et les contrats de maintenance étant venus à échéance, elles sont aujourd’hui hors d’usage. La précarité énergétique et les groupes électrogènes à essence se sont généralisés. C’est pourquoi le Sidélec (Syndicat intercommunal d’électricité de La Réunion) va gérer le financement de la ré-électrification de Mafate, à travers des ouvrages de bien public dont l’exploitation sera concédée au gestionnaire de réseau EDF. Dix-sept opérations entreront en phase de travaux d’ici la fin 2017. Il y a actuellement deux opérations pilotes dans le cirque, dont l’une est menée par le Sidelec et par EDF, et l’autre par Eco Stratégie Réunion, une ancienne filiale de Transénergie, spécialiste de l’électrification en milieu rural. L’ensemble du cirque nécessitera une puissance installée globale de près de 800 kilowatt-crête qui sera déclinée en installations individuelles et en micro-réseaux. Au hameau de « La Nouvelle », les 71 familles seront équipées d’une centrale photovoltaïque centralisée avec stockage au lithium-ion et par une pile en combustible en option. 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

L’Ademe privilégie le tertiaire et l’autoconsommation

 Le potentiel d’économie d’énergie que représente le solaire thermique, par l’installation de chauffe-eau, est encore sous-exploité à La Réunion. Si les particuliers bénéficient des aides de la Région Réunion, mises en œuvre par la SPL Energies Réunion, les acteurs du tertiaire méconnaissent les aides mises à leur disposition par l’Ademe (Agence de l’environnement et de ...